16/03/2007

Baston chromatique autour de l'asperge

Amis débatteurs, bonjour,

 

 

Avec le retour des asperges, rejaillit la distrayante bisbille entre les fans des blanches et les fans des vertes. Voilà un vrai débat métaphysique, avec de solides arguments de part et d'autre. Au hasard, le croquant de la verte, qui se gobe de la tête au pied, sans épluchage préalable. Ou la subtilité gustative de la blanche, qui offre une douce amertume à celui qui l'engloutit.
Certains esprits rêveurs et pacifiques, mézigue par exemple, aiment les deux. Et l'on sait le sort réservés aux neutres en temps de guerre. Le mépris dans le meilleur des cas. Ou la potence dans chaque camp. Couic!

Et vous qu'en pensez-vous?

A vos plumes

PS1: L'autre débat, c'est le glouglou. L'asperge a la fâcheuse manie de flinguer les vins qui l'accompagnent. Au point que l'on connaît des oenophiles qui se sont résolus à boire de l'eau. Carrément, oui, de l'eau. Snif!
PS2: On peut étendre le débat aux sauvages, slurpiques itou, et aux violettes. Va y avoir du sport.

Commentaires

Papilles et Pupilles dit:
11 mai 2006 à 16:15 m
Tu as tout à fait raison. Dans la famille Papilles avec les asperges on boit de l’eau. Déprimant mais c’est ainsi

Nicolas dit:
11 mai 2006 à 17:22 m
Ma préférence va définitivement aux vertes. Al dente. Croquantes et grillées. Agrémentées de quelques copeaux de Parmesan, c’est un bonheur sans nom. Je ne serai pas aussi catégorique, s’agissant du vin. Pas de grand cru certes, mais un bourgogne pinot noir générique fait très bien l’affaire. Enfin, tout ceci pro domo, évidemment.

mamina dit:
11 mai 2006 à 19:43 m
Les vertes sont celles que je préfère, mais les grosses blanches de Sologne ne sont pas trop mal non plus…
Pour ce qui est du vin cetains Chablis et aussi des grands vins de Chavignol (Sancerre) de chez Cotat ou Vatan.
Ceux qui ont essayé ont aimé et ne pensent plus que l’eau est la seule amie des asperges.

Thalie dit:
12 mai 2006 à 0:57 m
tu as oublié les violettes ;o) lol

robert dit:
12 mai 2006 à 13:54 m
Moi, j’aime le blanc très sec avec les blanches pas sèches. Na!

olif dit:
14 mai 2006 à 20:53 m
Je rentre à peine d’un week-end alsacien! Complètement aspergé! Asparagus officinalis midi et soir, et de façon quasi-consentante! Avec le vin supposé aller avec! Un muscat, certes (mais j’ai ouï dire que l’alliance avait été économiquement recommandée pour faciliter l’écoulement des excédents de muscat!), mais aussi un Sylvaner (ou du Johannisberg avec des asperges valaisannes, ou encore une amigne), voire un Pinot blanc. A distance de l’asperge. Avant et après! Mais de l’eau, que nenni! Ou alors de la Wattwiller, voire de la Henniez en Valais. Entre les plats, avant de changer de vin!

Francois dit:
14 mai 2006 à 23:11 m
J’aime les vertes, j’aime les blanches, et il n’y a aucune neutralité là dedans, quelle idée!

Quant au glouglou je pense que mamina est dans le vrai le Chablis est l’ami de l’asperge. Allez tiens un côte de léchet du domaine Barat et hop la carafe d’eau reste pleine.

scoopette dit:
18 mai 2006 à 10:23 m
Je profite de ce débat végétal pour mettre en garde tous les mangeurs de tiges contre les pseudo asperges sauvages vendues sur les marchés à des prix méta cosmisques. Ces petites choses qui ressemblent à des épis de blé(par ailleurs gustativement inintéressantes) ne sont pas des asperges.
Si on vous en offre, vous pourrez toujours les plonger dans la carafe d’eau.

Écrit par : Divers | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.