16/03/2007

Bienvenu à la Cour-Cheverny

Coucou, les gens 

cour2.jpgIl arrive un jour où on en a ras la carafe des blancs dans le vent. De ces blancs interchangeables et grassouillets, boisés comme un chalet à Gstaad et parfumés comme une semi-mondaine en chasse. Il arrive un jour où l’on renifle un vrai blanc de terroir et de culture, et où l’on se dit, waou: voilà le bouquet singulier que j’attendais depuis toujours. C’est l’effet que font parfois les Cour-Cheverny des Huards. L’AOC Cour-Cheverny jouxte le Château du même nom, entre Loire et Sologne. Un seul cépage y règne: le romorantin. Cultivé en biodynamie chez les Huards, ce plant injustement méconnu donne des vins amples mais frais, au nez complexe, minéral et miellé, évoquant le pamplemousse et la noix fraîche. Top slurp. Et puis, c’est pas cher du tout, une dizaine de francs au Cave sa de Gland. Et puis, ça affronte bravement les années de cave, en gagnant en complexité aromatique. On se souvient d’une Cuvée François 1er du domaine vieille de dix ans, qui sniffait la truffe blanche, l’eau-de-vie, le balsamique et plein d’autres choses encore. Evidemment, ta cousine bobo va trouver ça zarbi. Laisse lui engloutir son chardonnay ricain. Et arrose donc ta poularde à la crème d’un blanc des Huards. Elle, elle adorera ça.

 

A bientôt les gens

15:38 Publié dans Des vins | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires


24 mars 2006 à 0:12 m
Boisé comme un chalet à Gstaad. Ça j’avais jamais entendu. Je n’ai jamais été dans un chalet à Gstaad (Dyonisos m’en préserve) mais la métaphore me cause camarade Huard
Donc si vous avez aimé Huard, vous allez adorer Machoille
C’est du Jura (encore pire que la Loire dans le genre à faire prendre de l’urticaire à copine bobote)
C’est du chardonnay
Et c’est du terroir grave
En biodynamie
Cosmique
(sauf pour le porte-monnaie, moins de 20 francs TTC départ cave, assurance fraude douane de Bardonnex non comprise)

Estèbe dit:
24 mars 2006 à 8:50 m
On a entendu parler en bien de ce Machoille-là (Ma choille, ta choille, sa choille…) Peut-on dénicher ses vins sous nos cieux?

scoopette dit:
24 mars 2006 à 10:07 m
A ma connaissance, non, et pour cause
Ce Machoille est un peu tellurique, il fait un peu trop trembler la baraque pour inspirer un importateur
Donc si vous n’avez pas peur de tomber sur une manif anti-CEP, c’est chez nos amis gaulois qu’il faut se rendre fissa
Tapez «Genève-Arbois» dans viamichelin.fr et vous aurez l’itinéraire qui vous mènera droit à Arbois (en passant par quelques virages quand même, puisqu’on franchit le Jura par Saint-Cergue, puis c’est la fameuse route Genève-Paris, qui passe par Morez, capitale de la lunette). Et surtout ne ratez les panneaux publicitaires «Henri Maire», vous savez Henri Maire, le Georges Dubœuf du Jura, celui qui fait les «vins fous» (à éviter, donc)
Donc à Arbois sur la place du Village, vous allez chez Stéphane Tissot (attention il y a deux Tissot, vous gourez pas), il a pignon sur rue. Et si vous traversez la rue, n’oubliez pas d’acheter du choco chez Hirsinger (meilleur ouvrier de France). Vous pourrez le déguster avec une bouteille de PMG de chez Tissot.
PMG ça veut dire Pour Ma Gueule
512 g de sucres résiduels
Olé!

Estèbe dit:
24 mars 2006 à 11:05 m
Ah, la place du Village d’Arbois! On y planterait bien sa roulotte.
Merci, très chère, pour ces infos que je prends PMG

Écrit par : Divers | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.