16/03/2007

Du sexe des anges (en bouteilles)

 

Bonjour, les potes

Bacchus.jpgQuand l'aimable blogueuse Tiuscha nous prie de répondre au questionnaire baptisé "Le vin a-t-il un sexe?" qu'elle a initié, ben, on obtempère. Le doigt sur la couture du kilt.

- Selon vous, le vin est-il féminin ou masculin (et vous...) ?

Dans la prose œnologique traditionnelle, ces considérations sur les vins féminins/masculins, nous ont toujours paru masquer un vieux sexisme lourdaud qui ne dit pas son nom (avec le cortège de vannes égrillardes qui va avec). Résumons: d'un côté la souplesse et le charme pour les dames; de l'autre la puissance et le caractère pour ces messieurs. Hou... bonjour la vision simplette de l'univers. D'ailleurs, on connaît tout plein de vigneronnes très féminines dans la vie (au hasard Fabienne Cottagnoud, Marlène Soria ou Nicole Couturier) qui mitonnent des rouges balèzes, aux biscoteaux saillants et aux poitrails velus.
Imaginons donc d'autres dichotomies moins chargées, genre les vins de droite et les vins de gauche; les vins wagnériens et les vins funky; les vins endimanchés et les vins en salopette, etc.

- Etes-vous plutôt vin rouge, blanc ou rosé ?

Rouge familialement; blanc par alliance; et rosé depuis qu'il existe des rosés vineux et gourmands, soit depuis peu. Le rosé permet seul d'arroser amicalement certains plats giga épicés, qui napalment les autres vins sans faire de prisonnier.

- Etes-vous plutôt Champagne blanc ou rosé ?

Plutôt blanc de blanc, pour la fraîcheur et l'allonge, même si un rosé millésimé de chez Jacquesson slurpé récemment nous a tourneboulés la luette.

- Quelle est votre "première fois" ?

Huuuu... difficile à dire. On garde le souvenir du "Carré de Vigne" conditionné en brick de carton, vin rouge d'origine incontrôlée (voire multiple), que l'on buvait très frais et très vite dans nos années estudiantines. Un puissant antirouille probablement. 

dario.jpg- Votre meilleur souvenir "émotionnel" avec un vin ?

Huuuu... difficile à dire (bis repetita). On peut causer du dernier en date, la petite arvine 2004 du brillant Valaisan Philippe Darioli. Du volume. De la précision. Du terroir. De la complexité. Carton plein. Extaaaaase. 

- Votre meilleure association mets/vin ?

Cahors-canard. Tiens, ça commence par les mêmes lettres. Comme chaourse-chablis, aligoté-aligot, gigot-givry, champignon-champigny. Mais pas saucisse-sauterne. Ni cornichon-cornalin.

- Votre prochaine dégustation (prévue ou fantasmée) ?

La semaine prochaine (ça n'a rien d'un fantasme): des bordeaux plus ou moins prestigieux, issus de diverses propriétés appartenant à un magnat installé en Gironde, magnat avec lequel on ne partirait pas en vacances.

Qui choisit le vin dans votre foyer et qui "gère" la cave ?

Mèzigue, la plupart du temps. Mais rien d'exclusif.

soviet2.jpg- Combien de vin avez-vous en cave ?

Vous savez ce qu'on dit des banques suisses, ben les caves, c'est kif kif. Hi, hi, hi. Pas des tonnes. Disons qu'on a diverses planques çà et là. Et peu d'étiquettes semblables. Gros curieux qu'on est, on n'arrive jamais à acheter six bouteilles du même vin. Du coup, c'est le big bazar. Le chien de Parker n'y retrouverait pas ses chiots, ni Bacchus ses bacchantes. 

- Question subsidiaire : Comment initieriez-vous un "jeune" au vin ?

En évitant de déblatérer des théories pompeuses et cryptiques, d'une voix pâteuse le nez dans le verre. A vrai dire, on se sent assez peu l'âme d'un missionnaire, dans le domaine bachique comme dans tous les autres. Hips.

Tchin, tchin, les gens 

PS: On ne se souvient pas d'avoir lu les réponses à ce questionnaire sur les blogs d'Olif (oui, encore lui) de Loulou (oui, encore elle), ni même sur ceux de Laurent et de la Pipette. Exécution, allez allez. 

Commentaires

Très drôle, un peu lourd, mais dôle

Écrit par : Bocuze | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.