16/03/2007

L'Arvine, pas petite du tout

œnofans, œnofanes, coucou


arvine.jpg

Je vous sens brûlants de connaître les quatre membres du club fermé des cépages blancs fétiches de mézigue. Brûlez plus. Les voilà. Ben, ya le riesling (ah! le riesling), le chenin (oh! le chenin), le savagnin (hou! le savagnin). Et une Suissesse injustement méconnue des amateurs planétaires: la petite arvine. Qui n’a de petite que le prénom. Car elle peut se montrer immense (petite présentation là .doc ) particulièrement quand elle est sèche, sur les grands terroirs et chez les producteurs avisés.
Chez Christophe Abbet à Martigny par exemple, qui est un vigneron artiste, un savant fou du cep, un Picasso du fouloir, qui réinvente ses vins à chaque cuvée. Du coup, une dégustation chez lui vous file un méchant tourni (ou un méchant Tournus, comme on dit en Bourgogne), tant les bouteilles racontent toutes une histoire distincte et passionnante. Il y a là des liquoreux atypiques et étourdissants. Un gamay d’une folle densité. Et plein d’autres choses encore. Le problème, c’est qu’on a paumé le carnet où tout était noté. Bougre d’âne jaune. Heureusement que ce cher blogueur d'Olif est plus ordonné.
Et heureusement qu’on avait ramené une bouteille d’Arvine 2004 à la maison, qui s’est fait déboucher pas plus tard qu’hier soir. Voilà un vin anthologique, issu de vignes très haut perchées, à l’orée des remontées mécaniques. Ça sniffe bon les agrumes, la mirabelle, les fruits exotiques et les schistes. Quant à la bouche, pleine, racée et lumineuse, elle s’achève sur un de ces interminables frissons minéraux qui vous fait écarquiller les orteils. Pas de bois. Pas de sucre. De la joie, de l’élégance et de l’expression. Slurpissime.

Arrivée d'air chaud

16:09 Publié dans Des vins | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

Eric dit:
7 avril 2006 à 12:52 m
C’est vrai que la petite Arvine est un grand cépage! J’ai encore un souvenir ému de la dégustation “vin suisse” des LPViades d’il y a deux ans. On avait bu un grain noble de petite Arvine de MT Chappaz absolument éblouissant! Un des liquoreux les plus impressionnants de ma vie (et j’ai bu des bons trucs…)!

Sinon, pour les deux premiers de ton club, je suis d’accord: Riesling et chenin, c’est top slurpy! Après je suis incapable de choisir entre tous les cépages qui restent. Je me suis tellement régalé avec des vins à base de roussane, pinot gris, chardonnay, romorantin, grenache blanc, et d’autres encore…

Estèbe dit:
7 avril 2006 à 13:00 m
C’est vrai que la liste est longue. Je citais juste mon podium perso et actuel, qui peut se retrouver chamboulé à la moindre nouvelle bouteille.
Ah, MTC, la reine des Alpes vineuses.
Concernant l’Arvine encore, elle se montre aussi mirobolante chez Mike et Jean-Charles Favre. C’est là http://www.chamoson.ch/favreren/index.php3

scoopette dit:
7 avril 2006 à 18:42 m
Et pour tous ceux qui ne connaissent pas encore le personnage Abbet et qui veulent le voir lâcher un «bon dieu bon dieu bon dieu» mémorable (il reniflait alors l’un des ses divins liquoreux à base d’arvine), grouillez-vous de vous connecter là : http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=380501&sid=6314305&cKey=1134932685000

Estèbe dit:
8 avril 2006 à 13:53 m
Chouette, l’Abbet live!

Olif dit:
8 avril 2006 à 18:02 m
Alors là, moi je dis Monseigneur, à l’Abbet! Une philosophie du vin et une sincérité qui méritent tous les éloges! Tout cela m’a donné une furieuse envie d’Ambre! Et de retourner du côté de Martigny!

Merci à Mme Scoopette pour le lien! Elle est drôlement bien, votre émission de la TSR!

Pour Eric, t’es d’accord pour chenin, riesling et petite arvine, visiblement! Mais le savagnin, hein? Le Savagnin? Comme dit Estèbe: “Hou! le savagnin”! Je vais t’en entonner à Saint-Jean de Monts, moi, du Savagnin! Compte sur moi!

Estèbe dit:
9 avril 2006 à 7:12 m
Savagnin, ou païen en Valais, le cépage qui prend l’air sans s’enrhumer. A ce propos, qqun a-t-il des nouvelles du successeur d’Overnoy, le plus grand vigneron jurassien du système solaire?

olif dit:
9 avril 2006 à 8:25 m
Des nouvelles relativement fraîches (c’était l’hiver, Pupillin était sous la neige!) de Manu Houillon, il y en ici : http://olif.typepad.com/le_blog_dolif/2005/12/a_pupillin_la_t.html , et des plus anciennes là:
http://olif.typepad.com/le_blog_dolif/2005/06/emmanuel_houill.html

On pourra y lire que ce sont d’excellentes nouvelles et que le système solaire peut continuer à tourner tranquille, toujours dans le même sens!
Emmanuel Houillon, un nom qu’ il va falloir s’habituer à prononcer!

Sinon, question Païen, le seul qui m’ait procuré un véritable émoi jusqu’à présent, c’est celui d’Axel Maye, millésimé 2002. Y’en aurait-il d’autres à chaudement recommander?

Estèbe dit:
9 avril 2006 à 18:46 m
Alex… ou plutôt Simon Maye? Yes, tou Goude!
Il faut essayer aussi celui de Nicolas Zufferey à Sierre. Gouditou.
Me tarde de connaître ce Houillon. Merci pour les niouzes

bruno carroy dit:
16 décembre 2006 à 19:04 m
Un peu en retard… mais le Païen qui a vraiment de la gueule en Valais c’est l’Heida de Joseph Marie Chanton à Visp, une vraie race et une capacité à se bonifier sur une bonne dizaine d’année, voire plus. Il fait aussi du Gwäss, de l’himbertscha et du Lafnetscha. Ca vaut le détour. Il y a aussi le Completer des Grisons, un cousin du savagnin.

Écrit par : Divers | 16/03/2007

le blognoteur dit:
11 avril 2006 à 19:08 m
joli site… à reférencer sur bloggyboulga… ce sera fait demain…

en attendant, big up 37 pour clara ma fille qui aune compète d’escrime à aix en provence dimanche prochain…

c’est ici : http://leblognoteur.blogspirit.com/archive/2006/04/09/100-big-ups-pour-clara.html

Papilles et Pupilles dit:
11 avril 2006 à 19:26 m
ça me dit bien !






Écrit par : Divers | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.