16/03/2007

Les copains touchent le grolleau

Les gens, bonjour 

copains.jpgEvidemment, le nom du vin, «Les copains d’abord», peut inspirer un brin la méfiance. On pense à la fulgurance du jeune commercial longuement dentu et fraîchement débarqué à la méchante Cave Coopérative du coin, qui claironne «votre pinard, là, j’ai trouvé une idée pour le vendre».

Ben, pas du tout du tout. «Les Copains d’abord», c’est une cuvée de rouge, au prix top amical (un dizaine de francs au Cave sa), du très estimable Domaine des Sablonnettes, sis à Rablay-sur-Layon, aux portes d’Angers, in the west part of France.

Un jour, Monsieur Ménard, boss des Sablonnettes, a pensé qu’il pouvait offrir au grolleau, cépage natif des bords de Loire, un autre destin que celui de finir en rosé. Il a donc conçu un grolleau rouge plein de santé et de pulpe, au chouette bouquet de poivre et de cerise mûres, dont l’attaque au fruité flamboyant réserve une fin de bouche plus épicée, corsée et tannique que prévu. Yahou! C’est un vin d’une naturel confondant. Et jovial avec ça. Un vin qui titre à 12°, qui se siffle presto et allegro, en mangeant un plat carné solide, et qui mérite finalement bien son nom de baptême. Même si les copines l’aiment aussi.

 

Les gens, au revoir

15:56 Publié dans Des vins | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

PhilR dit:
1 avril 2006 à 16:49 m
Hello, de la west part of France!

Il convient de noter au passage que les copines, justement, ne sont pas oubliées!.. Il existe aussi, au Domaine des Sablonnettes, une cuvée de pur gamay, appelées “Les Copines aussi”!…

Pour tout dire, “Les Copains” et “Les Copines” à une même table printannière ou estivale, avec force grillades, terrasse ombragée et rires en cascade, y’a pas beaucoup mieux pour marquer une belle journée!…

Ceci dit, Joël, je comprends mieux, désormais, pourquoi “Les Copains” sont contingentés, in the west part of France!… )

Estèbe dit:
2 avril 2006 à 12:36 m
Les Copines ne sont pas parvenues jusqu’à chez nous. On les attend avec grand soif.

guillaume dit:
2 avril 2006 à 16:14 m
Vinfifié en rouge, le grolleau est effectivement une vraie gourmandise, si radicalement différent de ces vins qui font la course à l’extraction et aux degrés alcooliques élevés.

Et fort heureusement, les producteurs, en Anjou et en Saumurois, sont de plus en plus nombreux à avoir retrouvé cette vieille tradition du grolleau rouge.

Estèbe dit:
2 avril 2006 à 20:30 m
Ya pas à tortiller. C’est clairement sur les bords de Loire (et dans le Jura, et dans le Valais) que l’on rencontre aujourd’hui la plus grosse concentration de vins authentiques et atypiques, de vins de culture et de caractère, vinifiés par des gens conscients du patrimoine et qualitativement exigeants. Cela dit, le réchauffement climatique aide bien cette région là, où il n’y a pas très longtemps le rouge ne mûrissait pas à tous les coups.

scoopette dit:
8 avril 2006 à 9:51 m
Le Cave attend ces jours-ci la livraison des copines. En attendant, essayez celui avec l’étiquette représentant deux vaches en train de trinquer. Bé oui, cette cuvée-là s’appelle les Beaux Vins….

Estèbe dit:
8 avril 2006 à 13:45 m
Promis, Scoopette, on essaira. Même si on préfère le vin au lait.

scoopette dit:
8 avril 2006 à 16:02 m
N’est-ce pas Toulouse Lautrec qui a dit : je boirai du lait quand les vaches brouteront du raisin
Oh Toulouse………

Écrit par : Divers | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.