16/03/2007

Man at wok

 

Bonjour, les gens

 

 

 

 

Cela faisait des années qu'on y pensait. Puis on oubliait. Puis on y repensait. Puis, on reculait. Mais ce coup-ci, banzaï! On s'est payé un wok. Tout beau, le wok. On s'est mis un bandeau avec des idéogrammes sous le chignon, un kimono sur le dos et on a fait sauter, dans deux cuillères d'huile d'olive, des asperges sauvages détaillées en morceaux et des carottes fanes taillées en bâtonnets. Le tout en écoutant Pizzicato Five. Une pincée de sel, de poivre japonais (à base de frêne, on vous en reparlera de cette épice-là), une giclée de soja et top miam. 
Pour le moment, le répertoire des recettes reste bref. Mais, ça va s'étoffer presto. Appelons ça du wok in progress.

Au revoir , les gens 

PS: Le lendemain de ces prodigieux débuts, les cubes de filet d'agneau (aux épices lointaines et au vinaigre balsamique) saisis au wok étaient... moyen moyen slurp. On ne s'improvise pas woking class hero.

Commentaires

LOULOU dit:
18 mai 2006 à 10:01 m
Le souci de le WOK c’est le feu: il faut un mega bruleur et un pied adapté sinon ça chauffe pas asser et la viande elle rend de l’eau et çava pas …. bon ça c’est un probleme tres perso

scoopette dit:
18 mai 2006 à 10:31 m
A quand un Da Vinci Wok?

Gracianne dit:
18 mai 2006 à 10:41 m
Tout un art le wok.

Nic dit:
18 mai 2006 à 11:17 m
Pour corser la saveur, amène ton wok dans le wild side.

robert dit:
18 mai 2006 à 11:20 m
On dit qu’en Asie, certains mangent du chien: woking the dog?

Dodo dit:
19 mai 2006 à 7:32 m
…tu vas t’enrichir rapidement si tu continues à faire les paroles et que le wok fait l’air.

Écrit par : Divers | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.