16/03/2007

T'es OK, t'es bath, terrine (de légumes au chèvre frais)

Bonzour,

 

 

 

 

Cette terrine-là, on en avait mangé une cousine dans un resto. On a essayé de refaire à la casa. Un ratage. Deux ratages. Et voilà la bonne. Il vous faut une mandoline (une râpe avec lame longitudinale), six asperges vertes assez dodues (c'est bientôt la fin, viiiiite!), un certain entrain naturel, 160 g de chèvre frais, deux poivrons rouges, une courgette, du thym frais, une demi-heure et une terrine (vide).

1. Malaxez le chèvre avec le thym (ne lésinez pas), du sel, du poivre et une bonne giclée d'huile d'olive.

2. Pelez les poivrons (avec un économe balèze), détaillez-les en lanières assez larges. Flanquez-les à la poêle avec de l'huile d'olive, sel, poivre, une pincée de piment d'Espelette et du thym, jusqu'à ce qu'ils soient aussi tendres qu'un slow de Barry White.

3. Pendant ce temps, à la mandoline (ça va bien avec les slows, la mandoline), taillez des bandelettes dans toute la longueur de la courgette. Tranchez les asperges en deux dans le sens de la longueur et balancez le tout à la vapeur. Quelques minutes, le temps que la lame du couteau transperce l'un et l'autre sans peiner.

4. Tapisser le fond de la terrine des bandelettes de courgettes, en veillant à les faire bien dépasser du moule. Salez, poivrez, saupoudrez de thym. Et hop! une couche mince de chèvre. Et hop! une couche de poivrons. Et re-chèvre (une minicouche). Et hop! une couche d'asperges. Salez, poivre, saupoudrez de thym. Et re-chèvre (pas trop). Et hop! une couche de poivrons. Etc, etc. A la fin, fermez le tout en repliant les bandelettes de courgettes.

5. Dégottez de quoi presser la terrine. Un vieux Tupperware plombé, une brique, un petit dico trapu. Et attendez, au mieux une nuit au frigo, au pire une heure au congélo. Faut que ça tienne. Découpez des parts pas trop minces (faut que ça tienne, bis repetita). Et servez avec un sourire satisfait, quatre giglettes de vieux balsamique, quelques pousses verdoyantes un rien vinaigrées et un beau blanc d'une minéralité mystique et d'une chair confondante. Un blanc des rives de la Loire, par exemple. Pourquoi pas un Savennières 2002 du Château d'Epiré? Hein?

Byyyyyye

Commentaires

14 réponses à “T’es OK, t’es bath, terrine (de légumes au chèvre frais)”
salwa dit:
1 juin 2006 à 12:12 m
ta terrine donne bien envie ! bon j’y vais viteeee avant qu’il ny’ait plus d’asperges )

alhya dit:
1 juin 2006 à 13:38 m
moi aussi, j’en ai gouté une dans un resto, et j’en ai déjà fait mais pas avec du chèvre,je note!

bocuze dit:
1 juin 2006 à 13:55 m
Ouais bof. 6/20

Estèbe dit:
1 juin 2006 à 14:01 m
Mr Bocuze, vous êtes sévère. A moins que vous ne sucriez les fraises, ce qui est nomal pour un grand chef de grand âge.

Lu Fanni dit:
1 juin 2006 à 15:18 m
le titre m’a donné envie, la photo encore plus, et quel talent pour donner les recettes!!!

Papilles et Pupilles dit:
1 juin 2006 à 15:57 m
Ahhh Ottawan ! toute un époque ! Je me souviens que la fille avait une coiffure hallucinante, genre soucoupe volante.
Elle est superbe ta terrine.

HITZEL Claude( female) dit:
1 juin 2006 à 16:05 m
Si y en a qui disent bof…ils peuvent rester derière leur clavier, les mains dans les poches???c’est tout bon, ta recette et vite pour les dernières aspergerges….

mamina dit:
1 juin 2006 à 16:15 m
Comme on me demandait mon nom, j’ai mis mon identité…ce que tu voulais c’était mon pseudo donc Hizel Claude, c’est moi, alias Mamina… et comme ton blog me plaît trop ( tu n’en as sûrement pas besoin) je te rajoutes dans mes favoris….

Estèbe dit:
1 juin 2006 à 17:34 m
Merci de votre soutien chère Mamina, top aimable. Ah que oui on en en besoin de gentils p’tits liens

cric dit:
1 juin 2006 à 19:13 m
bon, à part bouffer et picoler, qu’est-ce tu fais de beau ?
J’aimais bien Ottawan aussi… Heureusement que Lorie vient de nous faire un zouli album de zouk

Estèbe dit:
1 juin 2006 à 19:33 m
Votre franchise de ton, chère Cric, m’évoque celle du troll Bocuze. Voulez-vous que j’arrange une rencontre? A part “bouffer et picoler”, chère madame, j’étudie les textes anciens: Brillat-Savarin, Curnonsky, Ali-bab et Joe Miam.

Mitsuko dit:
2 juin 2006 à 10:04 m
J’ai pas de mandoline! (Badoleio, bandoleia) Tu crois que l’économe balèze peut faire le même boulot?

Anna dit:
2 juin 2006 à 23:57 m
Ma mandoline est mono-compétente, elle ne fait que des rondelles…glups, c’est grave docteur?
Je la mangerais bien ta terrine, ça a l’air frais, doux et parfumé avec que des ingrédients que j’aime!
Bilan : à défaut de mandoline performante, je tenterai le couteau à la main… )

Estèbe dit:
5 juin 2006 à 16:09 m
Si la mandoline venait à manquer, le couteau tranchant peut faire l’affaire, manié avec dextérité certes. L’économe, même balèze, sans doute pas.

Écrit par : Divers | 16/03/2007

WOW, ça c'est un bon article, que et nous vous laisse tout de suite un commentaire

Écrit par : prono france honduras | 12/06/2014

Les commentaires sont fermés.