16/03/2007

Voguent les petits mousserons

Salut les cop's de la St-Georges

 

Champi.jpgCe sont de petits champignons mignons que les champignonneurs aiment bien. Car dans le près ou le sous-bois printanier, quand on en trouve un, on en trouve trente autour. Ce qui est toujours satisfaisant. Voilà donc deux bonnes poignées de mousserons de la Saint-Georges, offerts gracieusement par Nelly, partie traquer la morille et tombée sur un aréopage de petits chapeaux blancs au détour d'un pâturage vaudois.

Bon, il n'a pas la saveur de l'enfer, ce champi-là. Serait plutôt délicat, comme on dit des choses au goût menu menu. L'intérêt? Il reste ferme, bien croquant, en offrant une subtile amertume à nos papillettes. Les aïeules le cuisent en deux fois: primo à l'huile pour virer l'eau. Deuzio, au beurre pour le faire dorer. Nous, on a fait ça d'un coup, d'un seul. On a mis une noisette de beurre dans une poêle, avec un peu d'ail et de gingembre hachés. Après un moment, on a ajouté les mousserons, à feu pépère. On a couvert. Puis salé, poivré et relevé d'une modeste tombée d'origan au dernier moment. Il faut balancer l'eau, évidemment, puis servir, comme ça, sans chichi.
C'est ferme, croquant même, et, disons... top délicat.

Bizzzzzzz 

PS: A guigner sur le blog d'Olif, un dossier - que dis-je, une fresque -, sur la chasse aux morilles en pampa jurassienne. Avec une vraie séquence de thriller dedans. Drôle autant que passionnant. 

Commentaires

Papilles et Pupilles dit:
27 avril 2006 à 14:52 m
C’est délicat, tout comme moi… J’aime beaucoup.

J’ai suivi effectivement la chasse à la morille aujourd’hui )

Olif dit:
27 avril 2006 à 16:18 m
La chasse aux morilles même pas terminée, tu dégaines déjà tes mousserons de printemps! Mais c’est vrai que c’est Top Slurp avec Georges aussi!

Et qu’est-ce qu’il propose comme petit picolo de derrière les fagots avec les mousserons, Estèbe?

Estèbe dit:
27 avril 2006 à 16:28 m
Partirais plutôt sur un blanc (gigembre oblige) un poil corsé.
Du vécu? On a picoré les mousserons à l’apéro, avec un Saint-Véran des Deux Roches (me souviens plus du millésime), aromatique et dru comme un pinson.

Écrit par : Divers | 16/03/2007

Les commentaires sont fermés.