18/03/2007

Cake de mites et cookies de fourmis

Bisoux,

Un livre récent s'amuse à recenser des plats du monde entier qui, vus d'ici, paraissent au mieux étranges et le plus souvent total pouark. "Le cabinet des curiosités culinaires" (Christophe Casazza et Virginie Descure, ed. Hors Collection) nous cause ainsi d'un flan de larves de cafard, de boudin de boa, de chenilles au beurre de cacahuètes, de foetus de canard au sel, de méduses braisées, de criquets au chocolat et de la chair crue de phoque qu'avalent les Inuits dans la bonne humeur polaire. Outre le côté distrayant de l'affaire, le bouquin nous rappelle que, malgré le syncrétisme galopant de la cuisine branchée, nos pupilles sont loin d'avoir fait le tour du monde. Et que les choses du miam demeurent intimement liées à notre propre marinade culturelle et sociale. Il est du bon goût comme du nombril; chacun a le sien, différent de celui du voisin. Et comme disait Blaise, slurperie en deçà des Pyrénées, berkerie au-delà. Mijotez ça.
Adios 

Les commentaires sont fermés.