18/03/2007

Crachons les grands Bordeaux

Salut les gars, salut les filles

On feuilletait la dernière Revue du Vin de France, en sifflotant Yellow Submarine, vêtu d'un pyjama fantaisie et de charentaises pur mouton, quand un tableau plein de chiffres nous a arraché un juron. Diable-à-couilles-vertes!
Page 162, la RVF a dressé un comparatifs de l'évolution du prix des primeurs bordelais. Et ça fait atchment mal. Au porte-monnaie certes. Mais à l'âme itou. Sur un échantillon de 80 propriétés, l'augmentation moyenne entre 2004 et 2005 frôle les 100%. Le prix moyen de la bouteille a été multiplié par trois. Comme ça, par magie. 
Certains châteaux en ont profité pour établir des records de surchauffe tarifaire (Margaux + 337%; Larcis-Ducasse + 330%) proprement insensés, pour ne pas dire obscènes. Et vaguement embarrassants pour l'amateur de vin. Car outre que ces pinards-là, on ne pourra plus les boire (à vrai dire, on s'en tape total), leurs propriétaires, en surfant sur la couillonnerie des acheteurs plein aux as et l'aura du millésime, jettent un voile puant sur l'ensemble de la culture oenophile. Exactement comme les élus ripoux ternissent l'image de la politique. Ou les gros dopés celle du sport. Entre les chips de chêne et les entubes girondines, le monde du vin craint. Oui, madame.

Snif, snif

PS: A lire sur le sujet, les palpitantes reflexions du vigneron Hervé Bizeul du Clos des Fées. Lequel produit de grands vins et pratique des tarifs assez costauds, qui demeurent pourtant à un bon mois de salaire des Ausone, Cheval Blanc et consorts.

Commentaires

14 réponses à “Crachons les grands bordeaux”
Gracianne dit:
28 août 2006 à 12:06
Zont rien compris, ils veulent vraiment nous faire boire du vin du Chili.

Zorg dit:
28 août 2006 à 12:45
Bien balancé, M’sieur Estèbe. Faites comme moi: passez au Chaton La Pompe.
Ou alors, cambriolez la cave de votre voisin (je suis sûr qu’il le mérite, avec son chien plein de poils et ses marmots qui braillent toute la sainte journée. En plus, ça se trouve, il est abonné aux Inrockuptibles…)

jupiter dit:
28 août 2006 à 12:58
La réalité va peut être les faire tomber de haut.

Et si la qualité avait été multiplié par trois aussi ! bon mieux vaut en rire, que faire d’autre.
jupiter

bocuze dit:
28 août 2006 à 12:59
J’aime pas Bernard Buffet

Estèbe dit:
28 août 2006 à 13:03
Cette vieille manie de Bocuze de tout ramener à la peinture.

olif dit:
28 août 2006 à 13:15
Pour se consoler de ce tableau noir comparatif et de l’inintérêt total de ce sempiternel numéro de la RVF sur les foires aux vins (où les vins de Bordeaux sont d’ailleurs la cible n°1 des acheteurs en caddie), on relira jusqu’à plus soif cette superbe dégustation comparative de vins jaunes. Macle versus Tissot, Jean versus André et Mireille, Laurent versus Stéphane, le Jura vainqueur! Et on appréciera pour la première fois dans ce magazine la mise en avant du travail de Laurent Macle, qui, dans la lignée de son père Jean, est bien le véritable artisan des vins du domaine depuis maintenant plusieurs années.

Estèbe dit:
28 août 2006 à 13:18
Oui, oui, Olif, on a lu ça avec plaisir. Et avec une immédiate soif de vrais breuvages, enfantés dans l’amour et non dans la cupidité.

Papilles et Pupilles dit:
28 août 2006 à 14:39
D’ailleurs à la maison on ne boit plus que du Tarriquet ! c’est moins cher et en plus c’est bon !

mamina dit:
28 août 2006 à 15:36
Heureusemnt qu’il ny a pas que le Chili et le Bordelais…

Baraou dit:
28 août 2006 à 21:32
Bordeaux c’est Bordeaux ! C’est unique au monde et le marché des primeurs ne correspond à rien de comparable dans le reste de la planète vin. De plus, avec les russes, les chinois et les indiens, il y a de nombreux futurs riches qui vont s’arracher les Grands Crus bordelais pendant les années à venir.
Alors attention aux contrefaçons ! Mais pitié, pas du Chili !

alhya dit:
29 août 2006 à 8:17
j’aime quand ça s’échauffe, tout en finesse, dans la tête de ce cher Estèbe et qu’il en fait part!

JPierre dit:
30 août 2006 à 10:22
Heureusement que les vignerons du sud ouest ont compris la manoeuvre, et qu ils sont a meme de nous offir des vins avec un rapport qualité/prix plus que décent.

Luc dit:
16 septembre 2006 à 9:08
Euh, et les vignerons suisses? ;-(

Estèbe dit:
16 septembre 2006 à 13:32
Relativement chers à la base (quoique….), les Suisses, mais peu spéculants, heureusement.

Écrit par : Divers | 16/05/2007

Les commentaires sont fermés.