18/03/2007

L'increvable gratin de courge façon mémé

Zoir'

Peu sont les recettes demeurant inchangées entre notre édition du Larousse Gastronomique de 1938 et celle des années 2000. C'est que la nouvelle cuisine est passée par là, raccourcissant les cuissons et allégeant les plats. D'où une refonte quasi totale du répertoire. Mais un seul îlot résiste à l'impérialisme de la modernité: le gratin de courge. Lui traverse les décennies et les modes sans vieillir, sans souffrir, sans faillir. Plus frais encore que Nana Mouskouri et Michel Drucker réunis, le gratin de courge nous enterrera tous.

Assez blablater: au boulot.
- On commence par peler la courge, qui est coupée en cubes puis pochée à eau frémissante 10 minutes.
- On égoutte, on huile un plat à gratin et on aligne les cubes en couches, en n'oubliant pas de saler, poivrer et muscader entre chaque étage. Petit entorse à la tradition: le kamoun, que l'on peut ajouter avec une certaine largesse. Sluuuurp.
Bref, nous voilà tout en haut: une grosse giclée de crème et une tombée d'un (bon!!!) gruyère râpé. Si possible pas l'insipide infamie vendue sous ce nom en supérette.
- Au four, 180°, vingt minutes.

Et quand un brouillard froid tombe sur la ville, quand retentit le funeste croassement des corbeaux, quand nos belles valeurs judéo-chrétiennes se mettent à empester la napht', ben rien de mieux que de se brûler la baveuse avec un gros gratin brûlant.
Bien à vous

Commentaires

25 réponses à “L’increvable gratin de courge façon mémé”
Zorg dit:
26 octobre 2006 à 9:57
C’est comme le Larousse médicale, Estèbe. Disparus, les crétins goitreux et autres nouveaux-nés bicéphales. En revanche, la bonne vieille rougeole a toujours sa place…

Anne Cé dit:
26 octobre 2006 à 10:00
Slurp ! j’adore ça ! Et effectivement, avec la purée, c’est bien l’un des rares plats que je cuisine encore comme ma grand-mère ! ;o)

mamina dit:
26 octobre 2006 à 10:09
Ca y est, t’es revenu?
On s’inquiétait dans les foyers berrichons. On voulait même faire un “avis de recherche” à la télé, mais l’émission n’existe plus!!!
Scotland Yard et le FBI étaient prévenus ainsi que la police des aéroports… bon, j’annule tout.
Et je râpe mon gruyère moi même, c’est quand même autre chose!

jupiter dit:
26 octobre 2006 à 10:10
Jocker, même à l’agonie, jamais de courges

Gracianne dit:
26 octobre 2006 à 11:00
Ouch! C’est chaaaaud…

Le confit c'est pas gras dit:
26 octobre 2006 à 11:40
J’ai bien lu “Kamoun” ? J’adhère totalement : le gratin de courge, c’est incontournable.

Elvira dit:
26 octobre 2006 à 11:44
C’est toujours un plaisir de te lire, Estèbe!

alhya dit:
26 octobre 2006 à 12:15
et qu’est le kamoun? une turtle ignarde!

irisa dit:
26 octobre 2006 à 12:31
J’aime ce gratin comme j’aime ma mémé ! c’est dire ! Et j’aime aussi ta narration poétique !!

Estèbe dit:
26 octobre 2006 à 14:14
Anaik et Alhya, le kamoun, c’est du cumin nord-africain en poudre. Et c’est achement parfumé. Hôu ouii.

scoopette dit:
26 octobre 2006 à 14:20
Dis donc Estèbe, qu’est-ce que tu fais sur ton blog? T’as pas un repas à préparer?

Sugus dit:
26 octobre 2006 à 14:22
Moi je goûte, me nourris, me régale… de la prose d’Estèbe! Et je ne manque pas un billet
Quant à me mettre aux casserolles, mon truc c’est plus la “Feignasses Food” de Kozlika!
http://wiki.khlevina.info/doku.php/claviers-et-octets:feignasses-food-blog

Patrick CdM dit:
26 octobre 2006 à 16:28
Je trouve bien de comparer comme Zorg la courge et la rougeole. Il y a une vraie épidémie (de courges) sur les blogs, et çà me fait le même effet (que la rougeole).

Estèbe dit:
26 octobre 2006 à 16:58
Mais nooooon, la courge, ce n’est pas la rougeole.
Primo, c’est orange, pas rouge.
Deuzio, ça s’attrape pas en se galochant le museau, mais sur l’étal du maraicher.
Tersio, on n’est pas immunisé quand on l’a eu une fois. Serait plutôt le contraire: qui s’est slurpé de la courge en automne ne pourra plus jamais s’en passer. Na!

Scoopette, oui, j’ai un écureuil à dépecer.
Sugus, mille mercis émus.

raymonde dit:
26 octobre 2006 à 18:56
Oui, Patrick, ya beaucoup de recettes de courges sur les blogs mais en gratin, de cette façon, c’est ce que j’appelle un plat réconfortant et on en a besoin en cette période automnale à l’approche de la période hivernale…

Le confit c'est pas gras dit:
26 octobre 2006 à 18:58
Je sais bien (ah, la culture pied-noir), c’est juste que ça sonne joliment à mon oreille, et que c’est rare de le lire

anitaa dit:
27 octobre 2006 à 17:00
Alors Estèbe est devenu suisse, y connait même plus le nom du charmant potiron !
Plus il est orangé, presque rouge et plus il est ferme à la cuisson, donc parfait pour le gratin. Le trio gagnant épicé avec celui-ci : kamoun, muscade ou gingembre.
Je vais vite essayer ta recette, merci !!!

loulou dit:
27 octobre 2006 à 19:20
Comme le monde est petit mon cher estèbe, je posséde moi mème un larousse gastro edition 1938 (celui de mémé, qu’ elle avait reçu pour son mariage en ……..1938) prèt pour un p’tit défi……….que diriez vous de la poularde à la Doria (voir page 882……….)

Estèbe dit:
28 octobre 2006 à 13:45
Anitaa, en fait le terme “courge” serait le nom générique, coiffant potirons, potimarons et autres mignons pâtissons.
Loulou, la poularde à la Donia (page 882 chez moi aussi) me semble dangereusement calorique et dispensieuse (trop de truffe vide la bourse). La recette qui suit - la poularde à l’estragon - paraît bien plus aimable. Chiche?

loulou dit:
28 octobre 2006 à 14:27
et l’arrow-root on va trouver ça ou? la description page 94 me laisse perplexe, je descent voir chez l’antillais du coin au cazou !
Pour les truffes c’est la que l’on se rend compte que les choses change (et qu’on ne me parle plus de croissance du pouvoir d’achat ou je ne sais quoi !!!!) non de non ! le front populaire avait deux ans……….tout de même !

Estèbe dit:
28 octobre 2006 à 16:40
Visiblement, cet arrow-root est une fécule exotique naguère utilisée pour lier les sauces. Ne pourrait-on remplacer ça par de la maizena par exemple?

jupiter dit:
29 octobre 2006 à 10:28
Ouich et bien je suis bien content , des courges vont mourrir par milliers pour “Alloouin” .
Je suis pour la “St Barthelemy” des courges,et contre le minable tsunami halloween.
Malgré le 9/11 ces courges sont entrez sur notre territoire.

Jupiter , traumatisée par une tarte à la courges à l’âge de dix ans

tient, sieur Estèbe, je t’ai mis sur mon blog un Hotel que peut être! tu reconnaîtra
et salut au grand moustachu au couteau “top tranchant”

jupiter dit:
29 octobre 2006 à 21:04
je suis hors sujet.

c’est l’hotel du mont d’arbois où mon popa était chef d’une brigade de 130 en cuisine ( tout et rien que du frais) en 1937
rhoooo tu connais pas

Mitsuko dit:
29 octobre 2006 à 23:32
Au risque d’affronter l’opprobe général(e), je dirai que le gratin de courge m’a laissé des souvenirs d’enfance très fades… Je passe encore aujourd’hui!

Zorg dit:
30 octobre 2006 à 12:00
Ce n’est pas très nouveau, tout ça: chaque année, à la même époque, une dame portant chapeau fait défiler le gratin des courges. Il faut dire que, souvent, c’est assez indigeste…

Écrit par : Divers | 25/04/2007

Les commentaires sont fermés.