18/03/2007

Le fenouil cru (et cool) aux pignons rôtis

Bonjour, comment ça va?

 

 

 

Il y a quelques années, l'ami Sarto avait débarqué avec, dans son petit panier d'osier, des fenouils, un morceau de parmesan, des pignons, un citron vert et une recette qui allait avec tout ça. On ne l'a jamais oublié cette recette-là. Elle vient du Frioul. Elle est bien. Elle est simple. Et vite fait. La voilà:

 

1 / Enlevez les tiges, puis coupez le fenouil en deux (un fenouil pour deux mangeurs, deux fenouils pour quatre...), enlevez le coeur coriace, et tranchez le légume en fines virgules en partant du cul. Euh... disons, du fond.

2 / Faites dorer une poignée de pignons à la poêle sans matière grasse. Laissez refroidir

3 / Disposez le fenouil sur un plat plat (ben oui, un plat plat) en évitant l'empilage. Arrosez d'une bonne huile d'olive, d'un filet de lime, salez, poivrez au poivre de Séchouan, coiffez de copeaux de Parmesan puis parsemez de pignons.

4 / Servez avec le sourire et attendez que la foule slurpique (du verbe slurpiquer: V, intr. (slyrpke) (2006 de slurp): Gémir "top slurp").

PS: Arrosez d'un blanc sudiste racé et pas trop lourdingue, une roussanne des Corbières du Domaine Roquenegade par exemple. L'est pas belle cette idée-là?

PS2: On me dit que le citron vert peut être avantageusement remplacé par un citron jaune. C'est un vrai débat.

See you later, les alligators

Commentaires

Alors là, bravo MONSIEUR Estèbe,
Depuis plus de 40 ans mon épouse cherchait à me faire avaler ce fenouil (et tous les autres) dont le seul nom m'étranglait au souvenir du légume éponyme bouilli servi au réfectoire de l'internat de mon adolescence... et là, miracle : je le goûte de bout des lèvres, le déguste à pleine bouche, l'avale avec une satisfaction rarement ressentie ... et en redemande.
Je vous trouve quelque peu dangereux avec ces recettes qui risquent de frapper d'apoplexie des épouses moins robustes que la mienne, dans des cas similaires mais le fenouil est devenu une de mes entrées préférées après 58 ans de haine farouche.

Écrit par : Pierre Tissot | 11/05/2008

Je garde le citron vert et le quatrième slurp. Le topissime.

Écrit par : Tifenn | 11/11/2010

Pour info, je ne retire rien de ce que Pierre Tissot avait écrit le 11 mai 2008 (ouais 40 ans après l'autre) puisqu'il a pris le pseudo sus-mentionné.

NB J'en suis toujours friand, de CE fenouil

Écrit par : La Jonquille | 11/11/2010

Les commentaires sont fermés.