18/03/2007

Lentilles vertes et chèvre frais? Un couple slurp

 

Hugh

 

 

 

 

Heureux Genevois, ils peuvent engloutir les lentilles vertes de Sauverny, produites à une encablure du jet d'eau et tout aussi slurp que leurs cousines du Puy. Notre petite carcasse manquait-t-elle de fer en ce début d'automne? On a en tout cas récemment cuisiné un paquet entier de ces précieuses légumineuses. En deux temps. Primo: chaudes, au laurier et lardons. Deuzio: tièdes en salade, au romarin et chèvre frais. Seconde version sexy en diable, dont on vous file la recette. Comme ça. Par amitié.

 

Première étape: rincer les lentilles à l'eau claire (en entrée, compter 50 gr par mammifère), avant de les immerger dans une casserole d'eau frémissante en compagnie d'un bouquet garni. Très important, le bouquet garni. Voui, Mônsieur.
On attrape une carotte qui passait par là, qu'il s'agit de détailler en minis cubes, façon brunoise. Hop, les carottes vont rejoindre leurs copines into the casserole. Au bout d'une vingtaine de minutes, quand les lentilles sont cuites mais encore croquantes, on égoutte. Avant de réserver à température ambiante.

Au fond d'un saladier, on émince pitit pitit une échalote et quelques brins de romarin. On ajoute la moitié d'une tome de chèvre frais coupée en petits morceaux. Puis les lentilles et carottes tièdes. Huile d'olive (sans lésiner), vinaigre de Xérès (avec parcimonie), fleur de sel, sel fin, poivre. Et on touille dru, jusqu'à ce que le chèvre soit réduit à un aimable néant blanc.

Dernier mouvement (roulement de tambour): on coiffe la salade du fromage restant, coupé en tranches fines, arrosées d'huile d'olive, de fleur de sel et de romarin. 
Et grountch grountch grountch.

A+, amigos

PS1. Lentilles de Sauverny: où, qui, quand? Michel Courtois, 11, rte Bravaude, Versoix, tél. 022 755 43 16, marché à la ferme les lundi, mardi, vendredi de 9h à 18h, le samedi de 9h à 17h.

Commentaires

12 réponses à “Lentilles vertes et chèvre frais? Un couple slurp”
LOULOU dit:
18 octobre 2006 à 9:52
oh oui! c’est bien la salade de lentille, pis ça donne bonne conscience malgrès ksé que du féculent ! eh ho! c’etait quoi le rouquin dans le verre ? (c’est qu’on prend des habitude…)
@+

Estèbe dit:
18 octobre 2006 à 9:55
Le rouquin, c’est l’Orphée du Mas Foulaquier, Pic St Loup, Languedoc, 2005. Total slurp, chère Loulou, total slurp.

LOULOU dit:
18 octobre 2006 à 10:14
les zabitudes avec un zes zest encore mieux, excusez mon incultivation orthographique, très bien l’orphée !, aime bien aussi l’hortus en pic st loup c pas mal …..

Estèbe dit:
18 octobre 2006 à 10:39
Moi aussi, Loulou, et hop, un youpiii pour l’Hortus

alhya dit:
18 octobre 2006 à 12:51
pas si cancre l’Estèbe, pas si cancre!

mamina dit:
18 octobre 2006 à 13:24
Et tes lentilles, est-ce qu’elles ont des cailloux… parce qu’ici, dans le Berry on a de la blonde (de lentille) sans caillou…quoique je préfère la verte ( du puy).

Zorg dit:
18 octobre 2006 à 13:45
Perso, je mettrais un peu plus de vinaigre. Parce que ça pompe, la lentille. Mais sinon, rien de meilleur en salade: celle concotée par un chef duement toqué comme celle que nous croisions naguère dans les estaminets louches de la banlieue parisienne…

Estèbe dit:
18 octobre 2006 à 13:52
Non Mamina, pas de caillou. A moins que…. arghhhhhh

Zorg dit:
18 octobre 2006 à 14:06
Ma, Mamina, la plou meilleure bonne, c’est la rouge (orange, en fait).

raymonde dit:
18 octobre 2006 à 14:20
Oui oui oui ! La corail, elle est bien bonne mais ya plus de fer dedans. Avec chèvre frais, j’y aurais pas pensé !

La tite vache fait le guet, elle veut pas qu’on l’oublie ???

Fabienne dit:
18 octobre 2006 à 22:42
Oh, une salade de lentilles tiède c’est le top pour moi !

lory dit:
23 octobre 2006 à 12:08
cio
j’aime beucoup cette recette, une bonne idée!

Écrit par : Divers | 25/04/2007

Les commentaires sont fermés.