18/03/2007

Soirée slurp dans le noir

Bonne nuit les amis, 

Tiens, l'autre jour on a dîné dans le noir. Avec un bandeau opaque sur les yeux. Chouette expérience. Sur le modèle éprouvé dans diverses métropoles dans le vent, la Cité des Vins genevoise organisait la soirée aveugle, avec un non-voyant bavard comme animateur. Rigolo de constater comment les ténèbres vous boostent la perception des odeurs et du goût. Les vins offraient des bouquets scotchants, les aliments des saveurs pétaradantes. Au menu: une purée de lentilles en amuse-bouche, une poêlée de bolets, coquille St-Jacques et saucisse de veau en entrée, une pièce d'agneau avec une purée de topinambour ensuite, et un sorbet de tomate pour le dessert. Le tout finement arrosé. On a quasi tout reconnu, a part le parfum de la voisine.

Ils remettent ça sous peu; ça coûte 120 fr. Essayez donc de vous masquer les pupilles, vos papilles adoreront.

Bisaïeule
Euh... on voulait dire: bises à l'oeil

Commentaires

12 réponses à “Soirée slurp dans le noir”
Patrick CdM dit:
28 septembre 2006 à 9:41
Mon rêve quand je suis obligé de manger avec certaines personnes (j’ai un métier contraignat), ne pas les voir… Mais c’est vrai que ce genre d’expérience, entre gens motivés, est intéressante..

Zorg dit:
28 septembre 2006 à 9:43
Moi, j’ai essayé sans les mains, et c’est franchement plus cracra.

sooishi dit:
28 septembre 2006 à 10:27
J’aime beaucoup cette idée, j’avais entendu parler d’un restaurant à Zürich qui fonctionne comme cela…
Chouette expérience j’imagine!

salwa dit:
28 septembre 2006 à 10:44
ca doit etre sympa , enfin a tester au moins une fois !

Anne (P&P) dit:
28 septembre 2006 à 11:52
Une expérience à tenter

mamina dit:
28 septembre 2006 à 11:57
Coucou Estèbe,
Dis-moi, quand tu parles de saveurs pétaradanters, c’est bien à cause du topinambour ou est-ce que je me trompe?

Estèbe dit:
28 septembre 2006 à 13:21
Très en forme, la Mamina au retour de sa campagne italienne.

raymonde dit:
28 septembre 2006 à 16:33
Très sensuel comme expérience. Comme dans le film avec Kim Bassinger (je ne me souviens pas du titre) !

Estèbe dit:
28 septembre 2006 à 16:51
Oui Raymonde. Bon, on est quand même resté habillé; on ne s’est pas tartiné les fesses de confiture de fraise. Et puis, ça a duré deux heures, pas 9 semaines et demi.

raymonde dit:
29 septembre 2006 à 0:20
Merci de me rappeler le titre. J’ai toujours dans la tête 37 et demi le matin, mais je savais que ce n’était pas ça ! Merci de mettre les points sur les zis, j’ai eu chaud… !

olif dit:
29 septembre 2006 à 10:18
37,2 le matin, c’est la température rectale de Béatrice Dalle dans la fameuse scène d’ouverture du film de Jean-Jacques Beinex. Même pas un petit fébricule! Il n’y a que le spectateur cinéphile libidineux qui s’est un peu échauffé!

Estèbe dit:
29 septembre 2006 à 10:59
Fébricule… On imagine toute les rimes riches à faire, tout en sentant la patte du praticien dans ce vocabulaire fleuri.

Écrit par : Divers | 03/04/2007

Les commentaires sont fermés.