19/03/2007

Hommage à notre caviste adoré

Yeap,

 

 

 

 

On l'a rencontré il y a 16 ans. Et on ne l'a jamais plus quitté. A part quelques infidélités de ci, de là, bien sûr. Faut bien aller boire ailleurs. Mais on y retournait toujours, la truffe à terre et le gosier pentu.
L'objet de cette dévotion, ben, c'est notre caviste, le Cave SA à Gland (oui Gland, j'en vois d'ici qui ricanent), dont l'étendue de la gamme et la justesse des choix nous arrachent encore et toujours des sanglots de reconnaissance. Jamais une bouteille sortie de ce catalogue-là n'a fini dans l'évier ou dans la sauce. Excellente toujours, mirobolante souvent, cette sélection mériterait la médaille du bon goût. Et celle du flair prospectif aussi. Car bien des stars actuelles du vignoble européen ont été repérés là avant que leurs noms s'affichent dans les gazettes et les cartes de bistrots in. Des héros de l'Hérault aux phénix du Piémont, via les cadors de Loire, du Jura, de la Bourgogne ou du Valais. Des noms? Dugat Py, Olivier Jullien, Ostertag, Deiss, Alquier, Marlène Soria, Puffeney, Marco Parusso, Bruno Rocca, Perrot-Minot, Philippe Forreau, Joguet et on en passe et même des Girondins.

Bref, tout ça pour dire qu'on s'est slurpé récemment quelques nouvelles trouvailles du Cave SA à prix riquiqui. Des "petits" vins du sud de la France. Nickel, comme d'hab. Harmonieux, digestes, précis, sans lourdeur, boisé intempestif ni fumet suspect.
Une Syrah du Mas des Aveylans dans le Gard, une petite bombe épicée, tout en intensité et en définition.
Un Costières de Nimes, les Grimaudes de Marc Kreydenweiss, dont la sveltesse et le naturel font que la bouteille atteint le ground zero à peine le tire-bouchon posé sur la table (quasi véridique).
Un Côte du Ventoux du Domaine Martinelle, juteux, plein et gourmand en diable.
Les Intillières de La Jasse Castel, un fitou pulpeux et élancé, avec un zeste de belle sauvagerie.
Et un Espagnol aussi, de la Ribera del Duero chez Pago de los Capellanes, épicé, corsé mais pas vulgos pour un sou. 

Tout ça pour une dizaine de francs la bouteille, soit moins de huit euros. Comprenez qu'on l'aime notre caviste. Remarquez y'en a d'autres qu'on aime aussi, celui-là et celui-ci, par exemple. On chantera leurs louanges une autre fois.

Fin de la page de publicité. Fin de la déclaration d'amour aussi.

Aimables papouilles

18:01 Publié dans Des vins | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | | |

Commentaires

12 réponses à “Hommage à notre caviste adoré”
mamina dit:
10 mars 2007 à 19:04
Si ton caviste mérite une telle déclaration d’amour, que dire des helvètes qui appelent une de leur commune Gland et une de leur palce la Place du Mollard… si l’un a le chic pour dégotter les bons vignerons, les autres sont assez doués pour choisir des noms pleins de charme!

Tiuscha dit:
10 mars 2007 à 20:12
Toujours chouette ce type de billet pour identifier deux-trois bouteilles, la syrah du Gard me plaît bien.. Dis moi amateur de vin, sans doute pourrais-tu répondre à ça :
http://saveurpassion.over-blog.com/article-5810970.html
Si tu le souhaites naturellement…

olif dit:
10 mars 2007 à 20:54
C’est beau, j’en pleurerais! Mais bon, vous m’avez fait peur, au début, j’ai cru qu’il ne s’était pas remis de sa mauvaise chute en montagne et je m’apprêtais à boire un verre à sa mémoire!

Si un de ces jours, vous allez faire des courses juteuses à Gland (non, je ne ricane pas!), manifestez-vous, ce n’est qu’à un saut de (pré)puce de chez moi!

Estèbe dit:
11 mars 2007 à 7:50
OK, Tiuscha. Vais m’y coller.
OK, Olif, ça pourrait ressembler à un rendez-vous g(a)land.

Anne (Papilles et Pupilles) dit:
11 mars 2007 à 8:36
Olif ne ricane pas mais je ricane pour deux.

Claude-Olivier dit:
11 mars 2007 à 9:52
En effet, a ces prix là, ca vaut la peine…moi j’ouvre du lynch-bages ce soir..on verra

Bon dimanche
Claude
Gland c’est très joli, j’y venais souvent petit

dams dit:
11 mars 2007 à 14:48
ca c’est une page de publicité comme on aimerais en voir plus

c’est peut être jus te dommage de ne pas avoir cité mr. Perrin, l’ame de cette maison

Amitiés
Damien

p.s: je me réjouis de voir la réponse au questionnaire sur le vin.. lol

Estèbe dit:
11 mars 2007 à 17:13
C’est vrai, par pudeur ou absence de cervelle, on n’a même pas cité ce bon Jacques Perrin. Une honte. Hou!

renardgourmande dit:
12 mars 2007 à 5:06
chanceux….si vous saviez de quelle liberté vinicole vous jouissez en Europe! Ce billet me fait me ronger de jalousie…… Les choix sont plutôt restreints ici et aucune de ces merveilleuses bouteilles n’orneront ma table. Mais je suis avec toi pour la dégustation! Ils avaient l’air rudement bons! Je comprends ton affection pour le caviste….ces artistes de la bouteille à démystifier!

Estèbe dit:
12 mars 2007 à 11:22
Ma pauvre renarde. Demandez l’asile politique en Suisse. On a des reltions; ça devrait pouvoir se faire.

jupiter dit:
12 mars 2007 à 18:35
Le moustachu est donc au piquet ; attention j’ai rarement vu quelq’un tué à coup de tire bouchons.
Moustachu forever alors un de ces jours ?
Quand à Gland j’y ai mangé les “fameuses” perches du Lac et bien sûr succombé aux joies du grattage , les puces de canards y sont infernales. mieux vaut se baigner dans le vin.

Baraou dit:
12 mars 2007 à 23:20
Caviste à Gland (sans s) pourquoi pas ? Je suis bien caviste à Bû !

Écrit par : Divers | 27/03/2007

Les commentaires sont fermés.