19/03/2007

L'abécédaire des nouveaux mots de la cuisine

 

Salut, 

 

 

Il en va du vocabulaire culinaire comme de tous les héritages culturels, ça lasse. Voilà donc quelques termes et expressions modernes et vivifiants, glanés ça et là dans la blogosphère, ainsi que dans le for intérieur de mèzigue. Termes qu'il vous faudra adopter avec la vélocité de Madonna devant un nourrisson malawite.
Démarrons sans façon, selon l'indiscutable ordre alphabétique.

 

Blogable (adj.): Plat mangeable et, surtout, dûment photographié.

Blogomiam (n.f.): Communauté de gourmets virtuels.

Bloglouglou (n.f.): Communauté cousine, mais branchée pinard.

Basinger (v.tr.): Oindre le corps d'un proche avec le contenu du frigo. Encore aurait-il fallu que vous me basingeassiez avec un rien plus d'application (Sainte-Beuve).

Château Alka (n.m.): Petit vin abondamment soufré. V. Clos Seltzer.

Cocotter (v.tr.). Cuire dans une cocotte. Un puissant fumet envahit la pièce; soudain il comprit: Germaine cocottait (Maupassant).

Dernier tango (n.m): Ajout d'une noisette de beurre facilitant la réalisation d'une recette délicate.

Dégraisser (v.tr): Faire subir au gras surnageant sur le bouillon le même sort qu'au personnel de multinationales délocalisantes.

Lignaquisation (n.m.): Mouvement du début du XXIe siècle consistant à transformer en star de la télé des cuisiniers au talent discutable mais au physique avantageux. Sitôt Maïté partie en retraite, la lignaquisation gagna les fourneaux télévisuels (G. de Villiers).

Mercotage (n.m.): Réalisation de macarons en cascade.

Pétogène (adj.): Dans la prose anaikienne et gudulesque, qualifie certaines légumineuses, on ne sait trop pourquoi.

Plant-plan (n.m): Cépage flatteur, planté partout sur la planète.

Snackouillerie (n.f.): Petite mise-en-bouche à déguster avec les doigts.

Tébé (pour trompe-benêt, adj): Recette terriblement alléchante sur papier et infâme en vrai. Particulièrement tébées, ses quenelles à la guimauve et au ketchup tinrent leurs promesses. (Maurice Druon)

Top slurp (adj). Nom de ce blog (voir origine), en proie à devenir une évidence lexicale chez certains de nos collègues. Pas de problème pour les droits. On est tous potes dans la blogomiam (voir ce mot).

Toucon (adj.). Sous la plume louloutesque, désigne les recettes ne représentant pas de difficultés majeures. Mon poireau, l'est super toucon (Du Bellay).

Vivagéliser (v.tr.). Nourrir sa famille grâce à ces choses inertes cachées dans le congélateur.

Wouizzzer (v. intr.): Passer au mixeur, terme rencontré chez Madame Gudule. V. vrouvroumer.

Toi aussi tu connais un mot gastro-rigolo? Dis-le nous vite, que cette liste devienne très très longue et drôle. 

Mes hommages, chers tous

Commentaires

21 réponses à “L’abécédaire des nouveaux mots de la cuisine”
Olivia dit:
30 novembre 2006 à 10:12
Drôlissime ! J’ai hâte d’avoir la suite ….

jean-Jacques dit:
30 novembre 2006 à 11:42
Quelqu’un qui cite Sainte-Beuve avec un tel à-propos ne peut être qu’une personne de qualité.
J’ai failli ajouter ” pintade “, quelle erreur ! Ce n’est pas un terme de cuisine mais de sociologie.
Pintade (n.f.) : habituée des dîners en ville. ” Elle me court sur le haricot cette pintade ! ” La Reynière.

LOULOU dit:
30 novembre 2006 à 12:23
Après la pintade nous avons aussi “la dinde” (n.f ou n.m) désigne le blogeur bêta n’arrivant pas à ce dépatouiller avec les fonctions basics et passant sont temps à gémir sur son sort: “j’suis vraiment une dinde j’ai encore perdu mon RSS machin chose..mais à quoi ksa sert dabord ! “

MarieT dit:
30 novembre 2006 à 12:46
Très bonne initiative. Je reviens te voir si je capte de nouveaux mots mais aussi rien que pour le plaisir de lire la suite. Tu peux toujours ajouter :

Bizzzzzzz : marque d’affection privilégiée entre blogueurs !

Jupiter dit:
30 novembre 2006 à 13:56
Coucou : se présenter comme l’oiseau du même non en se manifestant sur un blog, parasite qui laisse un commentaire toujours mielleux dans le blog des autres

mercotte dit:
30 novembre 2006 à 14:13
Rien de drôle à ajouter pour le moment mais j’ai bp aimé [sans miel ajouté]…ton lexique éminement littéraire!

Zorg dit:
30 novembre 2006 à 15:03
Estebérézina: aimable vin pétillant - mélange de cépages toulousain et genevois - dont la consommation excessive se traduit inévitablement par une défaite de tous les sens.

Machicoulis: coulis trop épais.

Sylvie: couteau de cuisine impossible à dénicher quand on en a besoin. Ex: “J’ai perdu ma lame en perdant Sylvie” (Lenny Escudero)

Suzette: crèpe. Ex: Sylvie et Suzette se sont crépé le chignon. Par ailleurs, notons qu’Annie aime les Suzette à l’anis. C’est son droit.

Hot dog: chien chaud

Note dog: fa chaud

Prout: gaz pas chaud

Barbe à maman: barbe à papa pour fille

Calisson: friandise que l’on dévore jusqu’à la dernière. Ex: “Chérie, tu peux me repasser mes calissons?” (Sartre à Simone de Beauvoir dans leur chalet de Crans-Montana, 1947)

Poids chiche: poids capable de tout. Ex: “J’ai un poids chiche dans la tête” (Jean-Claude Van Damme, dans sa baignoire à remous qui fait prout - voir plus haut)

Banane chiche: banane qui refuse de flamber.

Estèbe dit:
30 novembre 2006 à 15:12
Epoustouflant. Zorg à l’Accadémie Française, et plus vite que Za.

Patrick CdM dit:
30 novembre 2006 à 18:03
Magnifique : Qualifie de préférence les photos et les recettes qu’on ne refera jamais soi-même.

A tomber : Désigne une recette équilibrée et sans mayonnaise.

Tuerie : Catachrèse désignant toute bombe calorique.

Picard : Se prononce également “congelé mais pratique”

Bon, c’est tout ce que j’ai spontanément, et le dernier est bien faible…

menus propos dit:
30 novembre 2006 à 18:32
Comment dire… Je ris tout simplement… Je fais partie de celles qui laissent un commentaire (pas comme le “coucou” de Jupiter, j’espère) mais comment faire autrement si on apprécie la recette, la photo ou la rigolade “top slurp”. Les trouvailles de Zorg sont pas mal non plus. Je crois que je vais lire encore plusieurs fois cet abécédaire pour rire, rire!

Jupiter dit:
30 novembre 2006 à 19:50
abaisse : femme du curé

salpicon : déformation de sale Picard

il va falloir faire une abécédaire en vitesse à ce train la, mention exeptionnelle pour zorg qui doit utiliser des subtances illicites

Le confit c'est pas gras dit:
30 novembre 2006 à 20:00
Bon, je vais faire de l’auto-promo, mais j’aimerais ajouter “sprouter” qui, contrairement à ce que la consonnance pourrait laisser entendre (c’est le cas de le dire), n’a aucun rapport avec “pétogène”. Et encore, je ne suis pas sûre, puisque qu’il s’agit de se nourrir de graines germées (http://anaikcuisine.canalblog.com/archives/2006/10/31/3029185.html).

P.S. : Pas si avantageux que ça, le physique du cuisinier sus-cité. En tout cas beaucoup moins que celui de Brando

BP dit:
30 novembre 2006 à 20:16
J’adôôôôre !!!

mercotte dit:
30 novembre 2006 à 20:25
Excellents Zorg et Patrick, je reviendrai pour la suite

Tit' dit:
30 novembre 2006 à 23:09
MDR ! c’est excellent… pour la santé !

Zorg dit:
1 décembre 2006 à 13:28
Jupiter, rassurez-vous: je ne fume que du hareng. De la Baltique, ça va de soit.

Gudule dit:
2 décembre 2006 à 15:19
J’aime beaucoup le dernier tango..
Tu m’as manqué Estèbechou !

Estèbe dit:
2 décembre 2006 à 20:13
Félicitations Gudule, c’était un gag pour vraie cinéphile.

raymonde dit:
3 décembre 2006 à 4:51
euh, il y a petite granouille, terme utilisé pour végétarien (surtout végétarienne).

svp, à publier en tout petits caractères, comme le sont les petites granouilles. PAS GRENOUILLE, granouille.

raymonde dit:
3 décembre 2006 à 4:55
…. lécher l’écran, c’est pas un nouveau terme culinaire ça ???

Celui que je préfère est comme l’a décrit Patrick de la mer : tuerie : le terme est puissant et décrit bien ce que c’est (bombe calorique).

mamina dit:
4 décembre 2006 à 13:13
J’arrive en retardaire pour cause d’absence et je me bidonne… ton lexique est top drôle. Je m’étonne que tu trouves que Cyril Lignac a un physaique avantageux. Au risque de me faire lyncher par la blogoshère, j’ai déjà dit un peu du mal que j’en pensais… au fait, de retour d’Alsace, notre route est passée par Arbois pour aller chez Puffeney et nous nous sommes donc arrêtés chez (c’est de ta faute pleine et entière, maintenant, il faut expier) Hissinger. Cet endroit ne devrait pas exister, c’est beaucoup trop loin de chez moi. On leur a demandé s’ils ne voulait pas déménager dans le Berry, on a osé nous dire NON. C’est un scandale!!!
La prochaine fois que tu as une adresse comme ça, je ne lis plus ce que tu écris.

Écrit par : Divers | 03/04/2007

Les commentaires sont fermés.