19/03/2007

La folle danse des verres mérovingiens


Tchou,

 

Devinez ce qu'il y avait dans nos petits souliers sous le sapin? Des verres dansants. Sacré Papa Noël, toujours le cadeau pour rire. Ces belles bizarreries en verre soufflé sont des répliques de gobelets mérovingiens, vendus à la boutique du Louvre, dont les originaux dorment dans divers musées français et belges. Particularité? Un gros cul avec un téton au milieu (si j'ose). De sorte que le verre ne tient pas seulement débout, mais pas en place non plus. Il toupille. Il tournicote. Il danse, quoi. D'où son nom. Et sans renverser son contenant, ce qui est atchement balèze.

En ce VIe siècle inculte et hirsute, à quoi songeaient donc les Mérovingiens en inventant ça? A se fendre la poire sans doute. Car, sur une table joliment dressée, le spectacle burlesque de verres valsants déride illico l'assemblée la plus morne. Sans compter que le tangage anticipe malicieusement celui du buveur une fois le contenu du danseur englouti. A moins qu'il annonce le twist endiablé qui suivra le repas au Macumba du coin.

Stark peut aller se rhabiller. Merci Papa Noël. Merci les Mérovingiens.

Adios

PS: Les oenophiles lisant ces lignes se posent une question terrible: peut-on déguster du vin avec ces machins? Bof... pas vraiment. Quoique l'actuelle mode des vins naturels, qui renardent durant trois bonnes heures après ouverture, pourrait remettre au goût du jour le verre mérovingien, super oxygénateur autonome et distrayant. 

Commentaires

12 réponses à “La folle danse des verres mérovingiens”
Zorg dit:
9 janvier 2007 à 11:53
Purée! Même si les verres se mettent à écouter Génesis…

mamina dit:
9 janvier 2007 à 14:38
Bon, je passe vite fait aujourd’hui car si je mets des verres pareils sur la table (des verres dans lesquels ON NE PEUT PAS METTRE DE VIN!!??!!), Monsieur Mamina devient tout rouge, il rugit de colère et il les jette!!!
Alors, au revoir, Monsieur Estèbe… à demain, si vous le voulez bien.

olif dit:
9 janvier 2007 à 14:47
Ils pourraient néanmoins convenir pour un parkinsonien! A condition, bien sûr, de synchroniser le roulis du verre dans le sens inverse du tremblement. CQFD!

Estèbe dit:
9 janvier 2007 à 14:48
Verre thérapeutique, mais c’est bien sûr!

Thalie dit:
9 janvier 2007 à 16:07
Gé-nial et comme tu le dis, hilarant !!
Je veux les mêmes y a pas de doute ;o)

Le confit c'est pas gras dit:
9 janvier 2007 à 16:25
Dire que moi j’ai eu des cactus et des torchons, à Noël… Suis deg, veux les mêmes verres.

Gracianne dit:
10 janvier 2007 à 16:51
Au moins ceux la on ne peux pas les renverser, meme quand on en tient une bonne. C’est pas pour deguster, c’est pour boire. Tu crois qu’ils degustaient les Merovingiens?

Stéphane dit:
10 janvier 2007 à 20:51
Salut Estèbe,

“Dégurter”: du vin ou du yogourt? Enfin, avec ces verres, tout doit passer!

Amitiés

Steph

Patrick CdM dit:
11 janvier 2007 à 16:09
J’ai des verres à eau tout penchés, personne n’ose s’en servir par crainte de les renverser… En Bretagne, on vend un truc qui s’appelle des verres celtiques, qu’on ne peu reposer que sur un bout de fil de fer imitant le gui. Très triste.

Ségolène dit:
12 janvier 2007 à 9:01
Je veux les mêmes, comme ça je pourrai trouver une excuse à ma légendaire maladresse.
C’est superbe en tous cas, il est vrai que l’on a beaucoup à apprendre de la vaisselle antique et médiévale.

Bonne année Estèbe et bonnes dégustations.

Isabelle Leclercq dit:
18 janvier 2007 à 11:30
Vous faites des envieuses avec ces verres…

J’ai pensé à un truc. Car quid de leur utilité?
Les mérovingiens aimaient beaucoup les vins aromatisés, complétés d’épices ou de fruis secs. L’équivalent de nos fraises au vin, quoi…
Un après-dessert en l’occurence, le boute hors, étymologie? qui laisse imaginer la dextérité requise pour tenir et boire de l’hypocras avec amandes, noix, etc.
Sont-ce donc des verres à boute hors?
Bravo pour cette trouvaille en tout cas
Isabelle

Estèbe dit:
18 janvier 2007 à 12:11
Intéressante question. Nous lançons illico nos services d’investigations historiques sur l’affaire.

Écrit par : Divers | 29/03/2007

Les commentaires sont fermés.