19/03/2007

Le cabillaud tropical en noir et blanc

Tchou

 

 

Il paraît que le poisson sucré est à la mode chez nos amis les toques étoilées. Top Slurp n'ayant jamais été fichu de décrocher la moindre récompense au Michelin, on s'est dit qu'il y aurait là une piste à suivre pour obtenir enfin une petite médaille. Voilà donc un filet de cabillaud mariné au sirop de canne et épices, puis pané aux graines de sésame noir, recette d'inspiration vaguement antillaise, qui réserve bien des douceurs tropicales aux papilles curieuses.

Pour un gros filet de cabillaud (427 grammes), balancez quatre cuillères à soupe de sirop de canne dans une jatte, ajoutez une bonne cuillère à café de poivre noir, une autre de cannelle, une autre de coriandre moulue, plus une pincée de piment. Laissez mariner une demi-heure, en arrosant quand le coeur vous en dit.

Chauffez mezzo une poêle avec de l'huile d'olive au fond. Cuisez le filet six-sept minutes. Six ou sept? C'est affaire d'épaisseur et de feeling: le poisson doit se détacher en corolles nacrées comme le teint d'une vierge transylvanienne sans se montrer pâteux comme un morceau de brie oublié au frigo. Voyez, quoi. En fin de cuisson, on arrose la bête d'une cuillère à soupe de marinade, manière qu'elle caramélise un brin.
Entre-temps, rôtissez une poignée de graines de sésame noir, sans graisse, à la poêle. Graines dont on recouvre le poisson au final, en compagnie de tout plein de fleur de sel. Oui, faut saler sans rechigner sous peine d'avoir la sensation agaçante d'avaler un dessert de poissonnier. Voilà, voilà.

Et comme disait J.F. Kennedy, ne nous laissons pas abattre.

Bizzzz, les amis

Commentaires

11 réponses à “Le cabillaud tropical en noir et blanc”
leonine19 dit:
26 février 2007 à 9:00
hmm, j’aime beaucoup cette recette!

Mayacook dit:
26 février 2007 à 9:58
Sympa comme tout! Mais c’est malin, je penserai à une transylvanienne à chaque fois que je vérifierais la cuisson du poisson

Claude-Olivier dit:
26 février 2007 à 10:25
mort de rire….je sais pas comment tu fais mais j’adore…merci Kennedy…ta recette est bien originale, et le résultat très sympa et joliment présenté…j’adère tout de suite et te décerne une étoile

Amitiés
Claude

lenfantdelard dit:
26 février 2007 à 11:47
Le cabillaud façon smoking est très, très beau ! Pour la cuisson, 5 minutes au four Th 7, c’est pas mal non plus, surtout pour les béotiens de la poêle.
En attendant, effeuillons la vierge transsylvanienne avec conviction, c’est elle qui nous attribuera les étoiles. Et au moins, elle n’a pas le teint rougeaud.
Quant à Kennedy, je crains que la cervelle ne soit un peu trop abîmé pour pouvoir en tirer une quelconque préparation culinaire.

alhya dit:
26 février 2007 à 12:52
je ne savais pas que le sirop de canne se tapait de temps en temps le cabillaud!! fou fou tout ça!

mercotte dit:
26 février 2007 à 15:24
je m’en vais balancer vite fait du sirop de canne sur mes dos de cabillaud préférés et faire tout comme toi ! ça me fera rire toute seule dans ma cuisine comme je viens de le faire en te lisant !

Estèbe dit:
26 février 2007 à 17:00
Il est clair que le verbe “balancer” sonne un brin veule. On s’en veut un peu d’avoir écrit ça. Pas exemple jamais Paul Bocuse, polygamme octogénaire et entrepreneur de nourriture industrielle , ne l’emploierait

Zorg dit:
26 février 2007 à 17:29
“Voyons, Don Cabillaud, tu sais bien que la gourmandise est un vilain péché…”
Dieu, épitre IX

Patrick CdM dit:
26 février 2007 à 23:50
Bon, je promets de faire une tentative avant de déclarer la guerre à la marine confédérée…mais il n’y aura pas d’autre ultimatum.

LOULOU dit:
27 février 2007 à 10:03
Pour que la vierge ne s’empatte point trops, moi le cabilleau je le trempe dans le gros sel pendant 2 h, dans la poale ça change tout….faut quand même bien rinçer avant (cela dit si vous me lisassiez plus souvent vous le sauriassiez, non mais ! )
bien na vous

Estèbe dit:
27 février 2007 à 10:46
Ouf, Patrick, on l’a échappé bel. Que la flotte bretonne épargne nos mouettes lémaniques, c’est de la pure grandeur d’âme de votre part.
Loulou, tremper les vierges dans le gros sel, c’est sadique mais sublime. Mais si, on vous lit, on vous lit.

Écrit par : Divers | 27/03/2007

Bonjour à tous les commentaires de 2007, ici 2011!

Jeune bretonne expatriée, curieuse de tout, gourmande et un brin amoureuse a voulu tester le-dit cabillaud-qui-ressemble-à-une-vierge-des-carpates. Et ben je vous dis.... Merci ! Merci pour la poilade générale à chaque fois que je lis des bribes de votre blog, merci pour l'originalité des recettes ( Lundi, je m'attaque à votre truite boudinée) et pour la finesse, la justesse, l'exotisme, l'espièglerie, le talent, la vivacité, les bulles, les saveurs, pour tout ça... merci :-)

Écrit par : Louise | 19/03/2011

Les commentaires sont fermés.