19/03/2007

Le sourire de Robuchon et le boc de Lignac

Coucou

Au début de l'histoire de ce blog, (Louis XVI était encore en un seul morceau), on avait imaginé tenir une revue de presse viti-gastro régulière. Or, on s'est lassé. C'est que cette presse-là, si elle se lit parfois avec appétit, n'appelle pas vraiment la glose. Mais quand Lignac et Robuchon jouent les têtes de gondole, non à Venise, mais au kiosque, quand la presse gastro se pipolise à feu vif, ben, on ressort du bois.

Appendice éditorial de Gourmet TV au format riquiqui, Cuisinez comme un chef se place donc sous l'enveloppant patronage de Robuchon. Lequel exhibe d'ailleurs son minois une page sur deux au moins, avec cet étrange sourire pas totalement rassurant. Sourire évoquant (avec une bonne dose de mauvais esprit) le chien péteur de la voisine, quand il vient de sévir et fait mine de rien.
Bref, voilà des recettes des copains de Joël (oui, mesdames, il y a Thierry Marx dans le lot) et Dieu sait si Joël a des copains qui connaissent de bonnes recettes. Voilà des trucs, astuces et machins bien ficelés. Et voilà aussi des accords mets-vins assez convenus (Eh les gars, il y a une vie loin de la Gironde). Seul vrai souci: le look de la chose - papier cheap, graphisme vieillot, photos fades -, qui ressemble à ces mini magazines TV que l'on trouvait aux caisses de supermarchés dans les années 80.
Bref, substantiel... mais moche.

On notera d'abord l'anglicisme top tendance du nouveau titre concurrent: Cuisine by Cyril Lignac. Oui, tout est dans ce by. Et dans le boc du chef, si jeune, si sympa, si fresh.  Lignac qui pourrait être d'ailleurs le Steevy de la gastronomie, révélé par une émission de téléréalité et capitalisant depuis son écume de célébrité avec une ardeur toute loanienne. Le bimestriel se la joue moderne et cool, avec graphisme et rubriques ad hoc. Seul problème, le fond. Les infos, les recettes et tout ça. On arrive à la dernière page très vite. Trop vite. Surfer dix minutes dans la blogomiam nourrit infiniment plus. 
Bref, joli... mais vide.

Moralité? Lignac et Robuchon devraient se mettre en ménage.

Bye

Commentaires

24 réponses à “Le sourire de Robuchon et le boc de Lignac”
Claude-Olivier dit:
12 mars 2007 à 12:46
J’aime beaucoup ta dernière phrase qui résume bien la chose !

AMitiés
Claude

mamina dit:
12 mars 2007 à 12:46
Je n’ai pas encore eu entre les mains “La cuisine by…” mais nous avons déjà échangé notre point de vue sur ce jeune homme… mais pensant du magazine de Rebuchon exactement la même chose que toi (c’est pas comme sur le corail des SJ), je ne vasi pas me précipiter pour acheter celui du Steevy de la gastronomie… je vais sans doute me contenter de le feuilleter…
Bye Estèbe!

Calamity dit:
12 mars 2007 à 13:07
S’ils font des petits, je ne tiens pas à ce qu’ils m’en gardent un…

Hubert dit:
12 mars 2007 à 13:15
C’est vrai qu’il a un sourire etrange robuchon. entre boc et sourire, mon coeur balance

Kamy dit:
12 mars 2007 à 13:53
Vos propos sont non seulement savureusement pertinents mais aussi débordants de culture “detoutsdoménialle”
Seul demi-ton : vous cuisinez vos billets une seule fois par jour !

Estèbe dit:
12 mars 2007 à 13:56
Merci Kamy, même si le concept de culture “detoutsdoménialle” nous échappe un brin. Faudrait expliciter.

Mitsuko dit:
12 mars 2007 à 14:38
Detousdoménialle: de tous les domaines, I suppose… Le cyril, il ferait bien d’avaler sa mèche. Rien que de voir son (sou)rire niais sur la couv’, j’en ai des boutons! Et ce rose… Pourquoi ce rose?

Estèbe dit:
12 mars 2007 à 14:42
Euh… le rose, ça doit être tendance.

Patrick dit:
12 mars 2007 à 14:47
Toi aussi, va falloir que tu t’expliques. Qu’entends-tu précisément par “ardeur toute loanienne” ? Ta dernière phrase n’arrange rien à mon questionnement.

Detoutsdoménialle veut dire que ta culture est universelle, que tu causes bien de touts les doménes.

Les fenêtres sont ouvertes, le ciel est bleu, ça gazouille à tous les étages, c’est presque le printemps.

Estèbe dit:
12 mars 2007 à 14:57
Il s’agit là d’une référence (un peu précieuse, certes) à l’une des héroïnes brechtiennes du premier Loft Story, experte dans la brasse coulée et doté d’un regard à la profondeur abyssale, qui su rebondir avec adresse et élégance sur le marchepied vers la gloire que lui avait prodigué l’émission.
Ouf…
Oui, c’est le printemps

pascale dit:
12 mars 2007 à 15:06
Merci pour ce résumé qui va nous permettre d’économiser de l’argent trop souvent dépensé dans les magazines. Ah ces gens qui font vendre …

pascale dit:
12 mars 2007 à 15:08
Je confirme : je viens d’aller dans un magasin de vêtements pour homme en pensant acheter un pull pour David : que du rose, je suis partie !

Gracianne dit:
12 mars 2007 à 15:14
Robuchon c’est le Mona Lisa de la cuisine.

mercotte dit:
12 mars 2007 à 16:05
Excellent Gracianne, normal pour un ex séminariste…quant à moi Estèbe, mon oeil ne s’est même pas approché de ces magazines…je vois que j’ai eu tout à fait raison en lisant ton billet !

Le confit c'est pas gras dit:
12 mars 2007 à 16:17
Lorette a également évoqué le mag de Lignac ici : http://alatabledel.canalblog.com/archives/2007/03/11/4274907.html

Pour la mise en ménage, je suis désolée de te contredire, mais je verrais mieux Robuchon avec Loana : ça donnerait des sommets d’incandescence, niveau regard.

dams dit:
12 mars 2007 à 16:31
j’ai découvert le magasine de lignac aujourd’hui… un savant mélange de femme actuelle et de blaireau d’aujourd’hui… je trouve dommage que quelqu’un qui a choisi le coté médiatique pour gagner sa vie essaie d’apprendre un métier qu’il ne pratique que sous les feux des projecteurs…

Estèbe dit:
12 mars 2007 à 16:33
C’est vrai qu’on se demande quand ce bon Cyril sévit dans la cuisine de son resto. Entre deux séances photo et trois breifings marketing, sans doute.

Anne (Papilles et Pupilles) dit:
12 mars 2007 à 17:22
Tu m’enlèves l’article de la bouche ) J’allais faire la même chose. . Je le ferai peut être quand même. J’ai été effarée par le bouquin de Robuchon. Et les photos ! t’as vu les photos ! des horreurs !

renardgourmande dit:
12 mars 2007 à 18:45
je me guide habituellement vers l’achat d’un livre ou magazine de cuisine selon la couverture…..Robuchon n’a aucune chance de se retrouver sur mes tablettes, autant pour le sourire que pour le mag dilué. Le pull rose, moyen. C’est la mode depuis 1 an, 3 ans en Allemagne, mais bof….faut avoir le teint qui va avec!

jupiter dit:
12 mars 2007 à 18:48
N’ayant pas vu les pièces à convictions, je ne peux me faire qu’une idée sur le sourire de la joconde

Mayacook dit:
13 mars 2007 à 17:08
Morte de rire à l’idée du ménage Robuchon-Lignac et de leurs sourires se mêlant au quotidien !

cuisine à Chambiers dit:
13 mars 2007 à 19:48
Morte de rire, de tout, du billet et des réponses, j’avais déjà lu les impressions de Lorette ben avec çà, c’est peut-être le printemps mais ils sont habillés pour l’hiver, j’espère que l’hiver sera rose ou ne sera pas, bye Robugnac
Anne

stephane dit:
13 mars 2007 à 19:57
Il faut être encore motivé pour sortir un magazine de cuisine. Le probleme de ces chefs et des groupes de presse, c’est qu’ils ne sont pas a l’ecoute des lecteurs.
En tant que lecteurs qu’attendez vous d’un magazine de cuisine? d’un portail de cuisine, d’un blog????
Pensez vous que le magazine papier a encore sa place, lorsque l’on découvre ces deux titres? Franchement messieurs les chefs, ou est passé votre créativité? Ce n’est pas avec ces magazines que vous allez nous faire encore réver, remarquez il n’y en avait qu’un qui me faisait réver, a vous de trouver lequel….

Estèbe dit:
14 mars 2007 à 7:09
Ben non, Stéphane, on ne voit pas. Le Chasseur Français? Spirou? La Gazette de Drouot?

Écrit par : Divers | 27/03/2007

Les commentaires sont fermés.