19/03/2007

St Jacques aux morilles: la vengeance du corail

Bonjour, les gens 

 

 

On  l'avait traité de rebut, de nuisible, d'appendice infâme, tout juste bon à jouer des décorations déshydratées ou les hôtes de la poubelle. Le corail - celui de la coquille St Jacques, donc - déprimait. Parfois même, le corail sanglotait, silencieusement, au fond de sa coquille.
Mais c'était sans compter sur l'obstination légendaire, voire maladive, du Dr Slurp, qui quelques jours après un ratage humiliant, décida de sortir la malheureuse glande orangée de sa prostration, pour rééditer, avec succès cette fois, les coquilles St-Jacques aux morilles et leur réduction forestière de corail crémé.  Version simplifiée et slurpiquement probante. Enfin!  Ha, ha, ha. Vous riiez. Salivez maintenant.
1 / Mettre à réhydrater une poignée de morilles sèches dans un grand verre d'eau (en entrée, comptez deux St Jacques et huit morilles par gosier) une bonne heure. Puis filtrez l'eau à travers du papier absorbant, ou un filtre à café, manière d'éliminer le sable. Réservez l'eau. Rincez les morilles.
2 / Prenez quatre ou cinq beaux coraux, mixez-les avec un déci de l'eau des morilles. Puis laisser mijoter à tout pitit feu. Tout pitit pitit, le feu. Le corail, farci de protéines, va recoaguler. Vous inquiétez pas. On s'occupera de lui plou tard.
3 / Sept minutes avant le miam, on speede sec devant les fourneaux. 
Faites étuver, dans une poêle à couvert, les morilles dans deux noisettes de beurre et deux cuillères à café de leur eau.
Remixez (comme on dit en zizique) la réduction de corail avec une cuillère à soupe de crème entière. Il faut que ça émulsionne: ça fait des bulles, c'est rigolo. Salez, poivrez. 
Puis - à fond les manettes, toujours - faites dorez à feu dru (face ovale d'abord) les noix de St Jacques avec un peu d'huile d'olive et un rien de beurre. Une minute et demie de chaque côté. Une minute si elles sont pitchounes. Salez, poivrez et parfumez d'un trait de curry doux.
4 / Prélevez l'écume vaporeuse de la réduction au corail, disposez dans une zolie assiette, posez les noix dessus et les morilles autour.

Servez en clamant d'une voix mâle, comme naguère ce bon Charlot sur le balcon de l'Hôtel de Ville, "Corail outragé; corail brisé; corail martyrisé; mais corail libéré!" 
Normalement la foule succombe.

See You Later, les Alligators

PS2. C'était moins une. Le poissonnier, qui est glabre, s'est montré formel: la saison des St-Jacques est sur le point de s'achever. Hors de question, bien sûr, de réaliser tout ça avec d'horribles noix congelées à la cochon, ou conditionnées, on ne sait trop comment, outre Atlantique.

PS: Cette nuit, entre une heure du mat et cinq heures, on a pris 307 spams dans les dents. 307, gentiment disséminés entre divers posts de ce blog. Un record. Oui, ça fait un brin de nettoyage le matin.

Commentaires

15 réponses à “St Jacques aux morilles: la vengeance du corail”
Claude-Olivier dit:
8 mars 2007 à 10:24
ah oui, ca c’est du spam….pas cool…par contre cette recette, quel bonheur !!! J’aime bien tes assiettes…

Amitiés
Claude

mamina dit:
8 mars 2007 à 10:52
Ah, vous y tenez à vos coraux… si vous croyez que je vous suivrais jusque là, non. Je vous aime beaucoup mais, je n’aime pas le corail des CSJ, vous ne me convaincrez pas, même avec la voix du grand Charles. Vous êtes obstiné et moi, je suis un peu têtue dans mon genre!
Ceci n’est pas un spam!

LOULOU dit:
8 mars 2007 à 11:10
MOI PAS SPAM
clap clap clap !!! dieu que cela est bien bô……quel dommage qu’il y est du corail……..mais non j’déconne, tient pour vous faire plaisir (la prochaine saison) je vous les garderais tous et on f’ra des gateaux avec…..

Gracianne dit:
8 mars 2007 à 11:38
Et bien moi je veux gouter, je lui fais total confiance a Estebe, en plus c’est tout joli cette mousse.
Bon courage pour le nettoyage, il y a une epidemie en ce moment on dirait.

Tit' dit:
8 mars 2007 à 13:02
moi aussi faut m’écumer. je bave derrière mon écran !

mamina dit:
8 mars 2007 à 13:30
Je fais comme Loulou, je vous garde tous mes coraux et vous les mangerez à toutes les sauces. Si je suis la serial coquillomane, il y aura un serial corailler!

Estèbe dit:
8 mars 2007 à 13:31
Tête de St-jacques, va!

Zorg dit:
8 mars 2007 à 14:36
D’accord, je suis monomaniaque: mais pourquoi exiger des noix de St-Jacques fraîches quand on se contente de morille sèche? Sus à la morille sèche, à la trompette de la mort défraîchie et au bolet déshydraté.

Estèbe dit:
8 mars 2007 à 14:39
Mmmmh… je sens comme des remous réactionnaires dans la tribune de l’amicale des vieux championneurs du Salève.

Anne (Papilles et Pupilles) dit:
8 mars 2007 à 18:15
307 spam ? oh my God ! Quelle galère ! Ma dame poissonnière chez qui je suis allée ce matin m’a dit la même chose. La St Jacques, c’est presque fini !

mercotte dit:
8 mars 2007 à 19:18
BOn, je garde les coraux aussi et on va faire une expédition groupée !

olif dit:
9 mars 2007 à 9:11
[spam n°308] CFialis! Viapgra! Qui veut du bon CFialis? Du bon Viapgra? Tâtez-moi ça, ma petite dame, comment il est ferme, mon bâton de berger! CFialis! Viapgra! [fin du spam]

Sinon, à défaut de CFialis, il paraît que le corail de Saint-Jacques, ça raffermit aussi! Il n’y a qu’à regarder l’émulsion produite pour s’en convaincre!

olif dit:
9 mars 2007 à 9:15
Redoutable, votre anti-spam, mon cher Estèbe! Pourra-t’on encore se régaler de cul de veau à l’angevine ou de testicules de mouton sans passer aux oubliettes du grand vite cybernétique et castrateur de votre pare-feu?

Estèbe dit:
9 mars 2007 à 9:17
Ben, l’anti spam, il a pas l’air de marcher super bien. Faut qu’on y travaille. Vous avez bien écrit “testicules”? J’y crois pas.

Claude dit:
9 mars 2007 à 16:57
Super ta recette estèbe. Moi j’utilise parfois la lécithine de soja pour faire mousser. On doit pouvoir faire ça avec des truffes à la place des morilles ? Tu me donnes une idée.

Écrit par : Divers | 27/03/2007

S O S Pouvez-vous m'indiquer combien de temps il faut laisser mijoter la réduction de corail et si il faut la mixer avec la crème lorsqu'elle est encore chaude ou refroidie.
Un grand merci je reçois demain et n'ai pas trouvé la solution.
Très bonnes salutations.
Denise

Écrit par : Denise | 22/10/2008

Les commentaires sont fermés.