19/04/2007

L'enfer du millefeuille d'aubergines à la ricotte rigolote

Coucou,

 

  Tous les gens qui cuisinent avec un brin d'ardeur vous le diront: les recettes les plus cools du monde sont celles qui en jettent à l'œil et aux papilles, sans occasionner un boulot surhumain en cuisine. C'est le plat chic et slurp, mitonné en vingt minutes, qui fait hululer les convives extatiques. Traduisez le machin toucon qui fait tilt.

Ben, la recette du jour, c'est tout le contraire. Trop fort. Voilà un plat qui ne paie pas de mine. Enfin un peu quand même. Un plat que tout un chacun imagine tambouillé en un clin d'œil. Alors que l'on a transpiré comme une bête devant les fourneaux une grosse plombe durant pour le mitonner. Sans compter la cogitation préalable. Il s'agit d'un millefeuille d'aubergines au jambon cru sauté, ricotta et huile de romarin, flanqué de ses petites tomates gingembrées arrache-goulette. Fastidieux énoncé. Laborieuse réalisation. Mais bonne éclate buccale pour finir. Manquerait plus que ça.

Pour l'huile aromatisée. On avait déjà parlé de cette technique magique . Deux décis d'huile d'olive dans une casserole, avec trois brins de romarin et une gousse d'ail pelée. On porte au seuil de l'ébullition cinq minutes. Et on laisse refroidir tranquilou. Résultat méga power. Boum!
Réserver

Pour le jambon. Prendre du jambon cru point trop rustique. Le faire dorer à la poêle sans matière grasse, jusqu'à ce qu'il croustille.
Réserver.

Pour l'aubergine. Tâcher de dégotter des chouettes aubergines violettes, déjà louées . Trancher en rondelles d'un centimètre d'épaisseur. Ou juste un peu moins. Griller à la poêle à feu vif, sans matière grasse, un bon quart d'heure jusqu'à ce que les tranches soient bronzées comme une milliardaire texane. Limite cramées, quoi.
Réserver. 

Pour la ricotta. Travailler 100 grammes de ricotta avec l'huile aromatisée, sel, poivre et un rien de piment d'Espelette. Jusqu'à ce que sa saveur vous fasse rugir de satisfaction.
Réserver.

Pour les tomates arrache-goulette. Viser de petites tomates mûres, olivettes par exemple. Les peler si possible, en laissant les graines. Poêler doucement dans un peu d'huile d'olive, côté peau, cinq-six minutes. Qu'elles s'attendrissent. Saler, poivrer. Réserver.
Emincer en fines lamelles un petit bout de gingembre frais. Torréfier à la poêle - feu pépère - jusqu'à ce qu'il devienne tout sec et cassant. Avant de le casser, justement, du bout des doigts. (Oui, tout ça obéit, mine de rien, à une logique supérieure). Détailler un peu d'oignon frais en fines rondelles.
Réserver (ça devient une habitude).  

  Pour le millefeuille. Humecter au pinceau les tranches d'aubergine d'huile aromatisée. Monter ensuite votre petite affaire comme un hamburger. Une tranche d'aubergine, une mince couche de ricotta, une tranche de jambon et on recommence, une ou deux fois.


Acte final. Passer les millefeuilles cinq minutes au four préchauffé. Réchauffez les tomates à la poêle. Les coiffer d'oignons frais et de gingembre émietté. Grand coup de frais sur la glotte garanti.
Ouf, ça y est.
Servir sans dire de gros mots. Ou juste le minimum syndical.

 

¨

 

Bilan des courses. La cuisine ressemble à Waterloo après le carnage, vos mains tremblent, votre liquette est souillée de liquides divers, un tic nerveux agite votre paupière gauche. Et vos hôtes, accaparés par une futile conversation sur le vote responsable à la présidentielle française  (ou au Conseil administratif genevois, rayer mention inutile), ont tout englouti sans faire gaffe à la majesté de la chose. Ah, les crapules! La prochaine fois, ils auront des canapés de Canigou.

Bizzz

 

Commentaires

Waow ! Et tu crois qu'on a le temps de faire de tout ça ?

Écrit par : Baraou | 20/04/2007

D'accord pour le Canigou, j'y ai déjà pensé grrrrrrrrrrr rien qu'à me souvenir de ce temps passé! En tout cas quand il y aura tout ces légumes zolis dans le potager je reviendrai visiter cette slurpistique recette!
Anne

Écrit par : Cuisine à Chambiers | 20/04/2007

tout a fait d'accord avec toi pour la première phrase..mais dis moi, tu es en vacances ces derniers temps, tu publies plus vite que ton ombre !!!

Belle journée
Claude

Écrit par : Claude-Olivier | 20/04/2007

Reserver, reserver......on reserve ! tout cela ma l'air fortement slurpelable....contrairement au rosé de midi en plein soleil à la pizzeria du coin rzzzz vais siester aux archives toute l'apres midi......

Écrit par : loulou | 20/04/2007

tout l'apres midi pas toute l'apres midi pôve dinde ke je suis............

Écrit par : loulou | 20/04/2007

Non pas dinde, Loulou. Car le mot après-midi, voyez-vous, a les deux sexes, comme l'escargot et Coccinelle.

Écrit par : Estèbe | 20/04/2007

Je m'attendais à un truc plus littéraire, partant de ce millefeuille...

Écrit par : Patrick CdM | 20/04/2007

il y a que des choses que j'aime là dedans...
je ne resisterai pas longtemps!

Écrit par : loukoum°°° | 21/04/2007

bon vu ton site je comprends pourquoi tu te les roule au taf héhé
vivement lundi que je te foute dans le jus !

Écrit par : paulo, arpete en chef | 22/04/2007

Les milliardaires texanes, elles sont violettes?

Écrit par : Robert | 22/04/2007

Paulo, vous êtes un barbu mort; Robert, vous lisez trop vite

Écrit par : Estèbe | 22/04/2007

La prochaine fois, mieux vaut faire appel au Picard suisse et choisir les aubergines déjà grillées... :)

Écrit par : Mitsuko | 23/04/2007

Il y a bien un Picard en Suisse, mais il fait du ballon et pas des aubergines

Écrit par : Estèbe | 23/04/2007

Les commentaires sont fermés.