24/04/2007

Bibi et ses lectures, de Jim à Langelot

Salud! 

Depuis quelques semaines un questionnaire résolument non culinaire toupine dans la blogomiam. Il s'agit de littérature. Et quand la plus exquise des Turtles nous prie d'y répondre, ben, on obtempère, sans rechigner ni gagatiser non plus.

 

 

Les quatre livres de mon enfance

 

OK, mais dans le désordre. Langelot et les Espions; Langelot contre Mr X; Langelot Agent Secret; Langelot contre six. Certains verront là comme les prémices d'une monomaniaquerie carabinée. Certes. Mais Langelot était solitaire mais solidaire, Choupette top appétissante et Mr. T le plus méchant des méchants. Snif, Langelot.

 

Les quatre écrivains que je lirai et relirai encore

Jamais de relecture. Ou presque. Mais sous la menace (par exemple de devoir avaler un menu Swiss de chez McDo), on se replongerait volontiers dans la noirceur abyssale de Méridien de sang de Cormac McCarthy; dans la spirale drastique de la trilogie de la Taupe de John Le Carré; dans l'humour savant et labyrinthique de La Vie mode d'emploi de Perrec, ou encore dans l'immense Route du retour de Jim Harrison (photo), roman pastoral, gourmand et métaphysique, qui inflige un coup de massue émotionnel à tout être pourvu d'un cœur en état de marche. 

 

Les quatre auteurs que je n’achèterai (ou n’emprunterai) probablement plus

On ne lira plus Montalban, qui est mort. Ni San Antonio, qui est mort aussi. Ni Ledesma, qui est trop vieux to rock'n'roll. Ni Dantec, qui est devenu trop crypto-naze.

Les quatre bouquins que j’emmènerais sur une île déserte

 

Il faudrait d'abord prendre l'annuaire de la ville de Vierzon, manière d'avoir assez de papier pour allumer le feu.
Cela dit, comme sur une île déserte personne ne cultive la vigne, on prendrait aussi Mes aventures sur les routes du vin de l'Américain Kermit Lynch, le bouquin le plus juste, humaniste et malicieux jamais écrit sur le divin breuvage. Message perso: Mr Pul, SVP, pour nous rendre ce bouquin, emprunté en 1992, c'est quand vous voulez.
Comme sur une île déserte, la compagnie et les plantes potagères manquent, on prendrait aussi le Dictionnaire littéraire et érotique des fruits et légumes de Jean-Luc Hennig, traité où paillardise, fantaisie et érudition mènent une joyeuse farandole.
Et puis, on s'équiperait aussi des œuvres complètes de Franquin. Et puis aussi d'un sommet de la littérature jamais encore escaladé par bibi (on s'emmerde le soir sur la plage en attendant les secours, surtout quand on arrive à la lettre W de l'annuaire de Vierzon): La Recherche de Proust par exemple, manière de pouvoir se la péter dans les salons une fois revenu à la civilisation. On notera au passage la candeur de cette dernière remarque. Car cela fait belle lurette que citer Proust ne fait plus impression dans les salons. A part dans les salons de massage, où la chair est triste, c'est notoire, mais où on est loin d'avoir lu tous les livres. Fin de la parenthèse.

Les (quatre fois quatre) derniers mots d’un de mes livres préférés

Elle lui lança un regard oblique et aigu (ce qui est géométriquement balèze). Sauta sur son Solex ailé, pour disparaître dans un gros cumulus rosé par le crépuscule. Il était l'heure de passer à table.

Euh, ça fait quatre fois quatre, ça?

Les quatre premiers bouquins de ma liste de livres à (re)lire

Sur la table de chevet, ils s'empilent. Et, tapi dans un coin sombre de la chambre, notre mauvaise conscience balance des regards noirs à la cantonade. Pourquoi acheter des bouquins qu'on ne lit guère. Hein? Il y a là, entre autres, les Nouvelles Complètes de Hemingway (Ernest), la moitié de la totale de l'inégalable Aymé (Marcel) dans la Pléiade; deux gros Eco (Umberto) et le Larousse des tartes, quiches et pizzas. Celui-là attendra.

Les quatre lecteurs (lectrices) dont j’aimerais connaître les quatre…

Bon, on va refiler la hot potatoe à quelques aimables concitoyennes, pourquoi pas Cath, les Frangines et Calamity. Plus à une étoile rigolarde de la blogomiam, Anaïk herself.

A bientôt. Et vivement bientôt.

PS. Dès demain, on recause de choses qui se mangent avec les dents. Promis.

Commentaires

Langelot ! Je l'avais oublié celui-là. Revoir cette couverture m'a donné un bon coup de jeune, les miens ont disparu corps et bien dans les multiples divorces parentaux mais il m'en revient un souvenir de terrible évasion. Revigorant...

Pour le reste, beaucoup de très bonnes choses et d'idées à piller sans vergogne (Kermit Lynch - quel nom !). Merci.

Écrit par : Chroniques du Plaisir | 26/04/2007

C'est une affaire qui roule !

J'irai squatter l'ordi (et l'adsl...) de mon voisin ce week-end et je m'y colle !

Écrit par : Calamity | 26/04/2007

Le livre dont tu as écrit les derniers mots, c'est quoi ?

Écrit par : Calamity | 26/04/2007

Euh... ce livre-là, c'est ... hum.. un bouquin d'un auteur notoire quoiqu'oublié, que j'avais lu un jour. Ou était-ce une nuit? Voyez, quoi

Écrit par : Estèbe | 26/04/2007

N'empèche que, Le club de Cinq, c'était quand même top. Surtout "Le club des Cinq et le trésor de l'île". Et puis Fantômette, bien sûr. Fabuleux, Fantômette.
Enfin, moins connus, il y avait Les conquérants de l'impossible. Et bien sûr tous les contesse de Ségur, avec la vilaine Sophie qui découpe ses poissons rouges en morceaux, sans doute qu'elle avait lu le sieur Estèbe et s'essayait à la cuisine asiatique.

Écrit par : Zorg | 26/04/2007

Langelot...harg connais pô...mais j'avoue avoir lu tous les fantomettes c'est deja ça....non ?

Écrit par : loulou | 26/04/2007

Ben Langelot, c'était plutôt pour les pitits garçons; et Fantomette pour les pitites filles. C'est comme ça, la littérature pour bambins: cucul.
Mais moi j'ai lu Fantômette. Loulou, payez-vous Langelot.

Écrit par : Estèbe | 26/04/2007

heu rien à me mettre sous la dent aujourdhui ? bon demain me faut un dessert à la banane Estebe pour te racheter
comment ça t'aimes pas la banane , non mais :))

Écrit par : salwa | 26/04/2007

Tiens, tiens, moi je les ai tous lu les Langelot. Mais bon ça fait belle lurette... J'aime bien l'avis des autres sur les livres, ça me donne des idées...

Écrit par : Eglantine | 26/04/2007

Pffiioouuuuu, mais qui t'a dit que je savais lire ? Allez, j'essaierai de m'y pencher.
"La route du retour" c'est une merveille. Mais j'ai rarement autant pleuré pour un bouquin.

Écrit par : Le confit c'est pas gras | 26/04/2007

Vous voyez que vous savez lire, même si ce n'est pas toujours facile quant on a les mirettes dégoulinantes.

Écrit par : Estèbe | 26/04/2007

Il y a aussi quelques salons de coiffure où citer Proust fait son effet. Je te conseille d'aller briller chez Ginette à Zoug

Écrit par : Robert | 26/04/2007

ça y est! le bougre a parlé! bon moi j'ai respecté la répartition pitite fille, pitit gars, j'ai lu fantomette... quant au reste, l'ami, j'ai du pain sur la planche, bon nombre de vos références que je connais pô! bravo, l'asticot! et dire qu'elle se croyait un peu littérée! bon en revanche, je peux aussi être du voyage sur l'ile, j'ai bien envie de partir à la recherche de Proust, mais avec un bon vin, si ça ne vous ennuie point, au soleil couchant, ça peut même être un concept de tenter une lecture à voix haute
Bien sûr, je vous remercie, pour la peine et tout et tout, bien agréable, ce moment!

Écrit par : alhya | 26/04/2007

Quand je perds le fil, quand j'hésite sur la route à prendre, quand je pars à la recherche de nouveaux fournisseurs, je relis Kermit Lynch ! Et puis Bilbo le Hobbit !

Écrit par : Baraou | 26/04/2007

Waaaaaaaa ! Un questionnaire littéraire ! Pour un rat de bibliothèque comme moi, ça va être dur !
Merci pour la patate ;)

Écrit par : San | 27/04/2007

Je ne sais pas si tu as remarqué, mais tu es le rare qui juge son passage sur l'île déserte comme une étape temporaire. Le temps passe, il file, il coure comme la maladie d'amour, il ne stagne pas, pourquoi tu ne relis pas 2 fois la même chose sauf les bd! Belle âme, va!

Écrit par : renardgourmande | 28/04/2007

Qui vous dis, Renarde, que l'on avait tout lu de Franquin? Hi, hi.

Écrit par : Estèbe | 28/04/2007

Langelot... je les ai tous, au chaud chez ma maman !

Écrit par : Colibri | 01/05/2007

Heureuse femme que cette dame Colibri; elle dort sur un trésor

Écrit par : Estèbe | 01/05/2007

Les commentaires sont fermés.