01/05/2007

Ail des ours (2 et 3): la triple côte de cochon odoriférante et la pasta fofolle

Youk,

 

 

On vous disait hier notre amitié pour l'allium ursinum, ou ail des ours, membre sauvage - mais délicat pourtant - de la famille des aulx. Revoilà donc deux suggestions pour taquiner le phénomène en cuisine. La triple côte de cochon laineux rôtie à l'ail des ours et au thym d'abord. Et les pâtes à l'ail des ours, olives noires et lanières de viande séchée ensuite. Deux plats pour le prix d'un. Super promo. Mais comme aujourd'hui, on n'a pas vraiment envie de se vautrer dans la glose culinaire (affaire d'humeur), il va falloir se contenter du minimum syndical niveau détails. Fouette cocher!

 

Depuis l'affaire CPE (ou Côte de Porc Enorme), vous êtes sans doute pénétrés de la supériorité de la côte de porc double, voire triple. Sans ignorer non plus la grandeur du porc laineux, race quasi éteinte et revenue par miracle à la vie dans un enclos genevois. Bref, demandez aux hommes de l'art ( ou ici) de vous tailler et dégraisser une triple côte du divin velu (amis lointains, séchez vos larmes, un cochon rose lambda mais fermier fera aussi l'affaire). Puis faites-la rôtir à feu d'enfer un quart d'heure au four, baissez à 120°, emmitouflez la bête d'un maillot d'ail des ours et de thym, couvrez avec un couvercle bien hermétique (ou mieux, lutez) et poursuivez la cuisson pépère une heure. On vire les herbes qui ont fait leur office odoriférant. On fait un petit jus presto sur le gaz. On découpe artistiquement. Et triple slurp.

 

Le lendemain de ce Valmy porcin, place à la pasta. Faites infuser trois feuilles d'ail des ours dans deux décis d'huile d'olive (principe ici). Sel, poivre. Réservez, en prélevant un peu d'huile pour faire rôtir tout doux une poignée de tomates-cerises tranchées en deux. Pendant ce temps, on détaille en fines lanières la viande séchée, on émince quelques olives noires et on hache deux autres feuilles des ours. Quand les spags sont al dente (tiens, joli pseudo: mon nom est Dente, Al Dente, trop classe), on arrose d'huile aromatisée et on coiffe avec tout le bataclan. Avec un hectolitre d'un bon rouge du sud italien (un coquin des Pouilles), c'est le paradis. Le paradis des ours, bien sûr.

 

Tchou, les cop's 

Commentaires

euh monsieur slurp? tu la trouves ou la cote d'ours laineux?

Écrit par : dams | 02/05/2007

Ben, monsieur Dams, il faut cliquer sur les "hommes de l'art, là et ici", je vous ai mitonné des petits liens.

Écrit par : Estèbe | 02/05/2007

Le coquin des pouilles!!!!!! tu pensez qu'elle passerait inaperçue celle-là? Raté!
Attention, l'ail des ours, frotté aux nouilles, peut cuire.

Écrit par : Robert | 02/05/2007

Bien vu, Robert, fin connaisseur de la nature humaine .
Il s'agit peut-être de secouer les nouilles

Écrit par : Estebe | 02/05/2007

Honteuse propagande!

Signé: comte Dracula

Écrit par : Zorg | 02/05/2007

Je salive pour ne pas dire plus devant mon écran !

Écrit par : bergeou | 02/05/2007

Et que fait-on pour la réintroduction du Porc Laineux en France ??? On lance une pétition ou on aggrave le déficit commercial ?
Ceci dit, légère excitation de l'estomac à la vue de ces photos...

Écrit par : Chroniques du Plaisir | 02/05/2007

De toute manière ces vins italiens sont bien trop chers. même au sud: ça raque, les Pouilles

Écrit par : Robert | 02/05/2007

je vois poindre un nuage, l'ami, dans cette idylle virtuelle et culinaire que je vis depuis des lustres avec votre slurp... l'ail, oui, l'ail des ours (ou pas d'ailleurs) n'est point supporté par mon estomac... et non, ne me dites pas comme tous les gens et néanmoins bonnes âmes que je croise régulièrement, qu'en ôtant le germe etc.. rien n'y fait! mais bon, je vous fais une confidence, j'ai malgré lu de bout en bout le double hommage que vous lui rendez en ces lieux et m'en suis régalée, le pire!

Écrit par : alhya | 02/05/2007

Alya, ce n'est jamais qu'un cumulus nain que ce nuage là, qui aura vite fait de passer dans nos cieux.
Robert, consultez vite un dermato.

Écrit par : Estebe | 02/05/2007

Deux plats pour le prix d'un, certes! Mais toujours point de photo d'ours dans cette suite slurpique...Je sais qu'elle existe mais coûte très cher: avec l'euro surévalué en ce moment, c'est peut être l'occasion ou jamais?

Écrit par : chantal33 | 02/05/2007

La triple cote de porc, je suis completement convaincue.

Écrit par : gracianne | 02/05/2007

Et dire que je n'ai encore jamais gouté d'ail des ours. J e me demande même où cela s'achète !

Écrit par : Anne (Papilles et Pupilles) | 03/05/2007

à poil laineux ? à poil les noeuds ?

Écrit par : Baraou | 03/05/2007

Depuis ce matin, je cherche, recherche,dans chaque coin et recoin, que j'ai même failli, que failli quand même oublié d'aller travailler...mais point, point point point, de quoi, mais d'ail des ours bien-sûr, dans les forêts et près circumvoisins, point, que nennni... Les recherches ont du être arrêtées avec la journée venant, mais dés que possible elles reprndront (la police me l'a dit)... dois-je chercher l'ail des ours ou les aulx des ours???

Écrit par : Olivier | 03/05/2007

Pas de doute ça leur va bien !

Écrit par : Tiuscha | 19/05/2007

Les commentaires sont fermés.