21/06/2007

Les glorieux crostinis aux chanterelles et fèves

Coucou, 

 

 

L’autre jour, alors qu’on potassait le sixième tome du Capital en yiddish, très simplement vêtu d’une combinaison de latex bleu Klein, voilà que quelqu’un toque à la porte. Mais qui peut venir à cette heure? On va ouvrir. Et là: surprise. C’était Olif. Oui, le Parangon jurassien de la bloglouglou en chair et en os. Un Olif en terre genevoise, cela se fête. On a débouché une trentaine de nos plus grands crus. Avant de tambouiller, vite fait sur le vitroceram, ces crostinis aux chanterelles (ou girolles), fèves et lamelles de jambon.
- Ecossez, dérobez et pochez deux minutes les fèves dans de l’eau salée.
- Nettoyez les chanterelles- Puis faites les cuire tout doux dans un peu d’huile d’olive avec une dose homéopathique d’ail haché, un rien de gingembre en poudre, sel, poivre. A la fin mouillez largement de crème fleurette.
- Exigez de votre charcutier, qui est glabre et brave, une tranche un peu épaisse de jambon cru, disons 6, 23 mm. Détaillez en micro lanières.
- Faites dorer au four des tranches de pain de campagne. Et coiffez-les avec tout le matos suscité, en entonnant La Marseillaise, version Mireille Mathieu bien sûr, avec la frange et le trémolo méridional.

Tchou!


PS: En fait, le gars Olif n’était là totalement par hasard. Mais pour participer au jury du Prix de la Presse, décerné chaque année lors de la grande sélection des vins genevois. Avec la pimpante Scoopette et deux autres aimables exégètes pinardiers, on a dégusté – à l’aveugle - une vingtaine d’assemblages rouges genevois dans une concentration papale. Et pour une fois, le collège des dégustateurs a vibré quasi à l’unisson. C’est le Domaine des Curiades qui a raflé le pompon, suivi de près par le Domaine de la Vigne Blanche et le Domaine de la Planta. Voilà, voilà.

 

Commentaires

Sont jolie vos veuves siciliennes en maillots noirs. On en boirait.

Écrit par : robert | 21/06/2007

Le mardi, c'est crostini, dans la famille Slurp! Une chance que je passais par là, car il eût été dommage de manquer la Marseillaise version Mireille Mathieu! Tout comme l'hymne à Freddy (Girardet, pas Mercury): "Que féra, féra,...".
Une bonne adresse genevoise, cette maison Slurp! Pas facile à trouver, mais ça vaut le déplacement! Et en plus, le pinard est servi à volonté!

Écrit par : olif | 21/06/2007

Et komment kon se siffle vingt vins sans rouler sous la table? On se dope au crostini?

Écrit par : Sophie13 | 21/06/2007

Voyez-vous, chère Sophie, lors de ces dégustations, il est d'usage de cracher le précieux breuvage. C'est triste, mais prudent.

Écrit par : Estèbe | 21/06/2007

Comment craches-tu le breuvage sans cracher la fève ? A moins que ce ne soit le contraire ? Je ne vois, genevois, plus la différence après 5 jours de Vinexpo.

Écrit par : Baraou | 21/06/2007

Voila encore une rencontre de qualite en terre Genevoise. Mais par pitie Estebe, pas la version Mireille Mathieu, please!

Écrit par : gracianne | 21/06/2007

Les chanterelles fleurissent... surtout sur les blogs, j'ai une de ses envies de fricassées forestières moi maintenant !

Écrit par : Tiuscha | 21/06/2007

Girolles + fèves: adopté!

Écrit par : Marc | 22/06/2007

Bonjour Monsieur Estèbe,votre vision de la cuisine donne des envies.Avez-vous pensé à donner des cours de cuisine?Merci d'y réfléchir.Françoise

Écrit par : Jaquemet Françoise | 22/06/2007

Très aimable et flatteur, Madame. Mais je crains que ma fibre pédagogique soit un brin ratatinée de naissance et mon savoir culinaire trop de guingois.

Écrit par : Estèbe | 22/06/2007

J'adore les visites imprévues, même sans crostini. Mais Mireille Mathieu est-elle vraiment nécessaire???

Écrit par : renardgourmande | 24/06/2007

Les commentaires sont fermés.