05/07/2007

Les seiches en persillade catalane, avec du korizo dedans

Coucou, les oiseaux

 

 

 

Il y avait naguère sur les bords de la Garonne une amicale baptisée les "Korizo Bros". Sa mission? "La promotion du korizo sous toutes ses formes et dans l'ensemble du système solaire". Noble croisade.

L'association n'existe plus. Mais son combat reste d'actualité. Et comme l'auteur de ces lignes était l'un des deux membres actifs de ce groupuscule militant et hilarant, on a décidé de remettre le korizo au centre du village avec ces petites seiches en persillade tomatée et leurs lamelles de korizo piquant.

En coche, Pedro!


Vous qui avez azimuté de jolies petites seiches vidées, parées et alanguies sur l'étal du poissonnier, ben, payez vous en, disons… 327 grammes pour deux adultes consentants. Dans le cabas, ajoutez cinq tranches de chorizo piquant un peu épaisses (3, 81 millimètres environ), une grosse tomate mûre (élevée en pleine terre dans un endroit où le soleil brille), du persil plat et de l'ail (le rose de Lautrec demeure le nec).

 

Après? Enfantin. On pèle, on épépine et on coupe la tomate en petits dés. On rince les seiches à l'eau claire. On détaille le chorizo en minces bâtonnets que l'on met à dorer au wok, en compagnie d'une petite gousse émincée menu. On réserve tout ça sur du papier absorbant. Car, voyez-vous, le chorizo sue rouge et gras.
Dans le même wok, on balance - à feu d'enfer - les seiches dans une bonne cuillère d'huile d'olive. Ces animaux sournois n'ont qu'une hâte: perdre leurs eaux. Que cela ne tienne. Repassez-les dans la passoire. Une fois, voire deux. Retour au wok, à feu dru toujours, quatre minutes et demie. Salez, poivrez, pimentez à l'Espelette. Ajoutez la tomate. Puis le duo chorizo-ail. Remuez prudemment et laissez cuire une minute de plus. Coiffez de persil haché.

Voilà, c'est fini. Plus facile, je seiche.


 Et puis débouchez donc un fier rouge catalan. Le Collioure Schistes 2005 de la Coume del Mas par exemple, qui nous a récemment éblouis par son fruit vengeur et son corps de rêve.

Une nouvelle mission accomplie pour les Korizo Bros. Trop fort.


Bien le bonjour chez vous

 

Commentaires

c'est en l'honneur de la victoire d'alinghi, cette ode marine et catalane?

Écrit par : Dams | 05/07/2007

Euh... Alinghi, bonne idée. On aurait dû mettre des kiwis dedans.

Écrit par : Estebe | 05/07/2007

au niveau des kiwis, je soupçonne vaguement un arrière goût amèr... ( et rien a voir avec le picon)

Écrit par : Dams | 05/07/2007

Encore dans le mille pour moi ! 9a donne envie d'aller pêcher au gros et de se dorer la pillule à St Jean de Luz...

Écrit par : Tiuscha | 05/07/2007

Ah... St Jean de Luz, ce serait juste le paradis sur terre.... si ses habitants élisaient une maire un rien plus pacifique.

Écrit par : Estebe | 05/07/2007

Sympa la course d'escargots sans coquille. c'est lequel qui a gagné?

Écrit par : Robert | 05/07/2007

Korizo ou chorizo, j'ai pris un dico, il y a très peu d'années pour ne pas paraître trop primitif...et pour vérifier comment ça se dit...Mais là tu m'embrouilles...Bon je pars en vacances quelques jours pour reposer mes quelques neurones...Mais qu'est ce que j'aime le chorizo korizo...

Écrit par : Olivier | 05/07/2007

Que veux-tu dire par repasser dans la passoire? Les remouiller? La cuisine suisso-catalane est un mystère pour moi. Les korizobros devraient venir faire une campagne par chez nous, ils auraient du travail à faire!

Écrit par : renardgourmande | 05/07/2007

Repassez à la passoire, Renarde, signifie que quand les bestiloles perdent leur eau dans la casserole, mieux vaut transvaser le tout à la passoire presto, qu'attendre que les mollusques bouent dans le wok.
Olivier, gros cochon des sixties.

Écrit par : Estebe | 05/07/2007

Pouuuu
korizo=chorizo... ah il faut te suivre Estèbe

Écrit par : Sophie13 | 06/07/2007

OK, il faut reconnaitre que pour le coup, j'étais pas d'une clarté totale. Oui, Korizo= chorizo, et même l'inverse. On va essayer de faire des recettes moins cryptiques

Écrit par : Estebe | 06/07/2007

Les commentaires sont fermés.