21/08/2007

La pizza aux poires qui devient chèvre

 

Chers tous, je vous salue bien bas, à m'en coincer le pif entre les rotules

 

 

 

 

L'amie Claire (dite Clairon pour les très proches) nous avait un jour épaté en tambouillant en deux clins d'œil une tarte avec du fromage de chèvre frais et des poires dessus. Recette que l'on a illico pillée et bidouillée, jusqu'en à faire cette pizza aux poires, thym et deux chèvres. Oui, deux. Un chèvre frais et un chèvre un poil plus sec. C'est un plat slurpy qui se grignote en entrée. Ou en plat principal. Ou à la place du fromage. Ou au dessert. Ou au goûter. Ou au petit dej'. Ou au cocktail de l'ambassadeur, du bout des doigts, en échangeant des propos grivois d'une voix suave et musicale.

 

The tactique. On fait sa pâte à pizza. Ou on en achète une à la supérette du coin. On étale, on parsème de chèvre frais, sel, poivre, thym frais. Puis on dispose élégamment, en un bel élan circulaire (traduisez dans le sens giratoire), de minces quartiers issus de poires mûres. Avant de coiffer de copeaux du fromage de chèvre sec, de thym et d'un vigoureux tour de poivre au moulin. Et vlan, au four préchauffé à 230°, pour 20 minutes. Une recette complexe, certes, mais tout de même réalisable par un enfant d'intelligence moyenne. Ou même un peu moins.

 

Après ça, on file à la cave avec l'agile vélocité de la limande en rut, pour remonter une bouteille de Sylvaner vieilles vignes concocté en 2001 par le sieur Ostertag, dans son chai d'Epfig, Bas-Rhin, Alsace, France-d'en-haut-à-droite (sur la carte).  Un blanc gracieux et délicat, qui sent les fleurs blanches et la tangerine de janvier. Entre autres.

 

 

A plous, les aminches

Commentaires

La pâte à pizza cher Estebe, on ne l'achète pas, on la fait, c'est enfantin (farine, levure, eau tiède, sel et huile d'olive) et tellement meilleur ! Merci pour cette idée entre la poire et le fromage... ;-)

Et oui, je le confirme, l'Alsace est bien à droite, et pas seulement sur la carte.

Écrit par : Chroniques du Plaisir | 21/08/2007

ben oui, je parlais de la carte électorale

Écrit par : Estèbe | 21/08/2007

Billet fort instructif, comme toujours, qui ne nous prend ni pour des poires, ni pour des chèvres, et où l'on apprend mine de rien pourquoi la limande est un poisson plat! Pendant le rut, lorsqu'elle descend trop rapidement à la cave, elle se gaufre dans les escaliers et s'aplatit sur le gravier! Merci Maître Estèbelovici!

Écrit par : olif | 21/08/2007

Pour mon prochain cocktail, je remplacerai les "ferreri" par cette pizza slurpissime...si si...

Écrit par : ;Olivier | 21/08/2007

Je me ferais bien un cocktail chez l'ambassadeur moi !

Écrit par : bergeou | 21/08/2007

Et en digestif, on peut se la manger ta pizza (qui n'en n'a que le nom, vu que même la pâte vient visblement de l'usine Mario)?

Écrit par : Robert | 21/08/2007

Ah la limande en rut.... elle ressemble un peu à ta pizza en fait. recette sympa, dès que je trouve une boutique de surgelé pour la pâte, je passe à l'acte.

Écrit par : Patrick CdM | 21/08/2007

Comme j'ai l'intelligence moyenne, je m'en vais piller cette recette allegrement.

Écrit par : gracianne | 21/08/2007

ça sent quoi la tangerine de janvier, le rock planant allemand?

Écrit par : Yves | 22/08/2007

La tangerine de janvier n'est qu'un rêve des années 70...
Salutations rotulo-nasales itou.

Écrit par : Baraou | 22/08/2007

Je confirme que l'on croise beaucoup de chèvres aux cocktails d'ambassade. Quelques poires aussi, et ce sont parfois les mêmes...

Écrit par : Zorg | 22/08/2007

Z'avez l'air bien au courant Zorg. Seriez-vous du genre à gober des Ferreri?

Écrit par : Estèbe | 22/08/2007

cette pizza je la prends comme Gracianne et slurp!

Écrit par : samania | 22/08/2007

Une pizza ?! Meuh, elle est où la tomate ?!

Écrit par : Tit' | 24/08/2007

Loll Zorg...Merci Estèbe, poire et chèvre, miam!

Écrit par : renardgourmande | 11/09/2007

Les commentaires sont fermés.