10/09/2007

L’agneau galvanisé par un pistou de Sicile

 

Mes amitiés carabinées, chers tous

 

 

 

 

L’autre jour, alors que nous contemplions les flancs incultes du Mont Curcubitacú (1876 m) en train de rosir au soleil couchant, Mr et Mme Niccoló nous confiaient un secret: leur adoration du pesto sicilien. Le pesto qui marie roquette, pecorino, parmesan, ail, tomates séchées et noisettes. Belle idée que celle-là. Elle ne nous a plus guère quitté, jusqu’à ce que, rentré à la maison, on se décide à nouer un tablier de cuisine sur nos hanches sveltes et halées pour la mettre en pratique. Voilà donc un carré d’agneau de Sisteron (un que le loup n’a pas boulotté) au pistou de Sicile. Plat puissant autant que méridional qui exige:


- Vingt minutes de boulot
- Quatorze noisettes et demi
- Une lichette de pecorino et une autre de parmesan
- De l’huile d’olive
- Une (grosse) gousse d’ail
- Quatre tomates séchées
- Une bonne poignée de rucola ou roquette
- Et un carré de côtelettes d’agneau avec neuf côtelettes pour trois personnes, ou douze pour quatre, ou six pour deux. Voyez quoi. En cas de carré pourvu de huit côtelettes seulement, l’un des convives devra se serrer la ceinture. C’est la dure loi de la boucherie.
- Pour la garniture (qui est facultative mais jolie), prévoir aussi un poivron jaune, une courgette, quelques tomates naines et noires.

 

Action?
Préchauffez le four à 240 degrés. Salez et poivrez l’agneau sur un plat idoine.
Pour le pesto, dans le bol du mixer empilez les fromages grossièrement détaillés, les tomates séchées, la (grosse) gousse dégermée et coupée en cinq, la roquette et deux bonnes cuillères à soupe d’huile d’olive. Pas de sel. Mixez. Goûtez. Il faut que ça soit bon.
Faites torréfier quelques minutes les noisettes à la poêle, virez la peau grosso modo, et pilez au pilon. Puis ajoutez au pesto. Goûtez. Il faut que ça soit bon.
Enfournez l’agneau pour 19 minutes (ridicule ce 19, mais chez nous, 18 c’est trop peu, 20 c’est trop trop, d’où le 19).
Pour la garniture, pelez et taillez en brunoise poivron et courgette. Et faites fondre tout doux dans une casserole, avec quelques épices soigneusement choisies. Enfilez les tomates coupées en deux sur une pique et faites rôtir calmos côté peau dans une poêle, avec une tombée de piment.
Puis faites-moi de chouettes quenelles de pesto entre deux petites cuillères.
Découpez le carré. Fleurdesalez (du verbe fleurdesaler, v.t.). Arrangez tout ça habilement. Et servez en roucoulant une vieille rengaine populaire. Ace Of Spades de Motorhead, par exemple.

Arrosoir

PS. Les fidèles se souviennent probablement d’un autre pesto à la roquette, drôlement cool itou, qui est toujours .

PS2: Là-dessus on a débouché la cuvée Cousin, issue de vieilles vignes de grolleau, d’Olivier Cousin, justement, celui qui travaille sa vigne à cheval. Un vin vivant et gourmand, atypique et rustique, dont le naturel pourrait en défriser certains. Un vin hélas totalement écrabouillé par le pesto. Car cette brute de pesto écrabouille les rouges aimables. Sans doute eût-il fallu choisir une autre bouteille. Une quille du sud avec un fond accueillant; une cuvée callipyge avec un bonus; une coquine des Pouilles, par exemple. Mais pas un de ces crus bourgeois qui ne font plus tiquer grand monde. Hum...

 

Commentaires

t'es parti en vacances avec l'Album de la Contesse?
Le fond de la quille, c'était facile. La vénus, un peu plus dur mais drôle. les cru bourgeois je connaissais, toujours excellent.
Et les tannins qui piquent, t'aime?

Écrit par : Robert | 10/09/2007

Même la cuvée Callipyge (des Graves de Respide) n'aurait résisté au pesto ! L'ami B. (qui fustige toujours autant les biocons) aurait préconisé un J.L. Chave Hermitage Blanc pour ceux aux bourses pleines (ou qui payent pas) mais pour les plus couillus un Sua Vignon (naturel et capsulé) des Maisons Brûlées serait resté debout, les pieds bien plantés dans sa terre natale du Loir et Cher ! Et dans le Loir et Cher on fait pas de manières... C'est pas Motorhead OK.

Écrit par : Baraou | 10/09/2007

Merci du tuyau, Lolo. Robert, vous nous démasquez à tous les coups. C'est pas vous la Comtesse par hasard?

Écrit par : Estebe | 10/09/2007

Warf, les contrepets en cascade. la vénus m'a donné du fil retordre.

Écrit par : Yves | 10/09/2007

Mort aux bourgeois !

Écrit par : Chroniques du Plaisir | 10/09/2007

bravo pour cette belle recette, merci!

Écrit par : lory | 10/09/2007

miam miam!

Écrit par : Audrey | 10/09/2007

il faut escalader le Mont Curcubitacú pour manger ça?

Écrit par : Sophie 13 | 10/09/2007

ne jette pas la 1/2 noisette en rab, j'en ai justement besoin ....
j'ai bien noté "faut que ce soit bon " manquerait plus que ça que ce soit pas bon !!!

Écrit par : mercotte | 10/09/2007

J'ai halé mes hanches au soleil sisteronnais en attendant le loup me délivrant un agneau...mais que nenni... me voilà, tel ysengrin à baver (et c'est sale) devant cette agneau galva...Je peste devant vos hôtes Niccolo qui fassent à la courgette, n'ont pas réussi à vous lancer une roquette que Maître cousin sur son cheval n'ait intercepté dans sa cuvée callypige aux tétons comme la lune......Je vais me coucher...C'est trop tard...

Écrit par : ;Olivier | 10/09/2007

La demi noisette est pour vous Mercotte, of course. Olivier, oui, au dodo!

Écrit par : Estebe | 11/09/2007

Respect à Mr et Mme Niccolo' mais le vrai pesto à la Sicilienne est a base d'amandes dans l'ouest de la Sicile et à base de pistache dans le sud est. Salutations

Écrit par : Gregory | 11/09/2007

Hou Gregory, qu'il est sec! On se met illico à l'amande pistachée.

Écrit par : Estèbe | 11/09/2007

Une petite virée sur le marché de Carouge un samedi matin pour voir ce que le Jerôme national achètes comme légumes et autres denrées délicieuses et je te remettrais un pot de pesto de pistache.. ciao

Écrit par : Gregory | 12/09/2007

Hu... un rendez-vous

Écrit par : Estèbe | 12/09/2007

ben ouais, serait sympa de voir la tournée gastronomique des commissions du samedi matin..

Écrit par : Gregory | 12/09/2007

Ah ! tu me tue ! j'adore ça...mais comme mon homme n'aime pas, on en mange jamais à la maison ;-(
Bravo c'est splendide !

Écrit par : Demolite | 12/09/2007

Les commentaires sont fermés.