13/09/2007

Le poulet qui nous raconte sa farce basquaise

 

Avé, les potes

 

 

 

 

Un jour, un grand esprit a dit ceci: «le blanc de poulet, c’est bon. Mais bon…» Etait-ce Saint-Augustin, Henri Vernes ou Loana? Impossible de s’en souvenir. En tout cas, la citation est rigoureusement exacte. Et pertinente. Le blanc de poulet, c’est bon. Mais bon… C’est pour cette raison qu’il s’agit de le farcir à la basquaise et de le barder au jambon cru. Petits malins que vous êtes, vous avez déjà capté la recette du jour: le blanc de poulet farci à la basquaise et bardé au jambon cru. Justement.

En voiture Simone (et Garfunkel avec).

Pour deux gros blancs, bio of course, il nous faut d’abord faut un poivron rouge et une tomate joufflue. On pèle, on épépine et on émince en petits dés, avant de flanquer à la casserole, avec une échalote hachée, une demi-gousse d’ail hachée itou, un peu d’huile d’olive, une pincée de piment d’Espelette (oui, encore, m’enfin!), sel, poivre, un demi-sucre et quelques herbettes méridionales moulues.
On laisse confire, tout doux, à couvert. Disons dix-sept minutes et quelques.
Pendant ce temps, on entaille les blancs avec un couteau atchment pointu dans le sens de la longueur. D'où une longue cicatrice, qui va nous permettre de farcir l’animal avec la pseudo-piperade sus-décrite.
C’est là que l’affaire tourne au vinaigre (c’est une image). Car, après avoir salé et poivré la bête dûment farcie, il va s’agir d’emmitoufler les blancs dans des tranches de jambon cru (cru du cru ou cru d’ailleurs), pas trop maigre s’il vous plaît. Et de ficeler tout ça façon boudin. Etape fastoche pour la plupart des humains, mais toujours humiliante pour nous et nos petits doigts gourds.
Le four, qui a préchauffé à 180 degrés, accueille, ravi, la volaille pour 20 minutes.
Après, on découpe en tronçons gracieux, en se creusant la cervelle pour trouver l’auteur de la fameuse citation. Coff? Sting? Dali? Une grande goulée du très gourmand Clos Columbu rouge 2006 (Lumio, Balagne, Corse, mer Méditerranée, hémisphère Nord), et ça nous reviendra sûrement.

A plous!

PS: Ce cochon de poulet se montrant tout de même un brin sec, il n'est pas interdit de servir la chose avec un gratin de côtes de bettes super onctueux. La recette? Un de ces quatre peut-être, si vous êtes gentils.

PS2: Clos Columbu, Lumio, 04 95 60 70 68. Le blanc est mieux encore.

 

Commentaires

c'est marrant car vu de la photo on dirait une belle tresse briochée farcie de poulet.. bon ça à l'air vraiment délicieux et ça devrait faire revivre le blanc de poulet..alors le poulet basquaise joue de la cornemuse..victoire de l'Ecosse hier soir.. ;)

Écrit par : Gregory | 13/09/2007

Simone n'a pas oublié sa Palette de couleurs... Quant à la farce, je la préfère basquaise que basque car ne dit-on pas (à Bordeaux) : "t'es con ou t'es basque ?" ?
Pour le vin, je reviens vers la Pelette de Simone et son Château. Et le blanc de Simone c'est bon, mais bon... Citation d'Olif, de Michel B., du Gars Funkel ?

Écrit par : Baraou | 13/09/2007

A la Simone! Mon blanc préféré dedans le cosmos tout entier

Écrit par : Estebe | 13/09/2007

Non, pitié! Pas les côtes de bettes!
Et pourquoi pas un petit Irouléguy du domaine Arretxéa, avec ce poulet basque? Hein, pourquoi pas?

Écrit par : olif | 13/09/2007

si on arrivais a faire bouffer ca aux gamins en leur faisant comprendre que c'est les meme ingrédients que des chickens ketchup... en tout cas ca donne envie

Écrit par : Dams | 13/09/2007

Dams: peut-être (j'insiste) en découpant le poulet en forme de Mickey (ou de Loanna, pourquoi pas?) et en leur servant dans un horrible contenant en polyuréthane?
Mon cher Estèbe, je crois que la citation est de Line Renaud lors d'un repas de gala.

Écrit par : france d'en bas | 13/09/2007

Comment il c'la raconte ton poulet façon boudin...c'est le roi du poulailler c'est clair !
Je me le farcirais bien d'ailleurs...

Écrit par : Demolite | 13/09/2007

Je suis étonnée que tu trouves de l'humour au(x) poulet(s)... mais, bon, une fois n'est pas coutume, la farce est bonne.. Et contrairement à Olif, je me laisserai volontiers séduire par un onctueux gratin de bettes.

Écrit par : mamina | 13/09/2007

sympa ce poulet!

Écrit par : Audrey | 13/09/2007

Bon, ben j'ai trouvé mon repas de ce soir, merci Estèbe !
Accro au piment doux et parfumé, mais avec un brin de mordant quand même, as-tu déjà testé le piment turc de chez Lyzamir ? Je n'arrive pas à ne pas en mettre dans tout ce que je cuisine ces jours ^___^
Amitiés slurpiques

Écrit par : San | 13/09/2007

Piment turc? Je fonce!

Écrit par : Estebe | 13/09/2007

Au Clos Columbo, le vigneron il n'a pas un vieux pardessus et un basset mou?

Écrit par : Robert | 13/09/2007

le poulet basquaise avec cette présentation ... waouw !!

Écrit par : nat | 13/09/2007

la tomate est un homme comme gabrielle dans la pub canal minus ?

Écrit par : kamy | 13/09/2007

OK, on corrige avec la vélocité d'un poulet apeuré

Écrit par : Estebe | 13/09/2007

Ça à l'air délicieux !
Vous m'excuserez le sérieux, je suis à cours de farce.

Écrit par : Vincent le canneux | 13/09/2007

Testé, dégusté et vraiment apprécié ! J'ai ajouté une petite feuille de sauge sur le poulet avant le jambon, parce que la sauge, c'est bon ! Mon poulet n'était pas sec du tout, mais bien tendre et moelleux. Avec des penne au piment, ce fut un régal. Merci Estèbe ^^

Écrit par : San | 14/09/2007

je viens de découvrir ton blog, et j'aime beaucoup tes explications culinaires et j'aime beaucoup cette recette de poulet qui nous fait envie avec sa farce et le jambon cru.

Écrit par : Ranjiva | 14/09/2007

Si vous voulez, pour farcir votre poulet, je dispose de "soumbala" sublime épice burkinabée... Le problème c'est l'odeur....N'hésitez pas à ouvrir quelques bouteilles...

Écrit par : ;Olivier | 14/09/2007

le basquaise comme celui ci, j'adopte et j'en redemande !

Écrit par : salwa | 16/09/2007

Ca me dit bien la recette du gratin de bettes super onctueux. En plus j'ai ete tres gentille.

Écrit par : gracianne | 18/09/2007

Les commentaires sont fermés.