17/09/2007

L'haletante figue gratinée à la feta pistachée

 

Mes salutations les plus dégoulinantes, chers gourmets virtuels

 

Dans le monde palpitant, quoiqu'impitoyable des blogs culinaires, il est d'usage d'offrir en pâture aux surfeurs affamés ses plus belles réussites en cuisine. Les ratages, eux, sont tus. Ou maquillés en réussites. Ce qui est peu charitable pour les pauvres âmes qui vont essayer de réaliser ces si merveilleuses merguez au cacao chez eux.
Ben nous, on ose l'impudique déballage de nos tâtonnements. Car, éperdu fol amoureux de la figue, on s'est lancé récemment dans une croisade aveugle, consistant à rôtir le malheureux fruit, préalablement farci de fromage. Chouette idée sur le papier, dont la mise au point fut ponctuée d'échecs humiliants autant que répétés.
Le premier jour, on a fait ça avec du bleu de Gex et des noix. Limite berkissime.
Le deuxième jour, on a fait ça avec du chèvre frais parfumé de garam massala. Mieux, mais pas total slurp non plus.
Le troisième jour - imaginez l'agacement des proches overdosés de figues fromagées -, on a opté pour de la feta pistachée et parfumée au romarin. Bingo! Pas trop tôt.
La prochaine fois que vous causerez de figues et fromage en salon, n'oubliez pas de louer la franchise et l'obstination d'Estèbe.

 

 

 


Action! Choisissez des figues fermes et menues. Ouvrez-les - à l'aide d'un couteau pointu et tranchant - d'un petit X sur la tête. Et videz-les grosso modo - à l'aide d'une minipetite cuillère (modèle dînette) - de leur pulpe joliment violacée. Laquelle va dans une jatte, en compagnie de feta émincée, d'une giclée d'huile d'olive, d'une grosse pincée de romarin en poudre, d'un tour de moulin à poivre et de pistaches préalablement torréfiées à la poêle.
Touillez jusqu'à obtention d'une bonne pâte. Farcissez en veillant à ne pas éclater le pauvre fruit. Enfournez au four à 180° pour une dizaine de minutes, finissez avec un petit coup de gril.


On sert ces petits machins-là avec un peu de salade, et le sourire satisfait du missionnaire qui a converti une peuplade impie. On peut aussi déboucher une topette; nous, on a opté pour un cadeau du Grand Olif, le trousseau 2005 de Michel Gahier tout plein d'épices, de fruits frais, de santé et de souplesse gourmande. Miamou! 
Avec un trousseau pareil, la plus moustachue des donzelles se trouve presto un époux pas ripoux.


A très vite. Et vivement très vite.

PS: Vous noterez les trois pistaches hérissés sur la tête des figues, comble de la branchitude culinaire et capillaire.  

Commentaires

Un trousseau pour trousser les figues, bien vu.

Écrit par : Baraou | 17/09/2007

2 belles figues, un missionaire, 3 bonnes raisons de bien trousseau....
ouai bon, c'est qui ce baraou qui me pique mes bons mots......

Écrit par : loulou | 17/09/2007

Je n'aime pas trop les figues mais j'aime tes improvisations et surtout le coup des pistaches avec la feta que je retiens! Bravo pour partager tes ratages avec nous, il faut du courage! lol

Écrit par : Lolotte | 17/09/2007

sacrée imagination des figues comme celles la .@+

Écrit par : richard eric | 17/09/2007

c'est marrant, le trousseau ca me fait toujours penser a Coluche pour son pluriel: un trousseau, deux trous sales... bon d'accord... je retourne a la lecture de mon cuisine de saison généreusement envoyé par les soins du dr slurp...

Écrit par : Dams | 17/09/2007

Loulou, Lolo le Baraou n'est pas barbu mais pourrait tenir un bar à Bû. Va comprendre, Charles!
Concernant les blagues sur le trousseau, je prierai tout le monde de bien vouloir respecter le Gahier des charges. Ses vins sont trop bons, et encore plus Les grands Vergers, je vous le ferai slurper à l'occasion, mon bon Estèbe!

Écrit par : olif | 17/09/2007

Dès qu'on parle de figue, ces messieurs se déchaînent... la référence à Coluche était tout à fait indispensable. Du coup, oserais-je encore dire que le chèvre frais, tout bête avec des figues et du miel, c'est pas drôle mais c'est booooon.

Écrit par : mamina | 17/09/2007

c'est bien ce qu'il me semblait, tu joues encore à la dînette

Écrit par : Robert | 18/09/2007

entre la figue , le trousseau et le missionnaire, je sens bien quelque chose de sale, mais la recette me conviens assez

Écrit par : Sophie 13 | 18/09/2007

Je ne peux qu'être fan de cette recette! Et ça tombe bien, j'ai quelques figues fraîches qui proviennent directement de l'arbre! Et puis figue et romarin, déjà essayé, c'est idéal.

Écrit par : $ha | 18/09/2007

Olif, on se sent mûr pour les Grands Vergers

Écrit par : Estebe | 18/09/2007

hé hé, j'aime que les copains des autres souffrent autant que les miens, quand on a envie d'essayer toutes les possibilités avec un même ingrédient. Pour la science qu'ils disaient...

Écrit par : lili violette | 19/09/2007

Les commentaires sont fermés.