20/09/2007

Le veau et l'estragon: un couple présidentiel

 

 

Salamaleïkoum, les ami(e)s

 

 

 

 

Voilà un joli dessin, emprunté à Maëster, qui nous permet d’introduire en toute élégance notre recette du jour. Recette où il est également question d’un couple (hou… la ruse), beaucoup plus fréquentable que celui évoqué ci-dessus. On veut causer de l’estragon et le veau. Ces deux-là s’aiment d’amour vrai et forment un tandem formidable, chose que nous ignorions jusqu’à il y a peu. Le veau et l’estragon, parfaitement. Une vraie découverte. Comme quoi, on devient tous les jours un brin moins couillon. Méditons ça. Je relève les copies dans une heure.

Bref. Voilà notre petit rôti de veau cuit à basse température et parfumé à l’estragon. Et puis oubliez vite ce dessin, ces laides histoires conjugalo-politiques pourraient vous couper l’appétit.

 

Avant et après: quel processus magique quand on y pense dedans sa tête!


Notre boucher moustachu nous ayant cédé à prix robuste un joli morceau de filet (327 grammes tout roses), on a fait dorer la bête à la poêle et à feu nourri, une minute de chaque côté (ils étaient quatre, les côtés). Avant de l’emmitoufler dans du papier-alu, puis de la cacher pour une heure dans un four préchauffé à 80°.

Ce qui laisse le loisir de faire son petit jus, en déglaçant le poêle d’un grand coup de blanc sec, une minipincée de sucre en poudre, une autre de sel, plus deux cuillères d’estragon frais ciselé. On fait réduire. On goûte. On rectifie. On regoûte. On rerectifie. On réserve. Et on pense à autre chose. A la bouteille de blanc, par exemple, qui nous fait de l’œil.

 

Avant le service, il s’agit de découper le filet, de l’arroser avec le jus, de le coiffer de fleur de sel, de trois vigoureux tours de moulins à poivre et de quelques pluches d’estragon. Avec ça, une poêlée de petites patates vitelottes, aillées avec parcimonie, fait fureur.


A la revoyure, ami(e)s

Commentaires

Ah!, les Verdots! Joli nom pour un verre de vin! A une époque, j'en ai rempli ma cave. Des vins très travaillés qui tenaient la dragée haute à bien des Graves blancs. Depuis, j'ai un peu délaissé les Bordeaux blancs. Il faudra que je regoûte quand même à ces vins selon David Fourtout.

Écrit par : olif | 20/09/2007

entre Cecilia et Sarko, c'est qui l'estragon et c'est qui le veau?

Écrit par : Robert | 20/09/2007

Miam et Slurp !

Écrit par : Baraou | 20/09/2007

Fumeuse ton intro. je t'excuse, la recette est bien

Écrit par : Sophie | 20/09/2007

Magique la cuisson douce du veau en robe d'aluminium!! Über slurp.
Mais, n'y a-t-il pas un risque que la viande prenne le vilain goût de l'alu?

Écrit par : lili | 20/09/2007

Terrible la caricature. Quelquefois la realite est encore plus cruelle que le dessin.
Ca me fait repenser au sketch des nuls avec Valerie Lemercier: http://www.youtube.com/watch?v=YOU1wNYcHYM
Quant au veau, parfait, rose a point. Il est decidement tres bien ton boucher.

Écrit par : gracianne | 20/09/2007

Immense Lemercier et le Nuls.
Lili, non pas de goût d'alu.

Écrit par : Estebe | 20/09/2007

Bien en retard sur vos billets... j'ai du cuire à basse température... c'est plus long mais c'est meilleur...Enfin à la vue du dessin tu aurais du faire un roti de porc cela aurait été plus adéquat...Il va falloir que je demande à mon boucher de se laisser pousser la moustache quoique non...ces prix ne sont pas robuste...même que ce sior j'avais oublié mon pied de veau pour une terrine...y retournant, il m'en a fait cadeau...Il n'est pas Sarkoziste...

Écrit par : Olivier | 20/09/2007

Je t'assure (à nouveau) qu'il faut que tu essaie la cuisson du veau dans du lait. Même principe que toi jusqu'à l'alu, et là tu le rôti dans une cocotte avec mi hauteur du rôti de lait. Tu cuit à 60/70°C une heure, 2 heures, voire 3 si tu as entamé un Monopoly. Essaye, j'aimerais avoir ton avis.

Écrit par : Patrick | 21/09/2007

Yes, Mr Chazallet, j'avais fait ça une fois avec un rôti de porc. On essaira ça sous peu (à l'oignon)

Écrit par : Estebe | 21/09/2007

ça a l'air intéressant, ce truc de cuire dans du lait. Mais faut-il épicer le lait, farcir d'ail ou je ne sais quoi ?

Écrit par : Géo | 21/09/2007

Oui, ail, romarin, sauge....

Écrit par : Estebe | 21/09/2007

Je rend copie blanche. trop con, le sujet,

Écrit par : Yves | 21/09/2007

Ô Slurp,

J'ai goûté toute la gamme de D. Fourtout à Vinexpo, rien à jeter, tout est bon et des prix tout à fait corrects. Pourvu que ça dure !

Écrit par : Eric | 21/09/2007

Trop marrant le petit sarko :)

Écrit par : salwa | 22/09/2007

Les commentaires sont fermés.