29/10/2007

Bête et cher: L’œuf à la coque avec de la truffe noire cachée dedans

Cot cot, les gens

 

 

 

 

Une armada de psychologues de tout poil se sont penchés sur cet étrange syndrome occidental: le blues du dimanche soir. Ben oui, le week-end trépasse et le moral feignasse. La téloche craint. Pas de bon bouquin. Demain redémarre le train-train. Tout est sombre, tout est vain. (Notez l’avalanche de rime en in, fortiche, hein?).
Plongé dans ce tunnel morne et visqueux qu’est la soirée dominicale, il s’agit de trouver des stratégies pour cajoler son humeur. Manger kekchose de bon par exemple.
Et zuuut: le frigo est vide. Non, pas tout à fait. Cachés dans la porte, quatre œufs nous font coucou. Des œufs bio, pondus dans l’allégresse par des poules libres et lutines. Bon, c’est un début


Au fond du placard, voilà une petite boîte de conserve qui ne paie pas de mine. Une boîte achetée un jour de fièvre consommatrice et oubliée depuis: des éclats de truffe noire du Périgord.
Tiens, tiens, le dimanche soir paraît tout de suite plus jouasse. Yes. On va se goinfrer d’œufs à la coque avec des lamelles de truffes dedans.

 

La tactique? Franchement bêtasse.

 

 

Pour cuire les œufs, adoptons la stratégie de Michel Bras, qui est de démarrer l’affaire à pleins gaz mais dans l’eau froide. Pour avoir un blanc bien compact et un jaune tout coulant, chez nous, c’est neuf minutes. Pile. Chez vous, on ne sait pas. Tour dépend de la gazinière. Chez nous, c’est neuf minutes. Pile.
Bref, quand les œufs sont prêts, on décalotte, on touille prudemment le jaune avec une larme de crème fraîche, une pincée de fleur de sel et de poivre au moulin, plus plein d’éclats de truffe. Avant ça, on a fait griller des mouillettes, tranchées dans un vieux pain qui passait par là. Voilà.

Et avec une rasade de Mourgues du Grès blanc, un Costières de Nîmes au caractère bien trempé et au prix amical, désaltérant et délicieux, et bien cette satanée soirée grimace enfin un bout de sourire. Et même ces idiots d’Experts à Miami semblent presque distrayants. C’est dire.

 

 

Tchao, les cop's

 

Commentaires

Dans le genre, il y a aussi le tête-à-tête d'oeufs, qui consiste à mettre du caviar à la place des truffes. Pour cette recette, l'oeuf doit être cuit 9 minutes 37 secondes chez Estèbe (chez moi, 9 minutes 39. Pile). Il faut en outre que le caviar soit très frais et pondu par un poisson ayant un âge compris entre 17 et 18 mois. C'est donc très compliqué. En outre, ça ne marche que les jours de pleine lune, quand votre voisine vient de se faire plaquer par son mari. On n'a jamais pu expliquer pourquoi. C'est ainsi. Enfin, pour finir, un dernier détail: c'est dégueulasse.

Écrit par : Zorg | 29/10/2007

tu décalotes et tu touilles: ce blog n'est décidemment pas à mettre entre toutes les souris.

Écrit par : Robert | 29/10/2007

Je vois que les commentateurs sont de retour avec leur esprit très aiguisé. Votre semaine de vacances leur a bien profité. J'espère qu'il en est de même pour vous. Amitiès vierzonnaises.

Écrit par : mamina | 29/10/2007

Voyez-vous ça, le dimanche c'est truffe chez l'Estèbe. On se refuse rien.

Écrit par : Sophie | 29/10/2007

9 minutes..va falloir tester. Mais sans truffes, c'est le genre de petite boite qui manque dans mon frigo.

Écrit par : gracianne | 29/10/2007

Nous, on vitrocérame (du verbe vitrocéramer). Ceux qui gazent peuvent aller plus vite, si on ose dire.

Écrit par : Estèbe | 29/10/2007

bête et cher voila un truc qui nous plait bien.....en plus nous on aurait fait expres de faire dégouliner du jaune plein de truffe sur notre bavoir D&G juste pour le montrer au pressing.....je savais bien que le mourgue de grès vous zi viendriez....et en rouge avez vous gouté mon cher ami ?

Écrit par : loulou | 29/10/2007

Oui, le rouuuuuge, les Galets rouges: Du pur bonbon. Et le rosééééé, Fleur d'églantine: méga pêché.
Mourgues du Grès, on va se le faire tatouer

Écrit par : Estèbe | 29/10/2007

J'en mange toutes les semaines, des fois sans oeufs, souvent sans truffe, parfois aucun des deux. Dimanche copieux.

Écrit par : renardgourmande | 29/10/2007

Tous ces commentaires me semblent particulièrement échevelés ce soir... quel est le petit plaisantin qui a subrepticement remplacé les truffes par une poignée de psilocybes ravageurs ?

Écrit par : Dods | 29/10/2007

Les oeufs et la truffe s'accordent en effet magnifiquement

Écrit par : Anne-Sophie | 30/10/2007

Et si on donne de la truffe à bouffer à la poulette, elle nous les ponds déjà aromatisés ?
Arf, casser la gueule à un oeuf, on a rien trouver de mieux les soirs de non inspiration gastronomique.

Écrit par : Sister of Night | 10/11/2007

Les commentaires sont fermés.