23/11/2007

Des St-Jacques avec un jus de mandarine safranée sur la tête

 

Mes respects vibrionants, les surfeurs gourmands

 

 

 

 

Z’avez remarqué? Les mandarines, cette année, elles sont nazes. Pas de goût. Sèches. Pas aimables, quoi. Et dures à décortiquer avec ça. L’autre jour, on dévisageait en pestant ces vilaines affalées dans un saladier: «Mes cocottes, on va quand même s’occuper de vous. Rira bien qui rira le dernier.»

Et puis, une chose en amenant une autre, on a improvisé presto ces noix de St Jacques au sirop de mandarine safrané et basiliqué sur son effilochée d’endives. Plat inspiré de quelques trucs aperçus récemment dans les cuisines d’un restaurant comme il faut. Plat à l’intitulé un brin bling-bling, qui s’est avéré totalement comestible. Il nous arrive depuis de frissonner comme un alpiniste rien qu’en y repensant (n’importe quoi).


Action: Pressez vos mandarines (pour dix noix de St Jacques, six mandarines feront l’affaire), expédiez le jus dans une petite casserole avec quelques filaments de safran. Faites réduire velu velu, puis liez d’une petite noisette de beurre et d’une giclée d’huile d’olive. Poivrez, sucrez un tantinet s’il le faut. Réservez au chaud.

Au tout dernier moment, on ajoutera quelques feuilles de basilic ciselées en chiffonnade (termes techniques lancés au museau de nos chers lecteurs dans le but avoué de leur en mettre plein la vue).

Emincez vos endives en longues lanières filiformes, après en avoir giclé le cœur coriace. Passez à la poêle avec une bonne noisette de beurre. Feu pépère. Une dizaine de minutes ou plus, le temps qu’elles s’attendrissent. Assaisonnez.


Décoquillez vos St-Jacques (un coup de couteau le long du côté plat de la coquille, avant de virer la barbe en tirant sur le petit machin noir tout en maintenant la noix avec le pouce, vous suivez?). Rincez, essorez bien, puis dorez à la poêle à feu furax une minute et demie de chaque côté dans un peu d’huile d’olive. Fleur de sel et poivre.


Après ça, on fait un pouf d’endives, on vautre les noix dessus, on mouille le tout avec la réduction de mandarine au basilic. Et on débouche une altesse du Sieur Berlioz, vin tendu et subtil, qui nous chante la beauté du terroir savoyard. Chouette chanson que celle-là.

Gros week-end mouillé

PS: Ouvrons pour finir notre rubrique "bourses, finance et délits d'initiés" avec un scoop. Un scoop géant. Pepsi vient enfin d'absorber Coca. Depuis le temps, c'est une bonne nouvelle. La preuve en image:

 

 


 

 

Commentaires

D'accord avec toi, c'est la cata ces mandarines, mais au moins elle ont une belle fin de vie chez toi

Écrit par : sooishi | 23/11/2007

Je vais arrêter d'acheter le Financial Times si Estèbe cause économie.

Écrit par : Robert | 23/11/2007

MAMINA SORT DE CE CORPS !!!!!!!!!! on t'a reconu

Écrit par : loulou | 23/11/2007

ouiiii, un exorcisme live sur la toile.

Écrit par : Estèbe | 23/11/2007

Coucou, je suis là... dans mon Berry et vous savez quoi... à midi, on a mangé des Siant Jacques!

Écrit par : mamina | 23/11/2007

La guerre des sodas, des madarines berk, un blog hanté... je commence à trembler moi

Écrit par : Sophie | 23/11/2007

Un conseil pour les mandarines, laissez tomber les mandarines espagnoles et essayer les mandarines Siciliennes, elles on un goût unique et très prononcé... seul bémol on les trouves pas partout, surtout pas en grande surfaces.. au marché et surtout chez les grossistes de fruits et légumes.. pour les genevois, Finaz dans la zone de la Praille devrait en avoir, vous verrez ça en vaut la peine. Saluti
Greg

Écrit par : Gregory | 23/11/2007

Sophie a raison, ca sent le safran!

Écrit par : gracianne | 23/11/2007

si tu voyais les mandarines senegalaises, tu en pleurerais :)

Écrit par : salwa | 24/11/2007

Pleurerais-je de joie ou de désespoir?

Écrit par : Estèbe | 24/11/2007

Voila bien une recette d'homme aux mandarines bien accrochées, agrumes, endives et CSJ,. A part çà tes lecteurs s'émeuvent pour un rien, moi j'ai repéré le corail dans l'assiette, mais je vais pas protester pour une fois, tu viens de lui trouver sa seule utilité, l'accord de couleur avec la mandarine, trop fort...

Écrit par : Patrick CdM | 25/11/2007

Ma Belle Mère (à qui il faut bien reconnaitre certaines qualités!...)a une technique toute à elle pour se nettoyer les moules. J'ai cru à la supercherie ( tout comme le jour où elle m'a dit qu'elle ne ferait plus jamais d'écrevisses, car elles les avait entendu pleurer lorsqu'elle les avait balancées dans le court bouillon). Pour se pomponner la moule, elle la dispose dans une essoreuse à salade version bazar et elle tourne à fond. Ben tu me croiras ou pas, mais elle ressortent (presque) aussi clean qu'une portugaise après une épilation chez Venus Beauté

Écrit par : Claudio | 26/11/2007

L'effilochée d'endives au jus safrané, c'est pour avant ou après le cassoulet?

Écrit par : Grand chef | 27/11/2007

Les commentaires sont fermés.