26/11/2007

La recette fastoche des moules aux épices de l'Orient

 

Bien le bonjourno! Comment ça va bien?

 

 

 

 

"Un kilo par personne, c'est le minimum." Voilà la quantité de moules de bouchot que préconise avec entêtement notre poissonnière, qui est pourtant filiforme comme la liane sauvage. Diable! Ce petit bout de demoiselle doit avoir un appétit de walkyrie. Parce que, voyez-vous, un kilo de moules par personne, c'est juste kolossal. Chez nous, on compte moitié moins. Ce qui nous fait une livre par tête de pipe. C'est moi que tu traites de tête de pipe???? Euh.... non, c'est une expression. Pif, paf, boum. Police, hosto, tribunal...

Cette longue et pénible introduction pour arriver à cette recette toucon de moules de bouchot aux épices orientales et à la coriandre, réalisée tous les mardis 16 par Madame Sonson. Recette hyper light et méga slurp pour laquelle il vous faut: des moules, de l'oignon frais, de l'ail, du garam massala, du vin blanc, du gingembre en poudre et un petit curry soft.

On vous la joue en images. C'est moderne, c'est pédagogique.

 

 

 

Nettoyer les moules sous l'eau, en leur tirant bien la barbichette.

Puis, faire revenir l'oignon frais (ou deux échalotes) avec une gousse d'ail hachée, dans un peu d'huile d'olive au fond d'une grande casserole.

 

 

 

Ajouter ensuite les épices: garam massala, un rien de gingembre en poudre, un zeste de curry doux et du curcuma pour la couleur. Touiller presto avec les oignons, qu'ils colorent.
Puis ajouter le vin blanc, 5 décis ou le litron, selon la quantité de moules. Pchhhhhh!

 

 

 

Une fois le vin frémissant, ajouter un bouquet de coriandre entier. Puis les moules. Couvrir. Au bout de deux minutes, on mélange avec précaution, que les moules du bas se retrouvent en haut . Et vice versa. C'est beau ce brassage pacifique. Appelons cette étape le Moolstock.
On ferme à nouveau, une minute ou deux, dès que ces dames entrouvrent leur coquille, hop, on amène la casserole sur la table.

La garniture? Pourquoi pas des petites patates vapeur?

Le pif? Pourquoi pas un Savennières bien schisteux?

La musique? Pourquoi pas une compil de ce bon Moule-oudji?

Pour l'éclairage et la nappe, débrouillez-vous.

Au revoir, les gens.

Commentaires

Ah!!! quand ces dames ouvrent leur coquille, on se damne... "Mais comme le dit ma concierge qui écrit des chansons, c'est d'la faute à personne si les gens sont trop..." (Mouloudji)
Bonne semaine et bonnes moules du léman...

Écrit par : Olivier | 26/11/2007

Une recette volcanique, on dirait du AMoule Tazief

Écrit par : Robert | 26/11/2007

en effet voila un truc pour le quel on se damne facile, d"ailleur pour la musique, la moule Piaf serait de circonstance.....pas d'âme, pas d'âme, pas d'âme....comme elle dit !!

Écrit par : loulou | 26/11/2007

On peut aussi réaliser cette recette avec moultes moules tamouls, pour un peu qu'elles ne moulinent pas durant le mouloud.

Écrit par : Estèbe | 26/11/2007

Le mardi 27, on peut aussi?

Écrit par : mamina | 26/11/2007

Ah, la moule, toujours la moule...

Écrit par : Zorg | 26/11/2007

M'en parlez pas, Zorg! Les moules, faut se les farcir!

Écrit par : olif | 26/11/2007

eh oui, voilà ce que ça donne quand on n'a que la moule
Pour meubler de merveilles
Et couvrir de soleil
La laideur des faubourgs...

Écrit par : lili violette | 26/11/2007

Heureusement que Lili est là, ça a failli déraper. Normal: la moule est enfant de bohème.

Écrit par : Estèbe | 26/11/2007

A Moolstock, y'avait pas Crosby, Stil,l Nash & Moule?

Écrit par : Sophie | 26/11/2007

Cher Monsieur,
Svelte Helvète (je suppute),
Expat à bonne pâte,
Corto des cuisines dont l’anneau rassure l’agneau… avant,
Homme de foie solide,
Vous qui n’aimez rien tant que la flagornerie (supputons-nous toujours),
Je suis votre dévoué,
Et viens quérir audience,


Notez que Jean d’Ormesson, naguère fringuant, jamais brillant, m’a pistonné pour le Goncourt. Mais une honteuse magouille éditoriale dut avoir raison de mon génie littéraire.
Mais foin de ces remarques littéraires, il me faut vous entretenir de la plus grave des choses (et si possible sans bouffer tout l’espace existant sur le weeeeb).

En ces temps de prise d’otage et de rameurs soudains, il me faut vous le dire, je galère grave ! Noël approche et comme tout concubinage grassouillet, nous nous devons avec la Reine, de marquer d’une poêle blanche, ce jour. Certes, nous irons, le 24, rejoindre tout à la fois tradition et famille nombreuse, dont l’accumulation des dégoûts nous poussera inévitablement à se farcir une dinde sèche pour le repas.
C’est pour cela qu’avant ce jour heureux joyeux mais un poil étouffe-chrétien, nous commettons également notre commémoration gastronomique. Et nous cuisinons le bon et le bon pour nos petits corps éperdus de tendresse bardée de lard…
Et cette année je fais, dans le plus grand des secrets il va de soi, le plat.
Et cette année j’ai décidé de ne pas créer de recette (bon en même temps j’y suis jamais arrivé hein ?), de ne pas la pêcho sur Marmiton, ni sur nos 14 livres perso qu’Elle maîtrise à la perfection, encore moins sur les 896 revues culinaires que je boude depuis qu’on m’a gaulé celle d’avec Cyril Lignac…

Vous avez saisi j’ai décidé d’aller piller votre blog.
Et je galère.
Passqu’il y a trop de truc. Et qu’il va falloir faire un choix. Mais que les choix évoquent pour moi d’insupportables réminiscences depuis qu’un sombre jour de mai 2002, nous dûmes voter pour notre bousier préféré… Depuis, faible et veule, je ne peux, ni ne sait choisir.

Ma question, Jean-Pierre, est donc la suivante. Vous pourriez pas m’aiguiller sur 2 ou 3 recettes (carnées crois-je car je rêve de boire du rouge avec tout cela), de votre crû, que avec ça je me la raconte grave à vie et que je vous remercierai même officiellement par ce que vous voulez… Vous pourriez pas combler mon indécision en nommant ce que vous rêveriez de manger si vous étiez femme, vaguement normande et un peu moins vaguement enceinte… Allez quoi un bon geste… sinon ça va se finir par Findus et un Bordeaux d’une foire aux vins quelconque…

Merci d’avance
Je sors mon carnet en moleskine,

Écrit par : HW | 26/11/2007

Damned, ça c'est de la bafouille, et je m'y connais.
Ben, me voilà Normande un peu enceinte. Petit effort d'imagination.

Je crois que le poulet au vin jaune et morilles me mettrait de bonne humeur.
http://jeromeestebe.blog.tdg.ch/plaisirs-carnes/volailles-de-lenfer-1-le-poulet-au-vin-jaune-et-aux-morilles.html

De même que l'agneau (gigot ou, mieux, épaule) de sept heures aux épices douces:
http://jeromeestebe.blog.tdg.ch/plaisirs-carnes/un-gigot-de-sept-heures-aux-epices-douces-pour-rire-a-noel.html

Même si les cailles farcies à la feta et aux tomates séchées me ferait peut-être croire au Père Noël, paresseux le Père-Noël.

http://jeromeestebe.blog.tdg.ch/plaisirs-carnes/quand-les-petites-cailles-font-la-feta.html

Tenez nous au courant de la suite de l'affaire. C'est pas tout les jours qu'on nous demande d'envisager un changement d'identité aussi radical.


Écrit par : Estèbe | 26/11/2007

Quelle promptitude !!!
Vous serez évidemment informé de la joie de la femme enceinte devant un de ces trois plats que je sais déjà pas lequel choisir mais que je vais adopter chacun en fait.
Le repas devant se dérouler pour la mi-décembre, je me réserve donc deux semaines pour appréhender ces recettes... Et vous narrer en retour, le plaisir et/ou mes déboires, dans ma petite cuisine...

Merci beaucoup,
A bientôt

Écrit par : HW | 26/11/2007

Epices orientales? C'est une recette Tamoul?

Écrit par : Zorg | 26/11/2007

et pourquoi pas un Moule-un à vent en accompagnement ? moule et une bises

Écrit par : saperlipopote | 26/11/2007

Avec toutes ces moules, il faut bien le litron.

Écrit par : Vanille | 27/11/2007

il a raison Monsieur HW, c'est un bon plan pour les fetes le blog d'Estebe. J'avais fait des petites coquilles st jacques au lard et aux cepes l'an dernier, qui s'etaient averees excellentes : http://jeromeestebe.blog.24heures.ch/p173.html

Les poissonniers exagerent toujours, 1 kg par personne, c'est comme ca que j'ai ete forcee de les mettre en escabeche l'autre jour. Elles me font bien envie, celles-ci, avec la coriandre.

Écrit par : gracianne | 27/11/2007

Savennières schisteux... l'a une idée le gars des montagnes (de Suisse et de France) ?
En attendant, j'vais cassouler un peu, avec des moules whynot. La moule whynot est une moule spéciale pour cassouler discrètement en bord de mer.
A propos de soûler, y a cas choisir un muscadet bien granitique ; et toc !

Écrit par : Baraou | 27/11/2007

Il était à Woodstock Mouloudji?

Écrit par : Patrick CdM | 02/12/2007

Oui, avant son opération, il se faisait appler Janis J.

Écrit par : Estèbe | 03/12/2007

Les commentaires sont fermés.