20/12/2007

Se rincer le siphon à la Coulée de Serrant 1991

Chers coquins des îles, bonjour

Dr Slurp, jamais avare en bons conseils, vous conjure de picoler avec modération lors des repas de fêtes qui s’annoncent. Mouillez la meule avec parcimonie donc, sous peine de:

- Ramasser une poivrade
- Tenir le plumet
- Choper une secouée dans le carburo
- Se faire péter la sous-ventrière
- Se peinturlurer le tarbouif
- S’arsouiller la terrine
- Se poivrer la timbale
- Avoir chaud aux plumes
- Se graisser le toboggan
- Se débarbouiller avec du cassis
- Se lézarder la casemate
- Se lubrifier le cervelet
- S’éclater la citrouille
- Se goudronner le vestibule
- Se décalquer le cornet
- Avoir les lunettes en peau de saucisson
- S’inonder le corridor
- Se pistacher la cravate
- S’ourder la crête
- Se noircir la dalle
- Avoir la fiole en boudin
- Se pacter la fraise
- Se piquer la gaufre


Bref, sous peine d’avoir un guinfal dans le pif et les narines à l’envers, humectons-nous les muqueuses calmement.

C’est qu’elle est riche la langue française quand il s’agit de rouler sous la table. Un bouquin récent, «L’Argot des francs buveurs», de Jean-Marc Richard, éditions de Paris, recense ces mots et expressions avec quelques citations littéraires pas piquées des hannetons. Erudit et rigolo. Une idée cadeau en passant, quoi.


Ce long préambule pour vous causer d’une caisse de Coulée de Serrant 1991 (monument historique et biodynamique de la région angevine), achetée il y a quelque temps à prix bisou (27 fr., soit 17 euros, le flacon) à un caviste genevois qui, visiblement, n’avait pas la moindre idée de ce qu’il vendait là. Merci, Monsieur. On a raflé les six bouteilles comme un voleur. Bouteilles qu’on débouche depuis, avec à la clef une nouvelle surprise à chaque fois. Car, voyez-vous, ce vin vintage ne goûte jamais pareil.


L’autre jour que M. Pul dînait à la maison, on a carafé l’une de ces fameuses Coulées deux bonnes heures à l’avance. Sans que le digne breuvage daigne s’ouvrir. Un mur tout jaune.
«C’est un géant endormi», a élégamment remarqué Mr Puf, le nez dans son verre. Avant d’ajouter, le regard perdu dans le lointain: «un monstre même».
On notera au passage que du géant somnolant au monstre, il y a comme une montée en puissance. Un géant peut être bon, un monstre est toujours un brin monstrueux.
 «Ça sent la terre, l’essence, le balsamique, l’acacia», a continué M. Pul, pensif. «Une énorme matière et même des tannins. A l’aveugle, bon nombre de gens prendraient ça pour un vin rouge.» On a essayé d’éteindre la lumière pour vérifier. C’était vrai. «Voilà un vin d’anti-fruit», a conclu magistralement M. Pul. On lui a quand même fait répéter. On avait entendu un vin dentifrice. Bref, cette bouteille hors-norme-hors-temps-hors-modes a fini par arriver au ground zero. Mais tout doucement. Autant dire que ce n’est pas avec ce genre de vin qu’on se castufle le museau.

Bien le bonjour à Alfred

 

Commentaires

Ce Mr Pul a du vocabulaire. Mais ne s'arsouille-t-il pas le blair parfois?

Écrit par : Robert | 20/12/2007

Houla ! Rien qu'à lire j'en ai les molaires toutes décapsulées !

Écrit par : Fraiseroi | 20/12/2007

Bon d'accord. Mais vivement lundi qu'on puisse se remplir le gazomètre

Écrit par : Yves | 20/12/2007

C'est à base de raisin fermenté, votre truc ?

Écrit par : Rabbit | 20/12/2007

Quand on va manger cchez les Estebes on est jamais bien sûr de ce qu'on a dit....mais là, j'avoue qu'on était en forme. Et dites à Robert que tout vient du verre si on sait écouter ce qu'il y a dedans...!
Robert Johnson

Écrit par : robert johnson | 20/12/2007

Ah! la Coulée de Serrant! Celle-ci était particulièrement serrée et pas coulante, visiblement! Pas toujours Joly-Joly, comme vin. Et pourtant, elle peut être merveilleuse. Extrêmement fluctuante, en fait. Je connais même un médecin Belge qui débouche ses canalisations avec! Il faut dire que l'oxydation, ce n'est pas vraiment son truc.

Écrit par : olif | 20/12/2007

Robert ou Hugh? Je ne me souviens pas d'avoir reçu un archéo-bluesman satanisé depuis longtemps. Mais un spécialiste en pinard, oui.
Olif, en fait, elle était simplement stupéfiante. Un OVNI, ne ressemblant à rien de connu. Bonne expérience, donc.

Écrit par : Estèbe | 20/12/2007

Les patients présentent tous des troubles du comportement, associés à des hallucinations visuelles et auditives, le pouls est rapide et la pupille dilatée, le souffle court: nous sommes vraisemblablement dans le cas d'une ingestion accidentelle ou volontaire de Coulée-de-Serrant dans une quantité inconnue. Une stricte surveillance médicale s'impose pour au moins 48 heures et le pronostic est réservé pour cette période.
Dr Rabbit

Écrit par : Rabbit | 20/12/2007

Mon défunt père aimait, lui, "s'immerger la citrouille". De la pure poésie.

Écrit par : Anne Sophie | 20/12/2007

Chez toi on a le choix du vocabulaire. Souhaitons que le festin soit a la hauteur.
Bonnes fetes a tous.

Écrit par : gracianne | 21/12/2007

请结帐, 我得去了 = l'addition s'il vous plaît, il faut que j'y aille.

Écrit par : Rabbit | 21/12/2007

Quand c'est bon, c'est très bon... Mais c'est bon quand ? Pas assez souvent !

Écrit par : Baraou | 27/12/2007

Tu nous donnes l'adresse du caviste?:-))) Des fois qu'il aura d'autres bouteilles qu'il doit brader avant le passage de MB dans sa boutique?

Écrit par : Iris | 28/12/2007

Les commentaires sont fermés.