11/01/2008

Les croûtes moléculaires au cantal et au cumin

 

Amis de la Faculté, bien le bonjour

 

 

 


Bon, assez rigolé. Aujourd’hui, on va un peu phosphorer sur ce blog, en prenant un cours de cuisine moléculaire. Car, voyez-vous, la popote engendre de complexes réactions chimiques que l’amateur doit étudier sous peine d'errer jusqu’à sa mort dans les ténèbres de l’ignorance.


Préparez vos seringues sphérificatrices et pipettes gélifiantes. Astiquez vos siphons nucléaires et centrifugeuses à azote pulsé.


Et autopsions cette recette de croûtes de cantal (ou salers, ou laguiole) au piment et cumin, sur lit de salade verte aux noix. Attention, ça va gélifier les méninges.


Taillez des tranches dans un pain de bon aloi. Coiffez de tranches de cantal, d’un trait de piment doux et de quelques graines de cumin. Enfournez sous le grill jusqu’à gratinage artistique. Et servez avec une salade verte à l’huile de noix parsemée de cerneaux.


NOOOOOON. Ne bâfrez pas, bande de cancres!!!

Mais observez les modifications physiques occasionnées par le processus culinaire.


1 Le fromage, qui était dur, est tout mou.
2 Le pain, qui était mi-blanc, a roussi
3 Le cuisinier, qui s’est sifflé la moitié d’une bouteille de cornalin, est tout gris.


C’est magique, c’est moderne, c’est moléculaire.

Bien le bonsoir

Commentaires

Ouf ! on a crain un moment que vous sombrassiez dans la tendance hype du moment...et que j'te fais des p'tites billes partout, comme la chèvre de m'sieur Segela...oups je m'égare un peu, mais nous voila rassurés.....moi c'est avec ma poche et ma douille (oh oh oh voila de quoi contrepeter dans la joie...) que je vais te destructurer de la mayonaise sur un oeuf dur.....ça c'est trop fort, même el bouilli y fait pô...........

Écrit par : loulou | 11/01/2008

Magistral, le cours. El Bouilli (comme dit l'excellent Loulou) et Guierre Panière peuvent aller se triturer la pipette ailleurs.

Écrit par : Robert | 11/01/2008

Loulou, sachez que tout s'use. Et il est difficile de faire curer sa poche à douille.

Écrit par : Estèbe | 11/01/2008

2008 L'Odyssée de la cuisine.

Écrit par : Rabbit | 11/01/2008

Tellement cuit le cuistot qu'il a fait une photo flou du pinard :))))))

Écrit par : Sophie | 11/01/2008

Un jour, dans la province reculée du Shang-Shin, un très vieux sage chinois m'a dit:
- Bon appétit.

Écrit par : Zorg | 11/01/2008

Si je peux me permettre, ta recette molle et culaire aurait été parfaite avec une cuisson lente et à basse température de la salade que tu aurais pu laisser tremper dans sa sauce...2 ou 3 jours, pour une cuisson top appétissante, non?

Écrit par : Claudio | 11/01/2008

Comme Loulou, au début, j'ai craint! Que vous n'ayez molécularisé de vieilles croûtes de fromage pour leur rendre un semblant de comestibilité. Je constate avec soulagement qu'avec ce billet, on est revenu avec bonheur aux fondamentaux de la cuisine helvétique, avec juste une petite concession auvergnato-alsacienne.
A la place du cornalin, vous auriez dû boire du fendant, vous auriez gardé un teint de postérieur de nourrisson.

Écrit par : olif | 11/01/2008

Le mot croûte n'est pas trop ragoutant... crostini excusez mes origines est plus exotique. 9a a un chic italien, style costume de lin qui n'est pas déplaisant... croûte, ça fait un peu lèpre and co!
Mais bon, comme c'est cantalisé ou laguiolisé, je vous pardonne... en fait, je crois que je vous pardonnerai toujours tout, même d'aussi délicieuses croûtes.

Écrit par : mamina | 11/01/2008

Suis d'accord pour croûte. Mais c'est comme ça que disait ma môman, même que c'est elle qui me faisait des croûtes au cantal du temps où je lisais Pif et Fantômette. Le dimanche soir, même.

Écrit par : Estèbe | 11/01/2008

Mon cher Estèbe, sachez que quand je vois le mot "moléculaire" dans un titre, je n'y vais pas, car j'estime que je n'ai plus l'âge de ces choses. Mais, sur les conseils de Mamina, me voilà chez vous à lire votre billet. Au deuxième paragraphe, j'ai eu envie de courir ailleurs mais, mue par je ne sais quel instinct, je suis restée pour finalement découvrir que cette assiette n'était autre chose qu'une salade aux croûtons de fromage, comme j'en fais souvent. Tout simplement! À l'avenir, j'oserai peut-être m'aventurer vers ce genre de billet et non plus prendre la poudre d'escampette.

Écrit par : Miss Diane | 11/01/2008

Très drôle, comme d'habitude. Je vais demander à mon mari de m'offrir des seringues sphérificatrices, pipettes gélifiantes, siphons nucléaires et centrifugeuses à azote pulsé pour notre anniversaire de mariage. 12 ans déjà...

Écrit par : Anne-Sophie | 11/01/2008

Il y a les croûtes au fromage, et c'est très bon!
Sinon les Européens ont l'art de faire de la cuisine compliquée et pas terrible, voire bizarre ou torturière (foie gras)! Mais bon, la nourriture YIN est de notre époque, cad désintégrée...

Écrit par : yanick douet | 11/01/2008

ah ah ah j'etais sur que vous lisiez Fantomette dans votre jeune age, moi aussi......mon psy m' a dit que tout pouvait venir de là.....c'est térrifiant....et pi si ya mon psy qui qui m'a dit........non non non ! je ne m'aventurerais pô sur le terrain des nains de jardin à grosses fesses.........

Écrit par : loulou | 11/01/2008

Philippe Meyer n'aurait pas fait mieux dans feu sa chronique matutinale...

Écrit par : Olivier | 11/01/2008

Vous devenez un maître du cynisme, mon cher Estèbe....je n'en connais de meilleur que vous.

Écrit par : renardgourmande | 11/01/2008

mon cher estèbe...votre blog, je le déguste depuis peu mais quelle jouissance depuis!
moléculaire ou décalé, votre prose m'enchante et j'en redemande

a bientot oh grand estèbe !!

Écrit par : romain | 11/01/2008

Les odeurs des croutes - les vieilles passez votre chemin ! - que j'ai dégustées à Estaing, après Laguiole, cet été, me reviennent à la mémoire et aux narines ! Une assiette aussi somptueuse nous a été servie, à la terrasse d'un p'tit troquet de village, face au vieux pont médiéval... Hum, j'en redemande, aussi je me délecte de votre recette, cher Estèbe, qui me rappelle de grands moments.
Merci au passage de m'avoir mise dans vos liens, je suis flattée d'être en aussi bonne compagnie.

Écrit par : Marie-France | 13/01/2008

Epoustouflants les resultats de votre experience :))
"
1 Le fromage, qui était dur, est tout mou.
2 Le pain, qui était mi-blanc, a roussi
3 Le cuisinier, qui s’est sifflé la moitié d’une bouteille de cornalin, est tout gris."

Écrit par : salwa | 13/01/2008

Ca alors, nous faisons donc tous de la cuisine molleculaire sans le savoir? merci Estebe, je me sens moins pluc tout a coup.

Écrit par : gracianne | 14/01/2008

Et si on place une assiette de ce machin moléculaire dans un accélérateur de particules (type CERN), est-ce que ça va faire sauter la planète ?

Écrit par : Rabbit | 14/01/2008

Ah es croûtes, voila une recette bien enlevée!

Écrit par : Patrick CdM | 15/01/2008

Les commentaires sont fermés.