Une fricassée de lapin pour le Patrimoine mondial de l’Unesco

 

Bien le bonjour, chers gourmets virtuels

 

Président Chirac palpait le croupion des ruminantes avec tendresse. Ce week-end au Salon de l’agriculture, Président Sarko s’est également mis dans l’ambiance agricool en adoptant un langage de porcher de la pampa reculée. Très grossier dans la version originale. Et habilement remixé là.

Ensuite, Président Sarko a exigé que la gastronomie française soit inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. La blanquette de veau entre les Pyramides de Gizeh et la Muraille de Chine, quelle bonne idée!

Evidemment, la demande a illico filé les boules aux voisins. Dimanche,l’Italie a revendiqué le titre. D’ici la fin de la semaine, les cuisiniers lettons, luxembourgeois et péruviens devraient également monter aux barricades. Bonjour la baston. Pas à dire, il est vraiment bon, Nico le Bref, pour lubrifier les relations internationales.

 

 

 

 

 

D’ailleurs, on aimerait que cette fricassée de lapin à l’abricot confit, cumin et pistaches soit illico inscrite au patrimoine mondial. Si ce n’était le cas, on arrête de respirer trois minutes en faisant d’horribles grimaces.

Payez-vous de petites aiguillettes de lapin (142 grammes par bouche à nourrir). Détaillez en cubes. Salez, poivrez. Et poêlez à feu moyennement balèze dans un peu d’huile d’olive. Au bout de six sept minutes, quand le lapinou a joliment doré, ajoutez une demie poignée de pistaches effilées, trois abricots confits émincés et une pincée de cumin. Shakez la poêle une minute. Réservez. Déglacez d’un trait de vinaigre soft.

Puis servez le tout aux représentants de l’Unesco invités à dîner. Et si, par un hasard désastreux, ce plat exquis et osé ne leur plaisait pas, prononcez la formule magique autant que présidentielle: «cassez-vous, pauvres c…»

A bientôt, les lapinous

 

Commentaires

  • Il est tres fort, le seul probleme, c'est qu'il nous represente. Quelquefois, j'ai franchement honte. Pas de sa grossierete, ca on pouvait s'y attendre, mais de son manque de subtilite.

  • Il lui en faut du tempérament: c'est le seul à se risquer de nuit dans le neuf-trois sans une division aéroportée.
    A Shanghai, on ne cuisine pas le 兔 à la maison: on l'achète tout prêt, émincé après cuisson dans une étrange sauce rose et on le déguste froid. Mais comme il n'y a plus la tête pour vérifier, il se peut très bien que ce soit du chat. Les Chinois considèrent le 兔 plus comme animal de compagnie que comme denrée alimentaire, ce qui n'est pas le cas du chien et du chat. Vous pensez que l'UNESCO y retrouvera ses petits ?

  • Le lapinou sauté, c'est bien beau tout ça, mais qu'est ce qu'on boit avec ?

  • Je crois que notre président va devoir se mettre aux abris , plus personne ne supporte ses attitudes , ses initiatives , sa bêtise .

  • Ton lapin, il parrainait un enfant disparu pendant la shoah, j'espère.

  • Rabbit, en fait cette recette était un discret hommage à votre pseudo.
    Fraiseroi: un rouge de fruit tendre et charmeur: un Morgon de Daniel Bouland par exemple

  • Zorg est de retour. Et il a FAIM.

  • Je trouve déplacé de la part d'un gourmet comme vous semblez l'être d'ironiser sur la volonté du président de vouloir honorer la grand cuisine française. Elle le mérite.

  • Certes, chère madame. Mais la plupart (ou une bonne partie) des peuples du monde ont également des cuisines palpitantes. Pourquoi la Française et pas la Chinoise ou la Mexicaine? Sans parler de la sublime Italienne. Et puis, il semble que ce type de reconnaissance porte d'ordinaire sur des sites et bâtiments. Architecturalement, la tête de veau ravigote manque de chic.

  • "Zorg est de retour. Et il a FAIM."
    C'est comme cela que parlent les chroniqueurs littéraires ?
    Votre lapin aux abricots me fait penser à l'histoire du restaurateur suisse-allemand qui parlait de "poulet à l'africaine" parce qu'il mettait une cacahuète dans la sauce...

  • Les présidents passent, les croupions changent.

  • Toujours aimable, le dit Géo. Géostationnaire, quoi.

  • On garde le bocal mais on change les cornichons...

  • Notre Président Bling-Bling devrait s'occuper de choses futiles comme l'emploi , les patrons insuffisamment remunerés ,la baisse du prix du carburant , le manque de taxes francaise ,la pente ascendante (et surprenante !)du moral de ses concitoyens et j'en passe et laisser la cuisine a ceux qui aiment ca ,Il nous restera au moins un secteur ou il ne vient pas mettre son nez . Bon , sur les conseils avisés (et anciens ) du sieur Estebe j'ai testé le Mikado samedi (j'habite Annecy et finalement Geneve c'est a coté ) et c'est tres bien .....

  • Je précise donc: Zorg est (sera) de/en retour (coming back). Par cette affirmation, Zorg (pseudonyme emprunté à l'imaginaire Kafkaïen) réaffirme la nécessité du mouvement (amour du mouvement/prolongation de soi/ vers (en) l'autre/ altérité). Par conséquent, mû en son en soi/ donc vivant/ Zorg réaffirme son désir (sexe - turgescence - palpitations cardiaques - orgasme) de se sus (suce) tenter (tentation?)

  • Lacan le retour ?

  • Ou un lecteur de Robbe-Grillet.

  • C'est quoi ce blog: l'Ile aux Enfants? Je me contente du Lapinou. J'adore.

  • J'imgine déjà Berlusconi vantant le prosciutto.

  • Ma, il possède déjà toutes les prosciutterie de la péninsule....

  • oui pour la blanquette au patrimoine mondial mais non pour la bêtise même présidentielle !
    Ca mange du lapin un président au fait?
    Moi oui en tout cas!

  • Remarquable le lapinou, mais quand Monsieur Slurp parle de cumin, c'est de cumin noir (sur les bretzel à Strasbourg) ou de cumin blanc (en bas à gauche sur la carte du pays de Sarkoplouc) qui s'appelle kemoun de l'autre côté de la mare aux canards, comme je l'ai essayé et peut-être réussi !
    Enfin, les abricots confits c'est kif-kif les abricots secs ou tout dlfférent. Dans ce cas, ousqueçastrouve ?
    Merci je (nous) le referons

  • Bonsoir Mr Ras-le-bol. Les abricots, c'est kif-kif. L'affaire du cumin nous laisse sans voix... euh, disons... noir. Votre pseudo a quelque chose d'effrayant; le saviez-vous?

  • A Strasbourg on met aussi du cumin sur le Munster. Avec un Riesling ou un Edelzwicker c'est envoûtant.

  • Bjour, il a du culot Gérard Depardieu.. lors d'une interview :
    La plus belle cuisine du monde?
    Pour moi, c'est l'italienne. En Italie, la cuisine populaire a vraiment toutes ses lettres de noblesse. Dans la plus petite trattoria, perdue au fin fond de la campagne, on continue de cuisiner avec modestie et talent. Ajoutez-y de beaux produits, et tout est dit!

Les commentaires sont fermés.