28/04/2008

La salade d'asperges sauvages et son petit chapeau en parmesan

1605817351.JPG

Ouf, c’est fini. Le grand nettoyage de printemps est achevé et le répertoire des recettes slurp (14576 plats recensés) désormais consultable par la plèbe affamée (là, à droite, dans la colonne). Notez qu’on a failli laisser notre jeunesse et notre santé mentale dans l’entreprise. Car c’est un ministère harassant que celui d’indexeur culinaire. Aller farfouiller dans les recoins obscurs des archives de ce blog pour lister les recettes oubliées, et cela avec la minutie maniaque d’un apothicaire slovène, ça finit par vous attaquer le nerf rachidien et le système atrabilaire.

Bref, il s’en est fallu d’un petit doigt que cet index nous cause un souci majeur. Mais mangeons donc un petit quelque chose sur le pouce pour oublier tout ça.

Une petite salade printanière peut-être? Une salade d’inspiration italienne? Une salade de Trévise, asperges sauvages et parmesan au balsamique peut-être? Andiamo!

1658256823.JPGRaccourcissez vos asperges d’un tiers, en virant les queues durailles. Tranchez ce qui reste en morceaux aimables. Rincez. Et cuisez dans le panier vapeur, en expédiant les tiges deux minutes avant les têtes. Veillez à garder tout ça bien croquant.

Nettoyez votre salade (une radicchio trevigiano ou une lollo; bref une salade rouge, car il y a comme un plan chromatique là-dessous). Préparez une vinaigrette au balsamique, avec quelques gouttes de citron vert pour faire twister l’affaire. Mélangez asperges et salade. Puis coiffez de copeaux d’un bon parmesan. Un vrai, friable et odoriférant, par un morceau de carton industriel.

Vous remarquez enfin, et avant ingestion, que les couleurs de la salade évoquent furieusement le drapeau italien. Oui, tout ça est atchement pensé.

Un petit coup de blanc avec ça? Voilà le Domaine Combier, sis à Saint-Véran, Mâconnais, Bourgogne méridionale, France du milieu. Domaine récemment découvert avec le pote Olif dans un salon de vins naturels résolument roots et folk. C’est là la cuvée «La Barnaudière», la plus souple de la maison, qui nous en a bouché un coin par son ampleur altière. Du beau chardo, comme on aimerait s’en slurper tous les jours.

 

2063641237.JPG

Bien à vous, mes coquelets

 

 

Commentaires

L'apothicaire slovène est-il vraiment l'archétype du monomaniaque? Racisme! Je vais te dénoncer à l'ambassade.

Écrit par : Robert | 28/04/2008

Pas trop tôt. On commençait à avoir la dalle grave.

Écrit par : Sophie | 28/04/2008

jolie salade. Bravo pour ton index. On s'y perdait.

Écrit par : anne-laure | 28/04/2008

14576? Je suis au regret de te dire que tu t'es trompé... ne va pas te faire sauter le caisson pour autant, je tiens trop à toi. Mais, recommence (mais oui!)et si tu comptes bien, tu verras, je n'en ai trouvé que 14575! Ceci dit dans ma très grande (vraiment très grande)mansuétude, je te pardonne.

Écrit par : mamina | 28/04/2008

Mamina, votre bonté vous perdra. Z'êtes une copine.
Sophie, cette salade ne nourrit pas vraiment. A moins d'avaler le saladier avec.

Écrit par : Estebe | 28/04/2008

Il me semble reconnaître la manière de détacher les jolis copeaux de parmesan : fines stries légèrement en relief sur les lamelles translucides, délicates effilochures aux extrémités… J'obtiens un peu la même chose en utilisant mon éplucheur spécial légumes et fruits à peaux tendres – serait-ce la même méthode ?
Les apothicaires slovènes je ne sais pas, mais les imprimeurs slovènes, ça oui : ils sont d'une ramarquable, louable et efficiente minutie. D'ailleurs ils ont la cote.

Écrit par : Olivia_Mohune | 28/04/2008

Olivia, vous avez la pupille tout aussi affûtée que la papille. Voui, nous possédons le même éplucheur (émotion, sanglot, rires).

Écrit par : Estebe | 28/04/2008

admiratif que l'on est devant votre joli classement.....on croyait pô vous revoir de si tot d'ailleur....moui c'est vrai je devrais me taire la! mais justement en farfouillant dans vos vielles recettes l'ote jour on s'est fait un tartare au cognac mi cuit....merçi maitre c'etait bien slurp meme que madame Capela elle trouvait que ça resemble à du kouiscat le tartare au couteau..l'ingrate! on la publiera peut etre cette recette pour la peine !

Écrit par : loulou | 28/04/2008

Ces stries me parlent aussi un doux language Suisse, entre nous cette salade convient surtout aux forces de l'ordre encapuchonnées; non pas celle qui mange du gros rouge et du saucisson, je parle des ordres monastiques sandalées qui pousse comme des asperges et au sommets dégarnies. Car à part manger le plat comme le dit si bien Mamina, mieux vos lire la bible que la liste des ingrédients.

Écrit par : jupiter | 28/04/2008

Il est sorti de la neige l'Estèban (d'école) ? Il comprendra...
Où sont les asperges et les pâtes ? Et la P'tit Arvine ?

Écrit par : Lolo 1er | 28/04/2008

N'ayons pas peur des mots: z'êtes un bienfaiteur de l'Humanité !
Miam !

Écrit par : Blondesen | 28/04/2008

Les commentaires sont fermés.