09/05/2008

Traquer l’aspergette dans les sous-bois humides

Bien le coucou, les gens

 

302710770.JPG

L’autre jour, le pote Jenny nous passe un coup de fil. «Radine-toi, les aspergettes sont sorties.» On a toussoté prudemment dans le combiné, en réfléchissant à une réponse intelligente. C’est que, voyez-vous, l’aspergette, on ne savait alors pas encore ce que cela pouvait bien vouloir signifier. Voyons voir... Une marque de savon liquide peut-être (avec aspergette, mes mains sont nettes)? Ou une figure du Kama Sutra (pas d’aspergette ce soir, j’ai un lumbago)?
Le pote Jenny s’est empressé de nous mettre au parfum. «L’aspergette, c’est une plante sauvage, que certains appellent (à tort, semble-t-il) pousse de tamier et qui prospère en cette saison dans les sous-bois, au bord des ruisseaux et des rivières.» Hum… très bien. So what? «C’est bon à manger. Même Chevrier en parle dans son bouquin.»
Comme d’ordinaire, le verbe manger nous a servis de détonateur. Banzaï! On a illico embarqué M’zelle Sonson et son copain Nico pour aller à la chasse à l’aspergette. Où ça? Le pote Jenny nous a strictement interdit de le révéler. Disons quelque part entre l’arc alpin et le massif jurassien, dans la riante campagne genevoise, au bord d’une eau en mouvement. Parce que l’aspergette, voyez-vous, c’est comme les champignons. Ses coins, on se les garde pour soi. Omerta et bouche cousue.
Un tuyau quand même. Y’en a au bord du Rhône. Dit-on...

795530818.JPG
Tu l'as vu mon panier plein? Sur la marché, la mini-botte, c'est cinq balles. On est riche, darling.


Nous voilà donc arpentant les fourrés et fossés verdoyants, la main tremblante et le mollet trépidant. En effet, les aspergettes sont de sorties. Souvent par groupe. T’en déniches une, y’en a sûrement sept cachées autour. Le pote Jenny a l’œil perçant de l’aspergettonneur aguerri. Et les marmots, tout jouasses, ne tardent pas a remplir le petit panier.

383359082.JPG1437238562.JPG
Les sous-bois sont le théâtre d'une chasse féroce. 


A ce stade du récit, j’en vois qui gloussent sous cape. Des qui pensent qu’on redécouvre la roue, que nos aspergettes sont des vulgaires asperges sauvages ou respounchous. Ben non. Raté. L’aspergette n’a ni le goût ni la plastique de sa consoeur dite sauvage, même si elle appartient sans doute à la famille des asparagus. L’aspergette est singulière et rebelle, fière et verte. On la rencontre, paraît-il, ailleurs que chez nous, en France par exemple, dans le Val de Loire et dans la banlieue de Vierzon.
Et en cuisine? Ben, l’aspergette commence par se faire blanchir quelques minutes. A moins de préférer l'expédier au panier vapeur. Après ça, tout est possible. La brève poêlée dans un peu de beurre, avec une larme caramélisante de balsamique en fin de cuisson (notre technique). L’omelette. La salade, avec une giclée de citron et quelques copeaux de parmesan. La jardinière avec quelques copines primeur bien croquantes. Tout ça quoi.
L’aspergette, parfaitement.

Adios!

Commentaires

C'est à vue de nez l'"asperge des bois" qu'on trouve début juin en Bourgogne. Très bon en omelette

Écrit par : Yves | 09/05/2008

Tu fais dans le bucolique. Tout ce vert, et le zoli panier en bois, jusqu'au fil de l'araignee sur l'aspergette. Tres chouette.

Écrit par : gracianne | 09/05/2008

Bonjour,

Merci pour ce récit, vos photographies sont très belles.

Amicalement,

Gael - Bien et Bio
http://www.bien-et-bio.com/
http://www.bien-et-bio.com/blog

Écrit par : Gael | 09/05/2008

Ah, la cueillette dans les bois, jamais on le se lasse (pergette)

Écrit par : Robert | 09/05/2008

Magnifique, le juke box gastronomique est est ouvert, youpi! Et bravo.

Écrit par : gracianne | 09/05/2008

Ca va ou bien Tézigue?
Ne serait-ce pas ça, les cent turions dont tu parles?

http://venerablegodon.vox.com/library/post/6a00cd973cf89c4cd500e398a7b2cc0004.html?_c=feed-atom

Écrit par : Venerable Godon | 10/05/2008

Waou, Grand Godon, vous en connaissez un bout sur l'apergette. C'est bien la même bête.

Écrit par : Estebe | 10/05/2008

Youhouuu ! Ca fait quelques semaines que je guette l'aspergette pas loin de chez moi. Elle est donc sortie ? Je chausse mes tongs de sous-bois et je file à la cueillette ^___^

Écrit par : Sandrine | 10/05/2008

en brouillade si délictueuse , Non ?
Attention cueilleurs imprudents, le brame du cerf tue, surtout dans vos positions de ramassage, vous pourriez finir en cloque d'un Bambi, No?

Écrit par : jupiter | 11/05/2008

Oh c'est chouette ya d'la musique en plus ! on va ce faire gauler au bureau !

Écrit par : loulou | 13/05/2008

purée...comment cela se fait-il que j'en aie jamais vu????
bon...faut dire que je suis capable de marcher sur des morilles ou de faire un pipi salvateur sur un bolet...donc bon.
c'est bien joli en tout cas, on dirait des épis de blé de la forêt !
Plussss mieux que ma grosse asperge que j'ai mise sur une de mes salades et qu'une dame a osé dire que "on dirait une bip et que moi j'ai répondu que ça montre la direction de la sauce quoi".

Je vais de ce pas chasser la fofollette aspergette.

Écrit par : Touda fait des salades | 20/05/2008

Je te lis souvent et laisse pas de commentaires, mais là je rebondis joyeusement sur ce billet printanier ;) Ces aspergettes ou asperges des bois s'appellent des ornithogales des Pyrénées. Elles appartiennent à la famille des Liliacées, comme l'ail des ours, le muguet... L'asperge potagère est également une liliacée, ce n'est donc pas une erreur de l'appeler asperge sauvage. Plus on attend avant de les cuire, plus elles sont piquantes. Et en effet, la berrichonne que je suis te confirme qu'il y en a pas mal dans la région centre, du côté de Vierzon et de Bourges. J'ai la chance d'en avoir chez moi, dans le petit bois au fond de mon jardin. J'en cueille la moitié et laisse le reste partir en graines. D'années en années, j'en ai de plus en plus, pour mon plus grand bonheur ! Je les fais à la vapeur, 8 min et les déguste en salade, en omelette ou dans des oeufs en gelée. Bravo pour ce billet ;)

Écrit par : Lilo | 02/06/2008

J'oubliais une précision : l'asperge potagère et l'aspergette ont en commun la même famille des liliacées comme le précisais, mais leur genre est différent : asparagus pour la première, ornithogalum pour l'autre. Ornithogale vient du grec "ornitho" (oiseau) , "gale" (lait) pour faire allusion aux jolies fleurs blanches qui se développent.

Écrit par : Lilo | 02/06/2008

Petite correction (flash lumineux en pleine nuit, la botanique me travaille pas mal !). J'avais mis dans le commentaire au-dessus que l'ail des ours faisait partie des liliacés, c'est faux, il fait partie des alliacées ;) On trouve chez les liliacées, le muguet comme je le précisais, mais aussi les narcisses, les jacinthes des bois... et l'ornithogale. Allez, je m'en vais maintenant ! (pour une fille qui poste jamais chez toi, je suppose que tu n'en demandais pas tant !)

Écrit par : Lilo | 03/06/2008

bonjour
j'ai entendu parler pour la premiere fois de l'aspergette samedi sur une radio locale (82) et j'ai voulu me documenter. votre description est parfaite.je vous confirme , et c'est la raison de mon commentaire, que ce ne sont pas des pousses de tamier,que l on appelle communement dans le sud ouest les "respountchous"qui se recoltent sur le tarn et garonne de la mi-mars à fin avril.si celà vous interesse je peux essayer d'aller en photographier. pour voir la difference.
cordialement

Écrit par : leboulanger | 26/05/2009

je ne connaissais pas jusqu'à ce que je trouve cette plante dans un livre de recettes à base de plantes sauvages, et que j'en voie avant hier sur le marché de Belfort.
Je tiens à préciser que le tamier, une liane volubile, est également comestible quand les pousses sont jeunes, les feuilles non encore ouvertes (on utilise l'extrémité des tiges seulement). Le tamier est par endroit appelé également asperge sauvage, ou répounchous dans le sud de la France. Les fruits rouges du tamier sont toxiques, et la racine tubéreuse était utilisée en macération dans l'alcool comme vulnéraire, d'où l'appellation herbe aux femmes battues

Écrit par : Michel | 17/05/2010

Je suis heureux de voir que l aspergette est un sujet si important .merci a vous tous .depuis des annes je ceuille , m1is j en laisse pour l année prochaine .je suis épouvanté de voir des gens saccagé jusqu'à la dernière pour les revendres .pareil pour les ch1mpignons ..respectons la nature sinon bientôt elle finira par nous le rendre. Je suiz de st-Dizier 52100 .salutations a tous .

Écrit par : Brûlé | 16/05/2014

Les commentaires sont fermés.