18/05/2008

Histoire de boulettes: la tragédie du glaçon de cancoillotte

1654814539.JPG2141669363.JPG
1438451653.JPG1389509772.2.JPG
Bonzour 
L’autre jour, on était reçu avec un amabilité confondante chez l’empereur jurassique de la bloglouglou. Chez Olif, quoi. A l’heure du fromage, entre caille et crumble, voilà que débarque, évidemment, un pot de cancoillotte, spécialité locale autant que crémeuse, qui a éveillé en nous des envies de création.
Que faire avec ce fromage-là? Pas des huîtres à la cancoillotte. Déjà pris. Mais pourquoi pas des bouboules de viande, d’où jaillirait le prodige crémeux? On a rêvassé à ça des semaines. En potassant la recette du cordon-bleu bien sûr. Mais aussi celle du fondant original de Michel Bras, dans lequel la ganache intérieure est congelée pour fondre après cuisson.
Et, de fil en aiguille, on a imaginé le glorieux fondant de cancoillotte en boulette de veau épicée et panée. Un plat susceptible de révolutionner les mœurs culinaires occidentales. Un plat follement original et résolument moderne. Un plat qui pourrait nous expédier au panthéon des blogueurs en tablier de cuisine.
Vous l’aurez deviné: pour pouvoir glisser la cancoillotte dans la boulette, on l’a donc congelé. Mis dans un bac à glaçon. Et oublié au congélateur une nuit.
On ne sait trop comment, ces glaçons de cancoillotte nous ont gonflé l’ego façon zeppelin. Quelle trouvaille merveilleuse! Les heures suivantes, arpentant les rues de la ville en vélo, on ne pouvait s’empêcher de toiser la populace avec pitié. Et un brin de dédain aussi. Malheureuse humanité, qui vivra, vieillira et mourra sans avoir jamais conçu un glaçon de cancoillotte. Et toi, pauvre mémé affairée, imagines-tu que tu croises le concepteur du glaçon de cancoillotte? Et toi, ado stupide, baisse le regard ou je te change en glaçon de cancoillotte.
Le jour J, les glaçons sont donc allés se nicher au cœur de boulettes de veau, dûment aromatisées et passées dans une panure odoriférante. On vous passe le détail de la recette. ¨
Parce qu’elle a foiré.
Foiré grave.
La cancoillotte s’est fait la malle dès l’entrée dans la poêle, en se muant en fondue collante et vite cramée. Une Berezina. Une baffe. Un drame domestique, que l’on racontera et reracontera à notre psychiatre les 30 prochaines années.
Snif
Bye
PS: Si vous aimez les histoires de boulettes, jetez donc un oeil à celle-ci.

Commentaires

version soft : zut alors ! quelle fichtre bonne idée pourtant :(
version trash ! meeeeeeeeeeeeeeeerde ! c'est con ! grave je kiffrai la boulette à la cancoillotte :(
Un point commun = ma déception
Shit

Écrit par : marion | 18/05/2008

Le glaçon sphérique ne serait-il pas approprié afin que la viande forme une belle épaisseur égale et protectrice tout autour ? Et si tu enveloppais rapidement ta sphère de hachis juste avant de recongeler le tout pour que ça soit encore plus solidaire ?

Écrit par : carotte | 18/05/2008

Bien vu Carotte, c'est une idée. L'autre solution, à laquelle je ne me résouds guère, serait la friture (berk).

Écrit par : Estebe | 18/05/2008

Astucieux, comme idée, celle d'avant la boulette! En plantant un bâton dans le glaçon de cancoillotte, on pourrait en suçoter nonchalamment sur la plage aux heures les plus chaudes de la journée tout en chuchottant, tout aussi nonchalamment: "La cancan-cancoillotte...".

Courez vite déposer le brevet, mon bon Estèbe! Et louez un emplacement sur la plage, face au geyser. Cela vous permettra peut-être de financer votre analyse!

Écrit par : olif | 18/05/2008

Triste histoire. J'en ais les boulettes congelées.

Écrit par : Robert | 18/05/2008

C'est bien dommage car je trouvais l'idée super sympa !!!
J'attends donc tes prochains essais !!!!
Bizzzzzzzzzz
Barbichounette

Écrit par : barbichounette | 18/05/2008

Ohlala, je viens juste de découvrir ce savoureux blog et bam, la baffe.
Comment j'reviendrai plus jamais.

Écrit par : kikikentucky | 18/05/2008

Pendant qu'une grande partie de l'humanité crève de faim, d'autres jouent avec la bouffe !.....................
A VOMIR !
:-(

Écrit par : coucou | 18/05/2008

Coucou, ta colère est assez mal placée. Estèbe joue oui, mais il mange ce qu'il fait. Et surtout prend la nourriture pour une chose sérieuse, digne d'expérimentation. A se nourrir, autant le faire bien. Une partie de l'humanité créve de faim, ce n'est pas en s'interdisant d'essayer des recettes ici que l'on empêchera le drame.
Donc pique mal venue.
Au fait, les boulettes, elles étaient quand même mangeables? Sur la photo, elles font envie.

Écrit par : Anne-Laure | 19/05/2008

C'est pas vrai que dès qu'on se marre y'a un gros relou qui se pointe pour faire son oeuvre de bonne-conscience autocentrée ! Les rabats-joies, les donneurs de leçons, les végéta-moins-que-rien idéologues et sectaires en tout genre, fichez nous la paix. Estèbe au secours !

En tout cas bravo Estèbe, l'idée était bonne, à retenter absolument avec les suggestions de Carotte. Bonne journée ;-)

Écrit par : Eleonora | 19/05/2008

Ca t'apprendra a faire le fier sur ton velo en meprisant la populace ignare ;)
Et pourtant c'etait une super bonne idee. Sans blagues a qui d'entre nous n'est-ce pas arrive? Mais ca debouche parfois sur de sacres bons resultats. Keep trying.

Écrit par : gracianne | 19/05/2008

Oups, la misère du monde tombe sur nos boulettes. Je vois mal ce que le fait de chercher à se nourrir voluptueusement peut choquer la conscience de Mme ou Mr Coucou.

Écrit par : Estebe | 19/05/2008

Méfiez-vous cher Estèbe, c'est pour vous piquer votre nid et vos oeufs, oups vos boulettes.

Et si vous mettiez un bon gros papier kraft entre vos deux épaisseurs de boulettes ?

Écrit par : patrick | 19/05/2008

Elles sont pourtant belles les photos !!! Vraiment pas de quoi faire râler un relou !!

Écrit par : Anso | 19/05/2008

C'est marrant votre déconvenue bouleteste m'a fait penser au debut d'une chanson de Gainsbourg......
Comment oses-tu me parler d'amour toi hein
Toi qui n'as pas connu Lola Rastaquouère
Je lui faisais le plein comme au Latécoère
Qui décolle en vibrant vers les cieux africains
....

Écrit par : loulou | 19/05/2008

Bonjour
cette histoire de cancoillotte est passionnante, et éminemment sérieuse. Je suis une fervent défenseur de ce fromage à la texture incomparable, et terriblement insoumise. Un fromage libertaire, collant (et de régime pour tous les inquiets de la plage). J'essaie également de lui faire jouer un rôle majeur dans une recette avec énormément de déconvenues. Et l'idée du coulant à la cancoillotte, c'est du tonnerre. Je crois qu'il faut persévérer dans cette voie, en conservant l'esprit de la recette sucrée, une sorte de biscuit salé qui emprisonnera le glaçon pour une cuisson au four...
Autour de ce prodigieux fromage, un chouette petit livre lui est consacrée
"La cancoillotte, dix façons de la préparer" de Marie Dargent aux éditions de l'Epure, et dans le rès beau livre JACQUES BARNACHON, HISTOIRE ET CUISINE AUTOUR DE L'ETANG DU MOULIN, chef installé au fond d'une foret comtoise, une recette d'émulsion à la cancoillotte.

Écrit par : Neguebouc | 22/05/2008

Dans le genre boulette avec du fromage dedans, il y a les romanissimes "supplì al telefono", mozzarella dedans et risotto dehors, ça intéresse quelqu'un ? Rien que le nom est tout un programme.

Écrit par : victime de la mode | 29/05/2008

Et en faisant une cancoillotte maison, on peut changer la texture, laquelle oubliera de s'épancher dans la poêle.

Écrit par : Vanille | 09/06/2008

Les commentaires sont fermés.