04/08/2008

La féra toute concombrée et melonée. Ja!


Salut, les potes

DSC01039.JPG


«On dirait une recette suisse allemande», s’est écriée, enjouée, une convive, en découvrant notre féra au melon et au concombre. Sur le coup, on l’a vagement mal pris (nos amis alémaniques sont parfois des cuisiniers insolites, mais pas toujours renversants).
C’est que voyez-vous, ce plat-là, on y avait cogité velu. Des jours. Des nuits. En y mettant tout notre cœur et notre jeunesse d’esprit. L’idée: trouver un apprêt estival, inédit et rigolo au poisson lémanique. D’où la tentation de le marier à deux cucurbitacées de l’été, que l’on avale crues d’ordinaire. Ben oui, le melon et le concombre, deux cousins botaniquement proches, passent rarement sur le gaz.
Et là, paf! Dr Slurp vous balance au museau, non seulement une association stupéfiante, mais en plus une tactique révolutionnaire. On imaginait donc recevoir des lauriers, des bisous, des sourires humides, des tapes dans le dos, une petite médaille, une invitation au journal télévisé peut-être, voire le grand prix de l’académie Charles Croc. Que nenni. «On dirait une recette suisse allemande», a donc dit la dame. Avant d’ajouter: «Mais c’est superbon, très frais». Ouf.
Demandez au poissonnier de vous lever des filets de féra (ou autre créature d’eau douce pour vous autres, pauvres lecteurs lointains). Faites dégorger au gros sel le concombre taillé en cubes. Marinez le melon, détaillé en cubes itou, dans un peu d’huile d’olive, avec une bonne tombée de muscade râpée, du piment, de la civette émincée, du basilic thaï ciselé, du gingembre en poudre, quelques tours puissants de moulin à poivre. Plus les zestes et la chair coupée à vif d’un citron vert.
Essuyez le concombre. Ajoutez-le au melon. Touillez doucement. Filmez. Au frigo, une demi-heure.
Poêlez à feu médium la féra dans un peu d’huile d’olive et de beurre. Deux minutes côté peau. Une minute côté chair. Assaisonnez avec un certain acharnement. Réservez au chaud. Ajoutez une noisette de beurre dans la poêle, montez le feu, et balancez melon et concombre 30 petites secondes. Pffffft. Coiffez le poisson. Et attendez les commentaires désobligeants.
Avec ça, l’Insolite de Thierry Germain, un immense chenin de Loire au bouquet floral et miellé proprement envoûtant, fait ami ami.

DSC01035.JPG

Bien le bonjour chez vous

Commentaires

Je ne sais pas si c'est suisse allemand (connais pas), mais assez intrigant pour faire un essai

Écrit par : anne-laure | 04/08/2008

Je suis perplexe, j'avoue, pas certaine d'apprecier le melon et le concombre saveur poisson. Mais pas totalement reticente non plus, d'autant que c'etait serieusement assaisonne tout ca, disons curieuse de gouter.

Écrit par : gracianne | 04/08/2008

Evidemment que ça doit être goutu: t'as mis le paquet question épices

Écrit par : Yves | 04/08/2008

Melon et concombre étant plein de flotte (90%) mieux vaut en effet corser un brin l'affaire.

Écrit par : Estebe | 04/08/2008

L'insolite pour moi est plutôt ce vin de Thierry Germain, le concombre, je cuisine déjà parfois, le melon aussi, alors, allons-y pour la dive bouteille... c'est pas trop loin de chez moi les Roches neuves.

Écrit par : mamina | 04/08/2008

Foncez Mamina, tout ce que vinfie ce gars-là, c'est de l'or en bouteille.

Écrit par : Estèbe | 04/08/2008

Hum, bonjour, ça semble délicieux en effet, mais pour les non-lémaniques, quel serait l'animal dont la saveur se confondrait le plus avec celle de la féra ?
Est-il vrai par ailleurs que ce poisson "du lac" que l'on sert aux tables limitrophes ne pousserait bien souvent pas dans le Léman mais plutôt dans des lacs excentriques que la morale écologique réprouverait ?

Écrit par : rose chiffon | 04/08/2008

En fait, la féra, qui est membre de la famille des corégones, ne s'appelle féra que dans le lac Léman. C'est une variété locale (en fait importée de Neuchâtel). Au resto donc, la féra est normalement de la féra lémanique, à moins d'une grosses arnaque.
On peut la remplacer par des filets de truite, de saumon (bof), voire de sandre.

Écrit par : Estebe | 05/08/2008

Aaah merci. Ca va mieux. On va pouvoir commencer à digérer celle qui nous a été servie à Evian le 30 octobre 2004 à midi.
Le sandre ou la truite ? Je dirais la truite, pour l'amertume discrètement supérieure à celle du sandre, rapport au melon sans doute.
Le saumon, boâf.

Écrit par : rose chiffon | 05/08/2008

Au secours, Estèbe a avalé cyril Lignac!!!!!!!!!!!!

Écrit par : sophie | 05/08/2008

ça a l'air tout frais et extra pour l'été ! ça me fait pas peur, melon et concombre cuits, une fois j'ai même testé le fromage à raclette sur du poisson, "différent" (comme dit mon pote Jacques qui goûte mes cakes au piment), mais pas mal...

Écrit par : la Louise | 28/08/2008

Les commentaires sont fermés.