07/08/2008

La disparition du serial gastronome

Bonjour,

DSC01064.JPG

Aujourd’hui, pas de recette, de bêtise ou de pinard. Mais une histoire. Une histoire vraie, édifiante et troublante. Celle de Pascal Henry, coursier genevois et amateur de grandes tables, parti début mai dernier pour un immense et improbable périple gastronomique, qui s’est achevé étrangement.
Le défi: manger dans les 68 triples étoilés Michelin du monde, en 68 jours, ou à peine plus. Du Japon à l’Angleterre, via la France et les Etats-Unis. Tous les soirs un repas fastueux. L’homme a soigneusement préparé son entreprise, deux ans durant. Il a économisé une somme suffisante. Réservé ses tables, ses avions, ses voitures de location.
Le marathon démarre donc le 5 mai, chez Bocuse, qui prend le globe-trotter sous son aile. Monsieur Paul, que le pari amuse, offre à Henry un «carnet de route», où il copie le menu dégusté chez lui à la main. Puis prévient ses collègues chefs de cuisine de la venue prochaine du Genevois ambulant.
Tout roule donc. Jusqu’au quarantième restaurant de la liste: El Bulli à Rosas.
Nous sommes le 12 juin. Pascal Henry déguste seul son repas. Puis, vers minuit et quart, quitte sa table en annonçant qu’il revient immédiatement.
Nul ne l’a revu depuis. Il a laissé son chapeau et le carnet de Bocuse sur la nappe. A 5 heures du matin, le directeur du restaurant prévient la police. Qui le cherche depuis.
Henry s’est volatilisé. Il n’a pas honoré ses réservations suivantes. Ni repris son travail comme prévu le 15 juillet.
Crime? Dépression? Accident?
Drôle d’histoire, vous disait-on.
Gastrotragique.


A lire sur l'affaire ici et  ,

Commentaires

Paraît-il que ce n'est pas la première fois qu'il disparait...de lui-même en plus...espèrons que cette fois aussi, c'est volontaire de sa part...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 07/08/2008

"Ici et là..." Mieux vaut le vin d'ici que l'au-delà !

Écrit par : Jacques Perrin | 07/08/2008

Chez le Bulli, tiens donc... Encore un dommage collatéral de la cuisine moléculaire

Écrit par : Yves | 07/08/2008

hé hé, du suspense chez les gastronomes, moi j'aime bien les polars qui finissent en eau de boudin... (bon, j'espère qu'il va bien quand même, hein, rah, ce serait trop bête qu'il rate toutes ses réservations...)

Écrit par : lili violette | 07/08/2008

Si on ne l'a pas retrouvé, c'est que, ce soir là, il n'était pas dans son assiette...

Écrit par : Zorg | 07/08/2008

Bon thème de gastro-polar, si ce n'était la réalité sordide, quelle pub pour El Bulli !

Écrit par : Tiuscha | 07/08/2008

Pas dans son assiette? Tiens, ça me rappelle quelqu'un!

http://www.dailymotion.com/video/xi270_le-sens-de-la-vie-monty-pythons_shortfilms

Toute ressemblance avec One Coursier serait évidemment totalement fortuite!

Écrit par : olif | 07/08/2008

Olif, il est vrai qu'une avalanche de menus gargantuesques peut tuer le désir.
Tiuscha, bonne ou mauvaise pub?

Écrit par : Estebe | 07/08/2008

On aurait préféré une autre fin a Mr. Pascal, personnage connu des chefs et passionnant.
Affaire a suivre.

Écrit par : stephane | 07/08/2008

Il est si facile de disparaître. Etonnant! Digne d'un polar, genre "Faites entrer l'accusé"...

Écrit par : Micheline Pace | 07/08/2008

est ce qu'au moins il a payé l'addition ?????
Naaaaaaaaaaaaan, en fait il a mangé à Rosas pour que dalle ...
Quoi mon commentaire est de mauvais goût ??

Écrit par : marion | 07/08/2008

Gastrotragique ou tragicopacomique... bizarre, vous avez dit bizarre?

Écrit par : mamina | 07/08/2008

Selon Interpol, le gaillard est à Genève.

Écrit par : Zorg | 08/08/2008

Hello, blagues à part, est ce que le corps humain est capable d'assumer tout ces plats pendant 68 jours..? il m'est arrivé d'avoir 2 repas gastronomique en 1 semaine et c'étati plus qu'assez, mais vous imaginez 68 restaurants avec menus dégustations en 68 jours ? pour moi c'est impossible, et je suis un grand grand mangeur.
Saluti,
Greg

Écrit par : Gregory | 08/08/2008

Il est parti du Bulli sans payer, interpol l'a retrouve a Geneve.

Écrit par : mismendas | 08/08/2008

Il aurait été simplement filmé à un distributeur de sous:
http://www.romandie.com/infos/news2/080807194544.sv7b8aoc.asp

Notez le conditionnel

Écrit par : Estebe | 08/08/2008

Il est parti à Pékin, subitement.

Écrit par : gracianne | 08/08/2008

Ce serial gastronome, fait la page 3 du Monde d'aujourd'hui ; je crois qu'il
va avoir des comptes à régler avec la police s'il réapparaît.

Écrit par : gabriella | 12/08/2008

On le retrouve partout désormais....
http://www.liberation.fr/actualite/societe/344798.FR.php

Écrit par : bil | 13/08/2008

Si les mobiles du mystérieux disparu avaient pu être déterminés, ça donnerait une piste de recherche. Ce qu'il y a de certain : si son intention était de gagner une notoriété ad vitam, il y a assurément réussi!

Ce fils adopté a peut-être voulu régler un complexe. Mytère des origines, origines du mystère ...

Écrit par : Micheline Pace | 15/08/2008

Etrange histoire et pervers que nous sommes, nous prenons un malin plaisir à la découvrir... peut-être que sont porte-monnaie était tout simplement vide !

Écrit par : eglantine | 16/09/2008

Déçu, je suis.
Retrouvé, il a été.
De rien, il ne se souvient.

Écrit par : Qwertz | 19/12/2008

Très joli le haiku du retour. Oui, on a vu ça. Décevant, en effet.

Écrit par : Estèbe | 19/12/2008

Véritable Jourdain moderne, j'ignorais que je commettais un haiku.
Cela n'est toutefois pas douloureux.

Écrit par : Qwertz | 19/12/2008

Les commentaires sont fermés.