Coulis dominicaux et fable à deux balles


Hello!

Le dernier dimanche d’août, tout un chacun occupe son temps comme il veut.
D’aucuns jardinent en écoutant Mötley Crüe.
D’autres relisent Kirkergaard en VO. Vérifient leur petit cartable avant la rentrée. S’excitent devant Téléfoot. Astiquent leur I-Phone. Chinent aux puces. Ou pucent en Chine.
A La Rochelle, on se castagne entre éléphants.
A la Nouvelle Orléans, on attend Gustave en tremblant.
A Casablanca, on s’enfile un couscous avant le ramadan.

Le dernier dimanche d’août, chez les Slurps, on fait des coulis de tomates. Bien mûres et charnues, les tomates. Manière de pas se retrouver dépourvu quand la bise sera venue. De ne pas aller chanter famine à la supérette voisine, la priant de nous négocier d’infâmes fruits hors sol pour subsister.

Voilà tout

La fourmi vous smacke

DSC01101.JPGDSC01103.JPG

 

Commentaires

  • si seulement j'avais des tomates, des vraies ...
    je fantasme devant vos coulis maison :)

  • Appétissants, vos bocaux de tomatocoulis! Petite question technique : vous ne nous parlez pas de votre méthode de fabrication. Utiliseriez-vous un trombone, par hasard?

    Au cas où vous commercialiseriez, vous en expédiez en Coulissimo?

  • Ah ah ah, la blague de Coulif !
    Et comment les Slurps conservent-ils leur coulis ? Acide salicylique ? (c'est ce que je fais mais certaines de mes bouteilles ont déjà tourné).

  • Olif saurait-il nous faire une astuce du style Bobby lapointe avec le Zyliss?

    Nous, dans le Berry, le dimanche on ne tomatocoulissee pas, on enlève les poils de Gustave (mon chat pensionnaire de l'été, ouragan à poils, dévatateur dans son genre) parce que les bonnes tomates, on en a si peu, qu'on se les mange, toutes crues!
    Smack aussi.

  • Non, non, non: congélo. C'est si cool (is)

  • Comme Mamina, je serai +tôt du genre cigale, à bouffer les fruits sur l'arbre sans songer aux lendemains qui gèlent.
    Si je viens sonner chez toi cet hiver, tu m'enverras pas danser, non?

  • Un trombone à Zyliss, Mamina? Désolé, ça fonctionne moins bien!

  • Warf: le trombone à coulis. J'avais même pas pigé!!!!!!
    Trop fort. C'est les coulis de l'exploit.

  • En général c'est mon week-end aussi mais faute de matière première, on verra ça cette semaine ou le 1er w-e de septembre... Acide et huile, au frais dans la cave pour moi...

  • Petite précision médicale parce que vous rigolez, vous rigolez, mais vous ne faites pas attention à vos santés : à forte dose, les tomates provoquent des couliques.

  • Merci Confit.
    C'est en effet là un défaut indiscutable, connu de tous, une vérité coulis dans le marbre, en somme.

  • Dans le marbre ? Je dirais plutôt, en l'occurrence, dans un alliage de cuivre et d'étain fort connu. Mais la blague est facile et tu rétorquerais, à juste titre, que je me la coulis douce.

  • Hum... ça ce gâte. Je crois que je vais m'en aller écouter les roucoulis de Phil Coolis, voire Joan Coolis.

  • Vous démarrâtes lentement, mon cher Estèbe, mais à présent, on ne vous arrête plus.
    Savez-vous qu'au Moyen-Âge, les soldats du château déversaient de la bouillie mâchée de tomates brulantes sur la tête des assaillants au travers d'orifices pratiqués dans la muraille? Depuis, on appelle ça des machicoulis!
    J'avoue que je ne m'aventurerai plus à pousser la chansonnette sous vos fenêtres, maintenant que vous êtes armé!

  • Chez nous en Bretagne, ce sont les petits vents que nous avons coulis, on se la pète dans le bocage à défaut de bocal.

  • Estèbe pourriez-vous m'envoyer un de vos merveilleux petits bocal en
    coulissimo ?

  • Estebe, la compagnie chez toi est toujours aussi petillante. Je ne me sens pas a la hauteur, je reste en coulisse.

  • Elle a raison Gracianne, ce sont un peu les coulis de l'exploit, ces commentaires!

  • Et Zut de zut : un bocal = des bocaux !!

Les commentaires sont fermés.