11/09/2008

Des patates qui twistent dans l’accélérateur de particules et l’agneau mijoté au Sherry qui danse le flamenco

Bonjour,

DSC01136.JPG


Evidemment, cette histoire d’accélérateur géant de particules au CERN, ça fait rêver. Imaginez seulement qu’au lieu de bombarder la machine de stupides protons (dont tout le monde se contrefiche, soit dit en passant), on l’arrosait avec des pommes de terre? Imaginez la purée atomique qui sortirait de là. Une purée d’une onctuosité nucléaire, qui ravalerait les plats des papes de la cuisine moléculaire au rang de brouets médiévaux.
La purée Big Bang, on la verrait assez bien accompagner notre mijoté d’agneau aux citrons confits, safran et sherry (sherry je t’aime, sherry je t’adore), recette d'inspiration arabo-andalouse à ce point parfumée et exaltante que, après ingestion, l’un de nos amis, par ailleurs plutôt rogue et boutonné, s’est retrouvé en caleçon sur la table en train d’exécuter une danse flamenca censément suggestive. Je vous dis pas la honte.

DSC01126.JPGDSC01124.JPG


Les emplettes?
_ Une épaule d’agneau, que votre boucher moustachu aura eu l’obligeance de désosser, dégraisser et d’émincer en gros cubes. Merci le moustachu.
- Une cuillère à café (ou CAC) de coriandre en grains
- Un bouquet de coriandre
- Douze filaments de safran (à faire hydrater dans une larme de sherry)
- Une CAC (acronyme disgracieux dont vous connaissez, maintenant, la signification) de muscats secs, à faire hydrater dans une larme de sherry
- Une CAC de cumin
- Quatre petites gousses d’ail pelées et dégermées
- Deux grosses échalotes (ou plus) hachées
- Cinq petits citrons confits, à acheter à l’arabe du coin, ou à faire soi-même, comme Madame Cianne.
- Cinq décis d’un sherry (ou Xérès, ou Jéres) mi-doux, ou medium dry, soit moyen sec, avec une larme de sucre dedans. Ça se trouve. On notera au passage la complication des appellations dans ce vignoble-là. Maman Bacchus n’y retrouverait pas ses bouchons.

DSC01140.JPG



Action! Faites fondre les échalotes et l’ail au fond d’une cocotte. Réservez. Salez et poivrez l’agneau, faites le dorer de toutes parts. Mouillez largement avec le sherry, ajoutez l’échalote, l’ail, le safran, les graines de coriandre et le cumin. Refermez. Et laissez glouglouter pépère deux heures et demie. Voire trois. Vérifiez le jus de temps en temps. Ben oui, quand même.
En fin de cuisson, taillez les citrons en quatre. Hachez un peu de coriandre fraîche. Ajoutez citrons et muscats secs à la sauce. Goûtez. Rectifiez, avec un morceau de sucre s’il le faut. Coiffez de pluches de coriandre. Puis servez dans la cocotte, à la vitesse d’une particule larguée dans l’accélérateur.

Poutous nucléaires, les copains

PS. Oups… Que boire avec ça? Le sherry épicé ne fait certes pas ami ami avec le rouge. Essayez donc ce blanc bio d’Arbois (Domaine de la Cybelline, Chardo-Savagnin, by Benoît Royer) au naturel désarmant et aux parfums entêtants, dont la chair fraîche quoique dotée d’une certaine douceur cohabite pacifiquement avec l’agneau andalou.

PS2: On a refait cette recette, mais avec l’épaule entière cette fois, au four quatre heures à 150°. C’était top moumoute.

DSC01105.JPG

 

Commentaires

Une recette a nous donner des envies de voyage a Grenade. Magnifique, je savais bien que tu allais me donner faim.

Écrit par : gracianne | 11/09/2008

A quand une recette de protons mijotés au fino sur ton blog

Écrit par : Robert | 11/09/2008

C'est de la dînette, la marmite ? Ou un coup du professeur Tournesol ?

Écrit par : rose chiffon | 11/09/2008

C'est une de mes 124 mini cocottes. Oui, ça fait un peu Marie Antoinette, mais bon...

Écrit par : Estèbe | 11/09/2008

T'es branché physique maintenant? Mmmm... je vois... le physique des ruminants chez le boucher

Écrit par : Sophie | 11/09/2008

L'année dernière, je suis allée avec quelques autres blogueurs à la galerie fraîch'attitude pour un atelier sur la pomme de terre. Eh ben le chef a fait une purée de patates très lisse et très liquide, il l'a mise dans un siphon et paf, résultat : "une onctuosité nucléaire". Je ne suis pas toujours convaincue par l'usage du siphon mais là, c'était top.

Écrit par : Le confit c'est pas gras | 11/09/2008

Tu sais quoi, je ne sais pas quoi dire mais, je te fais une bise au passage.

Écrit par : mamina | 11/09/2008

Mais Estèbe, il y a des protons dans les patates et des protons dans l'agneau. Faut pas protiner autour du pot.

Écrit par : Anne-Laure | 11/09/2008

La version au four m'interesse, mais 4 heures bigre, même à 15O °, n'est-ce pas
trop long ? Pour le four, vous mettez les mêmes proportions d'ingrédients ?
Mais si vous dîtes que c'est moumoute !! Nous avons un petit cubitainer de 5 l
de Montilla Moriles Seco d'Alvear, passé en contrebande à Bossost, le week-end dernier, qui fera l'affaire.A Montilla, on se rapproche de Grenade...

Écrit par : gabriella | 11/09/2008

Oui quatre bonnes heures, pour une chair totalement confite. Qui se détache à la cuillère, devant les yeux embués des convives.
Au four, pour l'épaule entière, inutile d'immerger la bête entièrement. Il faut simplement la retourner une ou deux fois en cours de cuisson. Baisser un peu si l'animal bronze trop. Et éventuelement dégraisser le jus.

Écrit par : Estebe | 11/09/2008

Gabriella, vas y sans crainte. J'avais fait le gigot de 7 heures sur les instructions d'Estebe de la meme facon, et je peux te dire que personne n'a regrette. Il faut simplement une cocotte bien hermetique.

Écrit par : gracianne | 12/09/2008

Merci Gracianne pour tes conseils. Si la bête est dans une cocotte bien fermée,
je comprends mieux pourquoi 4 heures, j'ai ce qu'il faut.

Écrit par : gabriella | 12/09/2008

Oupssss.... Où avais-je la tête. Oui, l'épaule une fois dorée, va se nicher dans un récipient bien hermétique.

Écrit par : Estèbe | 12/09/2008

rhaaaaaalalaaaaa...fnif...quelle émotion...tout ce que j'adore...et pis ça sent booooooonnnnnn... une merveille ! on se retrouve protonisé direct sur une dune au Sahara au coucher du soleil. Ou bien où vous voulez hein.
Monstre cool cette recette, jva essayer.

Écrit par : la Louise | 12/09/2008

le boucher est forcément moustachu ... je note
une viande cuite 4 heures dans le sherry est délicieuse ... je note aussi
pffffffffffffffffffff
avec tout ce que je dois faire d'ici moi, la queue de boeuf qui s'oublie dans la banyuls, le gigot dans le montbazillac ... chuis pas sortie de l'auberge moi !

Écrit par : marion | 13/09/2008

Recette détonnante à mourir de rire !! J'ai adoré votre poutou nucléaire final c'est une vraie bombe !! Bon sinon le CAC est moins disgracieux écrit en petit et chapeauté d'un accent (à moins que vous ne boursicotiez secrêtement dans votre cuisine) Bon vouiquen

Écrit par : Anso | 13/09/2008

je cherche vainement un bon mot avec "accélérateur de particules" du genre "masticateur de testicules" mais non ce matin ça ne me viens pas.....
enfin , vraiment les p'tites cocotes Jivaro c'est vraiment trop bô....

Écrit par : loulou | 15/09/2008

Bon choix, La Cybelline en Arbois! C'est pas du crottin, même si les vignes sont entièrement travaillée au cheval!

Pour citer les odieux Fatal Picards et leur hymne à la bourse (avec un B majuscule):
"Un jour le CAC 40
Un jour le CAC assort"

Désolé...

Écrit par : olif | 15/09/2008

Comment faire une remarque serieuse apres un commentaire d'Olif?

Je venais juste remercier l'auteur pour cette recette arabo-andalouse, qui donne une viande parfumee et tendre comme du beurre. Il faut dire que chez moi, le temps de prendre l'apero, elle avait cuit 5 heures. Essayez-ca, c'est magique.

Écrit par : gracianne | 15/09/2008

Les commentaires sont fermés.