Le départ du pape de la psyche-soul et le gratin au lait maternel

Coucou


Deux nouvelles sans nul rapport entre elles aujourd’hui. Une triste, une con. Car sur Top Slurp, on balance sans souci de cohérence.

images.jpg

Primo, on vient d’apprendre la mort de Norman Whitfield, décès qui n’a visiblement pas fait transpirer les gazettes.
Pourtant, il s’agit là d’un gaillard majeur dans l’histoire de la musique populaire du dernier demi-siècle. Majeur mais dans l’ombre. Compositeur et producteur pour Tamla Motown durant les années 60 et 70, Norman nous a pondu des joyaux immortels comme I Heard It Through the Grapevine, Ain't Too Proud to Beg ou le mirobolant War d’Edwin Starr.

70Ffront2.jpg1990_cover_big.jpg
I0930.jpgrare_earth_getF.jpg


On lui doit aussi le virage psychédélique de la musique noire à l’aube des années 70, avec des productions follement inventives, baroques et luxuriantes, pour les Temptations principalement, mais aussi par le sous- estimé The Undisputed Truth. Il faut urgemment se replonger dans ces disques aujourd’hui. Pas une ride. De la ferveur. De la moiteur. De l’épaisseur. Des violons qui cascadent. Des rythmes qui hypnotisent. Des vocaux qui ravigotent. Tout ça, quoi.
Discographie sélective contre enveloppe timbrée et petit poutou.
 

Papa was a rolling stone, my son.
Wherever he laid his hat was his home.
(And when he died) All he left us was ALONE


 

Bye Norman


 

Rien à voir, on l’a dit, mais un cuisinier suisse (Hans Locher du restaurant Storchen à Winterthour pour ne pas le citer) a eu une idée pétaradante pour faire causer de lui: cuisiner de bons petits plats avec… du lait maternel. Humain, donc, le lait. Le chef paye 6 francs suisses pour 400 grammes de lait aux mamans donneuses. Faut donc pas espérer devenir riche en contribuant à ce projet culinaire d’envergure. Le hic, c’est que la législation ne dit rien pour l’heure à propos de cet usage du lolo des dames. Et qu’il n’est pas sûr qu’elle trouvera ça si cool.
Nous, en tout cas, on trouve l’idée vaguement glauque, sans qu’on puisse vraiment l’expliquer. Une crème brûlée avec le lait de Ginette, ben, ça coince.


Bien à vous, les choux

Commentaires

  • zut de flute pour la disparition, des pépites pareilles ça s'oublie pas.
    Pour le lait maternel ... euh ... je ne sais qu'en penser, mais m'est avis en effet que la législation va peut être mettre son nez là dedans ;op

  • Tiens, on a le lundi nostalgique chez Top Slurp, malgre cette musique si riche. Evidemment, ces airs la on les a dans la tete, meme si comme moi, on ne connaissait pas le bonhomme.

    Quant a l'idee de cuisiner du lait maternel, elle est carrement beurk. Mais ou va t'on s'arreter? Le gout de ce lait est un secret entre une maman et un bebe. On peut en donner aux autres bebes qui en manquent. Mais le vendre?

  • Je ne connaissais pas le bonhomme non plus... mais comme Gracianne, les airs, oui.
    Quand à la uite, ça me fait pas envie, mais alors, pas du tout... je ne suis quand même pas certaine que ce chef fasse fortune avec cette idée aussi sotte que grenue. Ce sera tant pis pour lui, cela ne va pas me désoler.

  • Et le jus à papa, on pourrait pas faire des sorbets avec?

  • C'est délicat, ça, Robert. Fin gastronome.

  • Tiens, c'est très Richard Deutschien, cette histoire de lait maternel.

  • Je savais pas qu'il avait fait tout ça ton bohomme. Les vieux Temptations font partie de mes gâteries du samedi soir. Le lait maternel, plus.

  • On fait parfois des flans au lait maternel quand les petiots refusent de prendre le bib'. J'ai testé pour vous et c'est quand même space,ça va parce que c'est notre production personnelle dirai-je... Mais boire celui de quelqu'un d'autre, buark, surtout que chauffé il perd nombre de ses bienfaits, et que pas chauffé il prend parfois un goût savonneux extrêmement dégeu (voir à ce sujet http://www.banlieusardises.com/maternite/archives/001250.html, très instructif).En plus, le goût varie selon les jours, ce que l'on a mangé,et même selon les personnes bien sûr,sans compter que c'est très gras... Bref ! Les cuistots sont parfois dingos...

  • Merci Marion!

    J'adore! La législation va metre son nez là dedans!... Et si c'est moi qui le faisait, la législation me coffrerait pour outrage aux bonnes moeurs!

  • Pas de souci pour moi, j'ai déjà utilisé mon lait pour cuisiner avec. Il y a sûrement des gens qui seront réticents lors de la dégustation. Et pourtant, rien de plus sain ! Mais de là à en faire commerce...

  • Pas bien tentée par ces recettes au lait maternel!

  • Un grand qui disparaît ;(

  • Vous oubliez que lorsque vous mangez du fromage, c'est du lait pour les veaux que vous êtes en train de bouffer ! Et là ça vous dégoûte pas ? Bien sûr : si vous arrêtiez d'en bouffer, du lait pour veaux, si vous arrêtiez de gober tout le marketing des industries laitières, si vous disiez stop, c'est tout un pan de l'économie qui s'effondrerait ! Les multinationales licencieraient, y aurait plus de vaches dans nos alpages, et ça en ferait des chômeurs !

  • Oui oui, Gary Guette. Pas de problème. On reste amis.

  • Gary!

    Vous n'allez pas en faire tout un fromage!

  • Article 16-1 du Code civil français : "Le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l'objet d'un droit patrimonial". Je suppose qu'une telle pratique serait interdite en France, il est probable que les pouvoirs publics suisse interdiront aussi ce genre de pratique...

  • Votre flair et bon sens sont redoutables, Eleonora. On a en effet appris hier soir qu'en effet l'administration avait mis le holà à cette histoire.

  • tu as bon goût l'ami, j'y ajoute une petite pensée pour Isaac hayes aussi...

Les commentaires sont fermés.