13/10/2008

La discrète sensualité du boudin noir aux pommes épicées

Comment que ça va bien? 

DSC01255.JPG

L’autre jour, un exégète hirsute a pondu une ode au boudin dans la Fureur des Vivres
La Fureur de Vivres, c’est le mag culinaire on line pas comme les autres, consacré ce mois-ci aux cuisines canailles, dont la lecture quotidienne s’avère donc indispensable à tous les gourmets et gourmettes dignes de ce nom.
Bref, cette histoire de boudin, nous ayant titillé la papille, on s’est rué chez notre charcutier favori pour s’offrir un beau boyau.
C’est qu’il ne faut pas acheter son boudin chez n’importe qui. Le boudin, c’est une affaire de morale. Le boudin, c’est un artisanat délicat, une science, un acte d'amour. Le bon boudin ne poque ni ne suinte. Ne colle ni ne perle. Il doit être frais et inspirant. Noir et lisse comme le pectoral d’un tirailleur sénégalais.
Nous, on le réchauffe tout doux à la poêle dans une mininoisette de beurre.
On le pacse avec des pommes épicées. Des galas par exemple, découpées en quartier, puis attendries dans une casserole à couvert, avec une larme d’eau, deux gouttes de citron et une lichette de beurre. Il s’agit d’épicer les fruits, bien sûr. En glissant deux anis étoilés et quatre chatons de poivre long dedans la casserole, puis en saupoudrant ces dames de piment d’Espelette et d’une tombée de muscade râpée.
C’est un plat méga canaillou que voilà, qui tapisse la cavité buccale d’une douceur espiègle. Et se partage entre convives initiés, dans un silence voluptueux.
Autant dire que du boudin à l'alcôve, il pourrait n'y avoir qu’un entrechat.
Mais c'est là un autre débat.

DSC01254.JPG

Tchou.

 

 

Commentaires

Comme ça que je le mange, poêlé avec délicatesse, je déteste quand LUI le crame littéralement ! Bis répétita mais avec le coing (ou un mélange coing/pomme), c'est terrible !

Écrit par : Tiuscha | 13/10/2008

j'aime bien cette recette !!!

Écrit par : Elodie | 13/10/2008

tous commentaires s'avèreraient superflus. Les photos nous disent tout ce qu'il faut savoir.

Écrit par : Lavande | 13/10/2008

Traité avec respect et délicatesse, le boudin, dans cette cuisine. Il en deviendrait presque sophistiqué.

Écrit par : gracianne | 13/10/2008

Ah, l'exégète hirsute. MDR.
J'évite de m'en empiffrer; après mes leggins me boudinent.

Écrit par : Robert | 13/10/2008

Lers chatons de poivre long... rien que pour ça je mlemettrais à aimer le boudin si ce n'était déjà fait!
Amitiés à Zorg.

Écrit par : mamina | 13/10/2008

vous avez essayé avec la banane ? C'est fabuleux.
D'ailleurs je m'en ferai bien un p'tit boudin ce soir ... ou maintenant même.
Faim.
Slurp.

Écrit par : marion | 13/10/2008

Ah tiens, il restait du Saint-Antonin ?
Merci Sieur Estebe, pour cette recette qui titille nos racines paysannes. Idéal aussi avec une purée de pommes de terre, écrasée à la fourchette, et un brin de persil plat ciselé. Merci pour ce retour aux fondamentaux du top slurp.

Écrit par : Gary GUETTE | 13/10/2008

Gary a la pupille perçante du chacal affamé. C'était en effet le St-A qui trône là, mais une autre bouteille, toujours aussi sexy.
Les fonbdamentaux, en effet, c'est toujours exquis de les retrouver. Mais pour cela, il faut tout de même s'en éloigner au préalable.
Voyez le processus? Profond.

Écrit par : Estebe | 13/10/2008

Ach Fous afez encore tout faux, Estèbe.
Le top, c'est de mettre le boudin au four avec les pommes sur un plat avec un corps gras (che bréconize le saindoux...) et des oignons préalablement passés sur la poële. Toute la difficulté est là : que le boudin, les pommes et les oignons se retrouvent dans un état de stupeur confusionnelle et se mélangent les pinceaux avec simultanéité à la sortie du four...
Pour les pommes, préfèrer les Boskop ou les Canada...

Écrit par : Géo | 13/10/2008

Le boudin aphrodisiaque? Un vrai scoop.

Écrit par : sophie | 13/10/2008

simplement cru (mais il est cuit en réalité) c'est un délice, pire une gourmandise

Écrit par : jupiter | 13/10/2008

Vraiment vous phografez le boudin comme personne....c'est trop bô....on en reste ému, même plus envi d' ecrire les bétises qu'on avait en t^te à propos d'une histoire de Black malabar........

Écrit par : loulou | 13/10/2008

arrrggg...photografez...là on est trop fort des fois....oui on sort direct...

Écrit par : loulou | 13/10/2008

Hors Sujet: Algunas Consideraciones Economico Filosofico Culinarias

Imaginons, chers amis que vous vivez dans l´un des nombreux pays de ce monde où la faim est aux aguêts, et qu´un jour n´en pouvant plus, vous volez un jambon de Bayonne ou de Parme ou de Jabugo dans une boutique de luxe pour riches, pour sacier votre faim; et fort malheureusemnt vous vous faîtes choper par les flics (qui couraient plus que vous parce que moins maigres, mais pas trop moins maigres nonobstant); et que vous écopez de 10 ans de prison (ce qui est très problablement une peine normale dans beaucoup de pays de châtiement-du-vol-quand-on-a-faim). Pensons maintenant aux délinquants à gants blancs qui font des trous de milliards d´Euros dans les systèmes financiers, désestabilisant l´économie; et les Etats leurs disent: Ça ne fait rien, combien avez vous besoin de plus? Pourquoi des gens vont en prison pour un jambon, mais jamais quand il s´agit de milliards d´Euros?

Écrit par : sopadeajo | 13/10/2008

Merci Jérôme,

Ces recettes sont tout à fait extraordinaires, rien que de les lire j'en ai l'eau à la bouche; celle du boudin m'a particulièrement plus, j'y penserai lorsque samedi prochain le cochon passera de vie à trépas et l'expérimenterai aussitôt avec un gamay charpenté ou un assemblage de Lully (de bleu de bleu). Merci de continuer à nous aiguiser les papilles.

Écrit par : Lebaron | 13/10/2008

si je puis me permettre, les pommes ne sont pas assez "estramassées" et le boudin pas assez saisi.

il va falloir arreter aussi d'appeler tout "canaille" parce que ça fini par ne plus rien dire du tout : un boudin aux pommes, c'est tout sauf canaille, c'est meme ultra feminin avec une pointe de sucré, un accord assez fin avec le boudin toujours relevé de quelques épices et c'est surtout de l'assemblage plutot que de la cuisine, un peu comme un saucisson lyonnais chaud avec qq pommes de terre.

personnelement, je verrai plus un accord avec une cote chalonnaise type rully ou givry mais bon, les gouts et les couleurs...

Écrit par : sborgnanera | 14/10/2008

Précision: on ne dit pas "boudin noir", on dit "boudin de couleur".
Mes amitiés à Mamina.

Écrit par : Zorg | 14/10/2008

S'il y a un plat canaille, c'est bien le boudin: du sang, de la crème et basta. Boyau populaire par excellence, bon marché, sans viande dedans, confectionné traditionnellement le jour de la mort du cochon! Si c'est pas canaille, je suis un saint.
Et pourquoi un machin canaille ne serait-il pas féminin? Hein? Pince-moi Simone, la canaillerie n'est que masculine.
Troisième point, atchment technique, on ne saisit jamais le boudin, règle d'or, le boyau cramé sent. Et destroye toute la délicatesse de la farce.

Écrit par : Estèbe | 14/10/2008

Féminine, cette chose longue et molle*? Vous vous égarez, Estèbe! Les pommes, oui. Et aussi les boudins, effectivement. Mais alors, ils sont immangables!



*et moi, je connais mes classiques!

Écrit par : olif | 14/10/2008

On peut surtout enlever le boyau avant le passage du boudin à la poêle, c'est encore plus délicieux !
C'est un conseil que j'ai entendu il y a quelques années, je me demande si ce n'est pas de Joël Robuchon. Il faut sortir Simone du frigo, lui ôter son bas de soie, puis la chauffer toute nue à la poêle sur feu très doux, doucement, longuement, en la roulant de temps en temps pour qu'elle "prenne" bien de tous les côtés.
Depuis que j'ai essayé ce mode de préparation je ne veux plus la manger autrement, c'est incomparable. (Et si le boudin s'appelle Simon, je pense que pas une dame ne jouera les boudeuses !)

Écrit par : Caroline | 14/10/2008

"Troisième point, atchment technique, on ne saisit jamais le boudin, règle d'or, le boyau cramé sent. Et destroye toute la délicatesse de la farce."

tiens, va falloir que j'essaie les 2 techniques : une a feu doux + huile et l'autre dans une casserole d'eau bouillante pour preserver le boyau puis test comparatif

Écrit par : sborgnanera | 20/10/2008

Pacser un boudin avec une pomme, voilà qui devrait donner du rejeton pas top. M'enfin, si l'union est à ce point orgasmique, alors, je comprends :-)

Écrit par : Tifenn | 05/11/2010

Les commentaires sont fermés.