27/10/2008

Perclus de bonheur au Salone del Gusto

Coucou, nous revoilou

DSC01321.JPG


Tiens, l’autre jour, profitant d’une balade transalpine, on est allé traîner nos escarpins vernis au Salone del Gusto de Turin. Soit la mythique et gigantesque foire organisée par Slow Food, qui réunit tous les deux ans la fine fleur de l’artisanat gastronomique italien. Il faut imaginer une halle un peu moins grande que six stades de foot, pleine à craquer et à croquer de bonnes choses. Un monde. Une folie. Un marathon voluptueux.

DSC01328.JPGDSC01331.JPG
DSC01326.JPG DSC01336.JPG
DSC01330.JPGDSC01327.JPG


On se sent tout chose devant les trois allées consacrées à la charcutaille, aux jambons, salsicci, buristi, salami alignés comme à la parade.
On se sent peu de chose devant les deux artères vouées aux fromages, parmigiano, provolone, montasio et autre percorino, issus des plus chouettes pis de la Botte.

DSC01332.JPGDSC01335.JPG


On verse une larme face au kilomètre de pastas, à l’armada d’huiles d’olive et à la foultitude de dolce, miels et chocolats. Voyez l’ambiance?
Bref, le visiteur sort de là la tête pleine de miam, les pattes lourdes et les papilles excitées comme un cochon calabrais découvrant sa compagne simplement vêtue d’une nuisette mauve dans sa bauge.

 

DSC01334.JPG

Arrivederci, les potes

 

DSC01338.JPGDSC01337.JPG

 

PS: Le salon ferme ce soir. Sautez vite sur votre Solex, vous pourrez peut-être grappiller un paquet d’orecchiettes avant le crépuscule.

DSC01325.JPG

Commentaires

ah la la la , j'ai été prevenu trop tard de l'existence de ce salon, sinon je m'y serai rendu ventre a terre !!!! Donc tu y a vu plein de bonnes choses, les photos en témoignent. Je viens d'en prendre un sacré coup en me disant qu'il va encore falloir que j'attende deux ans ! Putain, deux ans !
On peut gouter a tout et acheter aussi ?

Écrit par : Patrick | 27/10/2008

On peut quasi goûter à tout. Y'a aussi des ateliers (une masse) auxquels il faut s'inscrire, des coins resto, plein de petits salons annexes et autres manifestations aux quatre coins de la ville. Mirobolant, vous dis-je.

Écrit par : Estèbe | 27/10/2008

Ah la belle porchetta en entree de salon, j'imagine bien l'odeur, je les sens encore les odeurs de toutes ces charcutailles italiennes. Encore un lieu de perdition.

Écrit par : gracianne | 27/10/2008

Turin c'est le Piemont et le Piemont c'est Barolo, Barbaresco et bien d'autres et un peu plus au sud c'est Alba, la capitale de la truffe blanche.. J'espère que le coffre de la voiture était assez grand. Et en allant plus au sud encore, vaus auriez pu améliorer votre garde-robe http://maminaclaude.canalblog.com/archives/p6-6.html

Écrit par : Ronchon | 27/10/2008

Ho ça c'est un endroit où j'aurais bien aimé aller me perdre. Votre tête de cochon - heu... je parlais de celle de la photo - elle est en train de bouillir en ce moment dans une marmite, je l'ai immortalisée en photo, et je suis en train de préparer une de nos petites spécialités charcutières... verdict dans quelques heures, il faut que ça mijote !

Écrit par : Marie-France | 27/10/2008

ah la truie en nuisette mauve, ça c'est de la métaphore imagée !
n'empêche que ça a l'air bien, tous ces cochons pendus. miam.

Écrit par : betterave | 27/10/2008

Ca a l'air beaucoup mieux que la foire gastro dijonnaise, effectivement.
Bravo pour l'intensité extatique du descriptif.
Nous aussi on aurait été guincher dans le tout-Milan, comme mamina.

Écrit par : rose chiffon | 27/10/2008

Les jambons, c'est bien, Turin et ses arcades aussi mais je n'y ai jamais vu de truie en nuisette mauve... ce qui d'ailleurs ne m'aurait pas émue autant que ce que tu décris!
Par contre puisque Ronchon te propose une nouvelle tenue aperçus chez moi, si tu veux, je te donne l'adresse et la prochaine fois, tu pousses jusqu'à Rome pour la tenue bayadère.
Ciao, a presto.

Écrit par : mamina | 27/10/2008

C'est quoi un pis de la Botte? Ah, bien sûr, une mamelle péninsulaire!!!

Écrit par : Robert | 27/10/2008

Quelle bande de super veinards! Si seulement c'était donné à tout le monde, d'apercevoir la mauve truie -que dis-je, la cochonne-, cette allée de jambons aux allures de mamelles fécondes, ces kilomètres de tripailles, de bonne bouffe et de parfums endiablants.
Parfaitement, c'est diabolique de nous montrer tout ça et j'accepte sur le champ de me transformer en petit cochon pour aller à Turin (et non en petite cochonne, ne filons pas trop la métaphore). Manifestement, il suffit d'escarpins vernis (je suis un peu déçue, tout d'un coup). J'espère que vous avez campé sur place, pour mieux profiter.

Écrit par : Camille | 27/10/2008

Non, de camping point. Cela dit, on a regretté de ne pas avoir un peu mieux organiser la visite pour assister à l'un de ces alléchant ateliers gourmands.
Quant aux escarpins, sachez qu'ils baillaient d'usure après deux heures de déhambulation fébrile entre farfalle et rigatonni.

Écrit par : Estèbe | 27/10/2008

ah, le veineux! j'avais la chance d'y participer il y a 4 (déjà) ans, parce que on m'avait inviter à participer à un atelier sur les (mes) "vins sauvages". J'y ai passée deux jours à m'en mettre plein les yeux, avec en plus une superbe soirée à table entre vignerons avec P. Baudoin et Mireille Daret, les Dup-Bar et d'autres dans une petite auberge... top slurp et convivial... Au retour je serrais une bouteille de vrai balsamico, de l'huile d'olive toute fraiche, un cheddar muri et bio, à se mettre à genoux et d'autres gourmandises dans mon sac à dos - seul b-moll, j'ai dormi dans l'hôtel le plus cher de ma carrière ... j'aurais préférée le camping, pour investir l'économie dans d'autres victuailles.

Et encore j'avais manqué terra madre - la grande réunion des agriculteurs du monde, qui se tient en parallèle... À mettre dans mes tablettes pour dans deux ans!

Écrit par : Iris | 27/10/2008

fichtre !!!!!!

Écrit par : marion | 27/10/2008

Vous êtes incroyable Estèbe, vos posts sont jubilatoires, vos photos esthétiques, vos recettes affriolantes et audacieuses. Mais vous mesurez 1m42 et un goitre épais vous empêche de faire la couverture de QG magazine. C'est bien ça?

Écrit par : fabienne | 28/10/2008

Ben oui, Joe la talonette, c'est mèzigue. Vous oubliez l'herpès et la moumoute. Mais on discute avec QG Mag: Photoshop fait des miracles.

Écrit par : Estèbe | 28/10/2008

Ah le salone del gusto.... pour les grands amateurs qui se rendent à Turin, je vous conseille d'aller visiter EATALY. www.eataly.it imaginez 11'000 m2 de magasins et resto (style salone del gusto) sur le thème énogastronomique construit à l'intérieur d'une vielle usine de vermouth... c'est vraiment top, je vous conseille d'y aller, sans oublier les ateliers, rencontres, dégustations etc etc dédié que à ce qu'on aime..ouvert tout les jours.. après ceci, une petite virée à Alba s'impose... saluti
Greg

Écrit par : Gregory | 28/10/2008

Comment osez- vous mettre une recette de rouget alors que c'est une espèce menacée à cause de la surpêche? C'est irresponsable.

Écrit par : suzanne | 29/10/2008

Ben Suzanne, va falloir potasser les dépliants du WWF, au lieu de gronder les pôves blogueurs. L'est pas vraiment menacé, le rouget barbet. Du moins, pas encore.

Écrit par : Estèbe | 30/10/2008

super miam. ah les salauds!

Écrit par : Troudetaupe Nideguepe | 30/10/2008

Les commentaires sont fermés.