31/10/2008

De l’adorable légèreté des vins naturels

Bien le bonjour, ça roucoule ?

DSC01367.JPG

Les fidèles de ce blog le savent bien, on a un petit faible pour les vins naturels. Petit faible qui tourne d’ailleurs à la monomanie hystérique. Cela dit, voilà un dada qu’on a un peu de mal à partager avec nos potes œnophiles. C’est que ces pinards-là, ils ont leurs humeurs. De même qu'un être humain réputé «naturel» peut réjouir, mais aussi désarçonner, voire refroidir, les vins naturels ont la fâcheuse habitude de se montrer instables. Pétaradants de fruit le lundi, ils schmoutent parfois le putois pétomane le mardi. Et même un passage en carafe, doublé d'une oxygénation athlétique, ne suffit pas toujours à les rendre aimables.


Oui, il faut aimer le poker. Un vigneron conventionnel, et donc assez peu porté sur ces breuvages-là, nous avait dit un jour: «quand t’achètes une voiture, si elle marche un jour sur deux, t’as les boules. Le vin, c’est pareil.» Pan, dans le mille. Because, justement, le vin ce n’est pas une mécanique industrielle. En tout cas, ça ne devrait pas l’être. Et c’est parce que la viticulture contemporaine flirte trop souvent avec l’usinage à la chaîne, le calibrage en série, la standardisation technologique, qu’on est tombé dans les bras de ces pifs-là. Chassez le naturel, il revient au goulot.

Ford_Focus_C-MAX_soudure.jpg


Tenez, il y a quelques mois, on a suivi des cours de vinification. Conventionnelle, la vinification. C’est tout de même sidérant l’arsenal de produits chimiques et d’interventions brutales que préconise la doctrine officielle pour museler le vin. Pour lui passer l’envie de bouger un orteil. Le pauvre jus de raisin, il sort de là maté. Cassé. Dressé. Soumis. L’œnologie moderne, elle te ravale les maisons de redressement de la IIIe République au rang de colos de vacances hippies. Ça rend les voyous sympathiques, forcément.

fessee.jpg


On notera au passage que les vins dits naturels ne sont pas tous slurps. Loin s’en faut. Il y a là des jus infects, maigres, indignes et puants. Et que le terme même de naturel cache maintes pratiques différentes. De la prohibition totale des produits chimiques et levures commerciales dans la vigne et le vin à la simple utilisation raisonnée du soufre lors de la vinification. Des vins technos issus de vignes bios aux vins vivants venus de vignes pas si bios que ça. Un vrai boxonou.
Une chose de sûre, les meilleurs producteurs de vin naturel ne sont en rien de doux illuminés à barbe fleurie et à babouches trouées. Discutez donc le bout de gras avec Pierre Overnoy, l’un des pères jurassiens du genre, et vous verrez le puits de science œnologique que cache ce petit bonhomme-là.

vendredisxx.jpg
Ce long préambule bavard et sentimental pour vous annoncer qu’on est vendredi. Et que le dernier vendredi du mois, c’est un Vendredi du vin. Et que pour cette 19e édition, c’est l'ami Olif qui a décidé du sujet de dissertation.  Soit le vin sans soufre. T’y crois à ça? Ben, cher Olif, du sans soufre, en voilà quelques topettes.

 

DSC01362.JPG
DSC01369.JPG


Du pinot noir genevois d’abord, avec les Fenêtres de Gy de Paul-Henri Soler (les plus belles rouflaquettes du vignoble, Paul Henri). Un rouge gourmand et croquant, aux notes d’olive, de baies rouges et d’épices, qui glisse tout seul le long de ta goulette ravie.

Du pinot noir et du melon bourguignons ensuite, avec la cuvée les Champs Cadet du Domaine de la Cadette à Saint-Père-sous Vézelay, dont la chair délicate, fraîche et parfumée exige un brin de patience pour révéler toute son élégance. Classe mais pas fastoche d'accès. On ne se donne pas toujours au premier rendez-vous.

De la syrah rhodanienne enfin, avec ce premier millésime de Saint-Joseph, la cuvée Badel de Fabien Bergeron. Pulpeux, racé et fruité, à se rouler par terre en rigolant.

Tchin populaire!

DSC01341.JPG

PS : Vous n’avez pas encore zieuté les émissions de la TSR sur le sujet ? Ben, faudrait peut-être s’y mettre.

Commentaires

Limpide (pas comme la robe d'un vin bio): j'ai rien capté à l'histoire.
Il y aurait donc de l'alcool dans tes jus naturels?

Écrit par : Robert | 31/10/2008

Et bien peut-être passeriez-vous un moment de bonheur simple en allant inocemment vous acoquiner avec www.leszinzinsduvin.com ? C'est pas très très loin de la Suisse. L'air de rien, vous entrez, on vous met à l'aise et à un moment de la conversation vous glissez doucement au patron que vous connaissez sa frangine (moi :)) : vous allez voir l'effet.
Vous me raconterez ?

Écrit par : rose chiffon | 31/10/2008

Oui, on coinnait ces Zinzins de réputation. Peut-être même qu'on y a farfouillé lors de notre dernière virée à Besac. Belle sélection. Chouette esprit. C'est vous la frangine du boss? Incroyable! Que le monde comment qu'il est petit quand on y songe!

Écrit par : Estèbe | 31/10/2008

moi je ne jure que par les vins doux naturels, ça compte aussi ? ;op

Écrit par : marion | 31/10/2008

Voui. Que cela ne nous empêche pas de continuer à épier la faute de frappe dans vos lignes, cher. En toute indépendance, s'entend.

Écrit par : rose chiffon | 31/10/2008

Marion, c'est bon aussi les VDN, surtout les VDN naturels. Euh... Rose, y'a des fautes? Où ça?

Écrit par : Estebe | 31/10/2008

Il y a là comme un univers que je ne connais pas, mais qui me plaît. Aboule les adresses!

Écrit par : Sophie 13 | 31/10/2008

Non, pas de faute ce coup-ci, disons que je surveille. Vous ai plusieurs fois relu, souvenez-vous de certain riz de veau et de cette affaire de bagnole : merci qui ?

Écrit par : rose chiffon | 31/10/2008

Estèbe déguste comme un dieu et écrit comme un prince. Pas besoin de levures ni de sorbitol, ni de sulfitage, ça coule tout seul, c'est NATUREL chez lui.

Écrit par : Gary GUETTE | 31/10/2008

Ce dernier vendredi d'octobre c'est Halloween. Donc une raison de plus pour boire du vin SANS souffre. Comme celui, inégal, tiré autrefois a la bosse dans la cave de mon bisaieul. Je gazouille donc ce soir en pensant a lui, aux épines des roses, aux émois de Rose Chiffon, et en savourant un vin naturel, non stabilisé, et qui a supporté le voyage au dessus de l'Atlantique.

Écrit par : Panaoitis | 01/11/2008

Si je comprends bien, voilà le remède tout trouvé contre mes migraines. Merci Dr. Slurp!

Écrit par : gracianne | 01/11/2008

Voilà qui fait plaisir de lire:-) - surtout que maintenant, je sais que tu parles en connaissance de cause depuis ton stage...

Et si on connait le "boxonou", même chez les dites "naturel", on comprends la guerre des notes de dégustation chez certains et pourquoi certains /et non le plus mauvais) ce passent d'encartement et d'étiquettes à la mode.

Écrit par : Iris | 01/11/2008

Et pas un mot sur le magnifique domaine de la Capitaine à Vich en belle terre vaudoise ? Vins bio excellent !

Écrit par : Alex | 03/11/2008

On ignorait cette Capitaine, Alex, on va aller y fouiner.

Écrit par : Estebe | 03/11/2008

bonjour
une petite question sur un producteur de vin suisse
nicolas zufferey
vin avec ou sans souffre
merci de votre aide

Écrit par : laurent | 05/11/2008

Avec, à priori. Rien de sûr.
Grand producteur valaisan, Nic Zufferey. Droiture et style. Grand humagne.

Écrit par : Estebe | 05/11/2008

merci
moi je suis fou du savagnin
vive le bon vin, que du plaisir
j'aime aussi les vins de germanier
a bientot

Écrit par : laurent | 05/11/2008

Quel lyrisme, quelle poésie, quel style! On dirait un coq au vin jaune de chez Thierry Moyne à Arbois. Bravo, M. Estebe, et longue vie aux levures NON sélectionnées...

Écrit par : Luckyzedrum | 07/11/2008

Les commentaires sont fermés.