03/11/2008

Le mystère des œufs pochés (immergés dans la soussoupe de lentilles, avec ses chips de viande séchée)

 

DSC01381.JPG

Bienvenu chez les Slurps, les gens 

Vous avez déjà fait des œufs pochés? Voilà bien un truc de ouf. Un truc qui te laisse entrevoir qu’il existe des choses dedans le Cosmos que l’entendement humain peine encore à capter. Le blanc, qui était liquide et tout visque, commence à s’égayer dans la flotte. Et puis le voilà qui se rassemble et qu’il durcit, façon Terminator au réveil. Exactement comme si le caporal des molécules de blanc avait sonné le rassemblement. Tût. Tût.
Evidemment, l’opération ne fonctionne qu’avec des œufs superfrais. Et bios, pourquoi pas. L’idéal serait d’ailleurs d’inviter la poule à pondre directement au-dessus de la casserole fumante, les papattes en équilibre sur les rebords du récipient. L’animal se cramerait certes le popotin. Et le WWF piquerait une crise. La cata. Bon, oubliez la poule sur la casserole.

Tout ça pour vous déballer notre recette de soupe de lentilles vertes, sa brunoise de légumes croquants, ses chips de viande séchée et son œuf poché. Plat qui intimidera les âmes simples et ravira les gosiers exigeants, tout en n’exigeant ni grosses dépenses, ni grandes compétences, si ce n’est un doctorat en urologie médiévale.

DSC01379.JPG


Pour quatre êtres humains à table, prévoyez 260 grammes de lentilles vertes, une grosse et une petite carotte, deux gousses d’ail, une petite courgette, trois brins de persil, de la crème fraîche, un bouquet garni, deux grosses échalotes, quatre œufs ûber frais, huit tranches de viande séchée, un poireau et c’est tout.

DSC01372.JPG



1. Faites pocher vos œufs, un par un, dans un grand volume d’eau juste frémissante, équipée d’une bonne pincée de gros sel et d’un demi déci de vinaigre. Pour cela, cassez d’abord l’œuf dans une coupelle, videz la doucement dans la marmite. Puis, avec une écumoire, aidez doucement l’œuf à se recomposer, en le coinçant contre la paroi du récipient. Au bout de deux minutes, évacuez avec précaution l’œuf poché vers une casserole d’eau froide. Réservez.

2. Dans une marmite, faites bouillir un grand volume d’eau (bis). Ajoutez le vert du poireau, le blanc du poireau en petits morceaux, la grosse carotte grossièrement détaillée, le bouquet garni, une échalote piquée de trois clous de girofle, une échalote pelée sans rien, le persil, les deux gousses pelées et, pourquoi pas, un demi-bouillon cube de légumes. Plus les lentilles, préalablement rincées à l’eau claire. Pas de sel. Pas de poivre. Pas encore. Le bain dure une demi-heure.

3. Pendant ce temps, taillez la petite carotte et la courgette en brunoise, soit en cubes microscopiques. C’est bon pour les nerfs.

4. Découpez chaque tranche de viande séchée en trois lamelles. Chipsez-les à la poêle, sans matière grasse, jusqu’à ce qu’elles se montrent aussi friables que les gambettes de Toutânkhamon.

5. Egouttez les lentilles, en conservant l’eau de cuisson. Virez le vert de poireau, l’échalote cloutée et le bouquet garni. Mixez le reste, en ajoutant peu à peu l’eau du bain jusqu’à texture relativement fluide. Faut pas que la soupe soit méga liquide. Mais pas mastoc non plus. On notera au passage les carences de notre vocabulaire francophone à ce propos. Faudrait un mot entre épais et liquide, entre onctuosité et fluidité. Onctuidité? Fluituosité? Grand jeu concours!!! Inventez le terme idoine et gagnez votre poids en lentilles!!!

Bref, liez d’une grosse cuillerée de crème fraîche. Salez, poivrez, pimentez éventuellement. Goûtez. Et recommencez jusqu’au bonheur du goulot.

DSC01374.JPG



6. Au fond des assiettes à soupe, déposez un mamelon de brunoise crue. Installez l’œuf dessus. Mouillez de soupe brûlante (plus haut que sur la photo, faut réchauffer l’œuf), plantez les chips de viande séchée façon menhirs de Stonehenge, décorez d’une pincée de brunoise et d'un poil de persil. Servez aussitôt. Tayaut!

DSC01376.JPG



Avec une salade verte, ça vous fait le souper. Le souper, parfaitement.

Tchou!

PS: On vient juste de découvrir que Mister Jup aussi, il nous avait concocté une soupe de lentilles ce week-end. Les grands esprits se recontrent au coin de la soupière.

Commentaires

Elle a pourtant l'air épaisse votre soupe. La perspective du jaune coulant sous la cuillère m'enchante toujours.

Écrit par : Anne-Laure | 03/11/2008

Oui, épaisse, elle l'était un peu trop. Il faudrait arriver à une consistance un peu plus aérienne. En la diluant plus encore avec l'eau de cuisson.

Écrit par : Estèbe | 03/11/2008

C'est la bonne grosse soupe reconstituante en ces temps de frimas, riche en protéines, en sels minéraux, et glucides complexes, c'est tout bon : ça vous ragaillardit les combattants, les skieurs, les randonneurs, chasseurs... etc.

Écrit par : Gary GUETTE | 03/11/2008

l'oeuf poché est à la mode en cette époque glaciaire... version truffe chez claude-olivier, version lentilles entières chez débo et ses agapes...
moi, je n'ai jamais réussi à rassembler tous ces fils blancs pour faire quelque chose de correct à regarder. mais c'est décidé, je vais m'y relancer.

Écrit par : betterave | 03/11/2008

Terminator, Toutankhamon, Stonehenge: sacre Pantheon pour une soupe de lentilles.

Entre onctuosite et fluidite: veloute? remarque la, elle a l'air parfaite, je les aime bien epaisses les soupes-souper.

Écrit par : gracianne | 03/11/2008

Velouté? C'est super, velouté! Gracianne, j'expédie vos 47 kilos de lentilles vertes dès ce soir par la poste.

Écrit par : Estèbe | 03/11/2008

Tu peux compter quelques kilos de plus ;)

Écrit par : gracianne | 03/11/2008

Jamais entendu parler du Caporal moléculaire des blancs d'oeufs, parce que moi, je triche ...
Oui, je sais, c'est mal, je l'avoue .... Mais j'ai une poêle à oeufs pochés ! Une fois que tu as essayé, tu ne peux plus t'en passer (en fait, l'oeuf n'est pas directement cuit dans l'eau, mais au bain marie).
Si tu connais une personne vivant ou allant outre-Manche (ben ouais, il n'y a qu'eux pour inventer des truces pareils), n'hésite pas, passe commande.
Pour moi, la soupe de lentilles, tu dois pouvoir planter ta cuillère droite dedans sans qu'elle moufte.
C'est bon aussi (mais forcément plus riche) avec une chantilly légèrement salée et ça contraste bien au niveau consistance.

Écrit par : pauline | 03/11/2008

des envies de tagliatelles fraiches et de lentilles, bizarre non ?

Écrit par : marion | 03/11/2008

J'adore votre façon artisanale pour pocher les oeufs et je vais l'adopter !!

Écrit par : gabriealla | 03/11/2008

Encore un "Mysterre", M. Estèbe ? Le week-end n'a pas suffit ;) ?? Un IMMENSE MERCI pour votre élogieux article, et grand bravo de nous avoir supportés jusquez'à la fin !

Écrit par : Commandant Albert | 03/11/2008

J'ai retrouvé récemment une petite louchette pour oeufs pochés, achetée sur un catalogue, et c'est aussi très pratique et mimi... quand on ne l'oublie pas dans le tiroir évidemment ! Je fonds devant un oeuf poché, il m'en faut peu pour être heureuse.

Écrit par : Marie-France | 04/11/2008

L'art de pocher les oeufs... Faut-il le faire cuire dans une louche, le casser dans ladite louche puis le déposer précautionneusement dans la marmite ou le casser sans vergogne et directement au dessus de l'eau bouillante (bravo pour l'idée de la poule, le problème pratique étant tout de même d'enlever la coquille entre le cul de la poule et l'eau). Je préfère votre méthode, M. Estèbe. Loin des débats aujourd'hui, je dirais que c'est une très belle journée : une collec des Creedence définitivement épargnée (j'ai bien lu le billet spécial morue, mais je suppose que si Monsieur Frites était passé à 95%, les Creedence auraient eu intérêt à se planquer quand même, au moins pour quelques temps).
Et j'adore cette soupe. La soupe aux lentilles, d'après ma grand-mère, c'est un truc pour vieille fille avariée, mais je ne suis pas d'accord. On sent tout l'amour mis dans la recette, en tout cas. Sublime! je retiens.

Écrit par : Camille | 05/11/2008

Pas la plus petite correction, le texte est superbe. Restons sur notre faim néanmoins car c'est en gelée d'aspic exclusivement que nous consommons l'oeuf poché. Ceci est un appel du pied (ou du coude ?), que les choses soient claires, formulons donc tout haut notre requête : on aimerait bien une petite recette d'oeuf poché en gelée d'aspic qui change !

Écrit par : rose chiffon | 06/11/2008

Oui Camille, on va pouvoir se ruer au McDo.
Rose, l'aspic, on va y songer velu. Juré, craché.

Écrit par : Estèbe | 06/11/2008

oui mais roses les lentilles , nues et impudiques comme le cochon. Le rodéo de poule m'a bien plu, mais faut il la purger avant ?

Écrit par : jupiter | 07/11/2008

Je fais souvent de la crème de lentilles avec des garnitures variées, cependant jusqu'ici je ne savais pas trop quoi faire côté légumes ajoutés, peu appétissants en fin de cuisson, mais nécessaires malgré tout pour le goût. Maintenant je sais : je les enlève sans remords aucun. Quelle bonne idée cette petite brunoise crue, juste chaude ! (mes nerfs vont bien, merci, alors j'utiliserai mon mini-alligator pour ail et oignons).
Côté lentilles, j'en ai essayé une large gamme, et mes préférées restent indéniablement les Sabarot du Puy, meilleures que les lentilles vertes bio testées jusqu'ici, because peau plus fine Une peau épaisse implique à mon avis l'usage du mouli-légumes grille fine, mais là on peut y aller d'un bon coup de mixeur.
En fait j'ai essayé cette recette hier soir, avec deux différences : faute de viande de bœuf séchée, j'ai mis des miettes de confit (un reste un peu desséché au four) et j'ai ajouté à la brunoise un soupçon (une grosse cuiller à café en tout) de hachis de tige de céleri cru bien juteux et croquant : intéressant. À ma grande honte j'ai remplacé par flemme les œufs pochés par des œufs mollets très coulants.

Écrit par : Olivia_Mohune | 09/11/2008

Les commentaires sont fermés.