La recette de la banane euphorisante et le meilleur vin du cosmos

Bonsoir, chers congénères

bg_doubt.jpg

On a beau être le très fameux (fumeux?) Dr Slurp de Genève, on n’en reste pas moins un homme. Un homme comme les autres, avec ses joies, ses trous de nez et ses doutes. Parfaitement, Simone: des doutes. Et en pagaille même.
Certains lecteurs imaginent ainsi qu’on pond les recettes à la chaîne, l’esprit ailleurs et les fingers in the nose. Pas du tout. Tous nos petits plats naissent au milieu d’un embouteillage de tergiversations, hésitations et douleurs intimes. De la coriandre, vraiment? Deux ou trois clous de girofle? Dix-huit ou vingt minutes de cuisson? Du cochon, mais pourquoi? Arggggh.
Chaque étape, chaque ingrédient est ausculté, sous-pesé, tâtonné, atermoyé dedans notre disque dur intérieur, durant de longues et laborieuses séances d’auto-breifings. Sans oublier le regard des autres une fois l’affaire cuisinée et publiée. L’attente des commentaires extatiques ou castrateurs sur le blog, des remarques ravies ou des cruels silences autour de la table.
Un enfer, vous dis-je.

 

DSC01422.JPG

 

Tout ça pour vous dire que le doute n’étouffe pas tout le monde. Ha, ha, non! L’autre jour, une copine goguenarde nous a passé une page arrachée à un illustre mag de popote suisse. Page qui contenait une recette suffocante. Soit la banane au curry, avec des graines de maïs et de la chair à saucisse dedans. Déjà la photo ressemblait vaguement à une pub pour un sex-toy particulièrement vicelard, voire à une planche du kama sutra martien. Quant au goût de la chose, on ne peut toujours pas l’imaginer sans sentir nos tripes se tortiller et nos papilles se cabrer.
Vive la banane au curry et chair à saucisse! Sans qu’on sache trop pourquoi, elle nous a expédié le moral dans la stratosphère. Yoo pla boum!

DSC01342.JPG

Après ça, encore tout tremblant de bonne humeur, on s’en est allé guigner des Chiffres et des Lettres à la téloche. En ayant pris soin de déboucher au préalable une bouteille de l’Arbois Selection 2004 de Stéphane Tissot (un tiers savagnin, deux-tiers chardo).
Biberonnant devant le poste, voilà qu’une fulgurance nous a soudainement galvanisés. Ce pinard-là était simplement le meilleur des pinards de la planète Terre. Pur, fin, élancé, spirituel, vibrant. Zébré d’une oxydation lumineuse. Doté d’une matière ciselée, subtilement harmonieuse. Une infusion de culture, de terroir et de brio œnophile.
Sans effet de manche. Sans fard. Sans chichi. Top classe. Top vrai.
Et pour moins de dix euros (soit dit en passant).

«Consonne, voyelle, consonne», ânonnait le gulu dans la lucarne.

Et nous, on sirotait le meilleur pinard de la planète Terre.

DSC01438.JPG

 

Bye

Commentaires

  • mais ... vous n'avez pas goûté le sex toy finalement ???????

  • oui, moi je veux cette étonnante recette réalisée par Dr Slurp himself, qui devrait d'ailleurs inviter fissa Anita Wildermuth de Rapperswil et Beate Uhse pour la déguster...

  • Pas mal la banane comme représentation de l'enfer. Votre disque dur ausculte, docteur, occultez donc avant que l'on vous y précipite.

  • Rhoo ! Et congénaires !

  • Je file m'acheter le meilleur pinard de la planète terre!
    Quant aux doutes, on les partage..

  • Auténtico y desgarrado lirismo...incluso el plato parece sabroso.
    (je ne traduis pas par peur de représailles)

  • Avec une banane comme ça, tu me convaincrais presque d'essayer... et pourtant pour ce fruit, je n'ai aucun doute, j'aime pas.

  • Alors, comme ça, t'es un mec normal. Tu laisses donc des poils de barbe dans le lavabo.

  • Rose, rien ne vous échappe. Mais quelle lentilles utilisez-vous?
    Merci.
    Sophie, j'ai le bouc en tresses
    Betterave, on connaît visiblement les bonnes adresses...

  • J'ai beaucoup d'estime pour la banane. Ce qui n'est pas forcément réciproque. La banane est un fruit gras et ingrat. Encore faudrait-il s'entendre sur la banane: il en est de toutes sortes. J'en connais de perfides, qui rechignent au pelage. Certaines n'ont pas plus de goût que Britney Spears quand elle se vêt (cela lui arrive parfois, quand elle se rend dans le grand Nord pour y têter le phoque et traire l'otarie, à moins que ce ne soit le contraire). Enfin, il est des bananes suffisamment sournoises pour glisser leur peau grasse sous le pas du quidam. Il en meurt parfois, le bougre, d'une ictère foudroyante. Les cimetières sont plein de ces malheureux qui se sont fracassés le crâne à la suite de la fatale glissade. D'autres, plus chanceux, atterrissent aux urgences où l'infirmière amère - cette propension, aussi, des infirmières à être amères - lui agace l'artère à grand renfort de piqûres hasardeuses. A la douleur s'ajoute bientôt l'humiliation de se voir servir, pour toute collation, une banane. On en pleure de pitié jusqu'en Moldavie...

  • Ben la recette de la banane, on y a pas droit ?
    Pour le vin, je suis jalouse, c'est sûr.

  • Suis fan de maître Capello depuis tout petite, que voulez-vous.

  • Zorg, ce n'est en tout cas pas de la banane pilée que vous sniffez. Trop fort le free style bananier!

  • Diable on finirait par vous jalouser de vivre en Suisserie, pour trouver des magazines culinaires d'aussi bonne tenue....vraiment la banne sous son buisson verdoyant on en reste pantois...

  • Cette banane au lard... une des choses les plus répugnantes que j'ai eu l'occasion de voir dans ma dure vie, pourtant ponctuée d'expériences éprouvantes. L'Indochine et le Chemin des Dames c'est de la guimauve en comparaison.

  • Quant à l'Arbois, il ne perd rien pour attendre.

  • Comme je m´ennuyais, j´ai eu l´idée de regarder le traduction sur Google, et je vous jure que c´est celle-ci: "Déchirées par la foi et de lyrisme ... même les savoureux plat semble." Et dire que Google vaut en bourse des dizaines de milliers de millions de dollars, quel surréalisme du software!

  • Faut pas confondre le cosmos et la planète comme la co-listière , litière , de la frite amerlock. Bref tout cela ne nous dis pas si cette banane est castrée ou pas, mais je suis prêt à amputer cette page . Autre chose, Sieur estèbe, ne me dites que vous phosphorez seulement au gloglou tout de même.

  • petite question d'ordre pratique... je vous rassure pas liée à la banane... où peut-on se procurer ce merveilleux breuvage ? merci

  • Chère Bégonia
    Ben, il vous faut foncer sur la place principale d'Arbois, où Tissot tient boutique, juste en face du meilleur chocolatier du système solaire.
    http://www.stephane-tissot.com/

    En Suisse, plusieurs distributeurs dont:
    http://www.cavedereve.ch/
    En France:
    http://baraou.fr/tissot.aspx

Les commentaires sont fermés.