21/11/2008

Le millefeuille au boudin: histoire d’un désastre canaillou-chic

Salut, les canailles

DSC01533.JPG

Il existe une tendance exquise dans la cuisine d’aujourd’hui que l’on a librement baptisé «le canaillou-chic» Rien à voir avec l’insipide porno chic de la pub. Hou non!
Le canaillou-chic, voyez-vous, consiste à intégrer des mets dits canailles, roots et populaires, dans des plats contemporains sévèrement lookés, voire résolument fusionnés.
Le sushi d’andouille de Guéméné aux salicornes, par exemple, c’est canaillou-chic. Le tablier de sapeur en espuma quadrichromique, c’est aussi canaillou-chic. Tout comme le cristal d’oreille de cochon à la fève tonka ou les macarons de ris de veau aux épices polaires.

Estèbe ironise, pensez-vous. Pas vraiment. Parce que c’est rigolo, le canaillou-chic.

D’ailleurs, l’autre jour, on a subitement décidé de rejoindre le club très fermé des créateurs canaillou-chics, avec une inspiration foudroyante et, osons-le, sublime. Soit le millefeuille de boudin au ketchup de coing. Ça vous la cloue, non?
DSC01530.JPG
L’un de nos cavistes chéri était attendu pour le déjeuner. On est passé en cuisine pour réaliser cette recette prodigieuse, bien décidé à épater notre hôte.

On a fait sécher des fines tranches de pomme paprikées une grosse heure au four à basse température.
On a mitonné un chutney de coing pimenté et acidulé, avec des graines de fenouil dedans
On a dépiauté le boudin, avant de le trancher en tronçons dodus et de le faire dorer à la poêle.
Après ça, on a monté nos millefeuilles, prodigieux échafaudages canaillou-chics, fruits d’une imagination mirobolante et d’un brio culinaire rare.
Humanité gourmande, retiens ton souffle, Dr Slurp va te galvaniser la papille!
Ben, c’était nul.
Sec, etouffe-bougre, idiot et vain.
Même les photos étaient nazes.
F.B.I., comme dit la génération montante.
Et paf, dans l’ego.

Snif!

Commentaires

Il manque un peu de crème patissière, dans votre millefeuille!
Vous l'aimez si peu que ça, votre caviste favori?

Écrit par : olif | 21/11/2008

c'est fort dommage, la lecture m'avait rendue toute chose pourtant
peut être un autre mode de cuisson ?

Écrit par : marion | 21/11/2008

Tous les jours plus snob, cet Estébe.

Écrit par : Géo | 21/11/2008

Estèbe avec un accent grave, Gèo.
Marion, le blème, c'était l'épaisseur des tranches de boudin et l'empilement. Le burger simple et plus plat aurait été très bon. Amen.

Écrit par : Estèbe | 21/11/2008

Pauvre ego.

Écrit par : gracianne | 21/11/2008

Tu les as inventé tes exemples de plats canaillou machin? Parce que le cristal d’oreille de cochon à la fève tonka, je vais en rêver.... t'es sûrement trop dur avec ton boudin à étages, il me plaît aussi.

Écrit par : Sophie 13 | 21/11/2008

Étant incurablement attardée, je m'étais bornée au boudin-pommes en muffins, mais comme c'est un peu planplan, j'ai remplacé les pommes en l'air par des pommes de terre dorées, faisant ainsi du canaillou sans le savoir : retour à la case roots et à la galette (ou crépiau) au boudin d'une lointaine trisaïeule auvergnate ou limousine.
Mais ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain, et l'idée du millefeuilles me titille. Ceci dit, quand je pense boudin, j'ai du mal à ne pas y associer la moutarde d'une façon ou d'une autre... Vraiment incurable... Un ketchup à la moutarde violette, peut-être ?

Écrit par : Olivia Mohune | 21/11/2008

J'aime bien le canaillou-chic ! Hier, j'ai fait de succulentes tripes en bouillon thaïe, façon William Ledeuil. Je savais que vous succomberiez tôt ou tard au mariage boudin-coing, et avec quelle maestria !

Écrit par : Tiuscha | 21/11/2008

Boudin-coing (coin), impossible de dire mieux. Avec ou sans accent grave.

Écrit par : Géo | 21/11/2008

FBI, c'est tout de même très critique. Parce que là, la recette est quand même tentante. Vous auriez même pu nous faire croire qu'elle était bonne (oublions les photos, voulez-vous, pensons l'essentiel). N'est-ce qu'un problème d'épaisseur et de taille de la chose?

Écrit par : Camille | 21/11/2008

Si Camille, vlan dans le 1000, c'était des giga tournedos de boudin, or il fallait de modestes rouelles.
Nous et notre folie des épaisseurs.

Écrit par : Estèbe | 21/11/2008

je suis comme toutes celles et ceux (comme je parle bien) qui m'ont précédée. cette recette a quand même un certain charme au contraire de Lignac vous êtes, mon cher Estèbe bien dur ... avec vous même.
je rêve depuis quelques jours de canaillou-chic... j'espère ne pas me planter!

Écrit par : mamina | 21/11/2008

dommage que ça aie été raté, ça sonnait bien !
ça me rappelait un peu le boudin pommes caramélisées de cette chère loukoum, servi en cercle à pâtisserie, un délice par contre... ni sec, ni étouffant, ni idiot, ni vain.
une bonne solution pour se remonter l'ego ?

Écrit par : betterave | 22/11/2008

parmentier, le boudin aux pommes en cercle : http://beaualalouche.canalblog.com/archives/2007/11/20/6828430.html

Écrit par : betterave | 22/11/2008

Je voulais vous demander si vous aviez changé d'APM mais j'ai peur de paraître déplacée tant le désarroi vous submerge ;o)) L'idée du canailou chic m'amuse, votre plat sans la folie des épaisseurs doit être une pure merveille (avec une sauce peut-être)

Écrit par : Anso | 22/11/2008

Merci du lien Miss Betterave, j'y cours truffe à terre.

Écrit par : Estèbe | 22/11/2008

Salut à toi grand sorcier!
ben oui il arrive que la création mène à la poubelle et finalement les recettes vraiment réussies sont rares( en ce qui me concerne, elles sont très souvent moyennes et parfois perfectibles)
c'est le jeu en fait et essayer c'est à chaque fois espérer l'émotion et la découverte
merci pour les fou-rire que je m'offre en te lisant
Alannie

Écrit par : Alannie | 14/12/2008

Les commentaires sont fermés.